29 avril 2019

Sosthène : production, immobilier...sources de conflits ou d'intérêts à FTV ?


Sisyphe remonte sa pierre péniblement sur la pente de la montagne olympienne. 
A chaque fois qu’il arrive en haut, allez hop la pierre se rebelle et roule, en bas de la montagne.
Puis, Sisyphe recommence l’opération… 
C’est le châtiment imposé par Zeus pour l’éternité. Un châtiment infernal…Que je subis à chaque fois. A chaque décade, je crois que le ou la bonne personne a été choisi par des instances supérieures pour diriger France Télévisions. 
Chaque fois, c’est une déception qui s’agrandit. L’avant-dernier, disparu aux enfers aujourd’hui, je l’ai vu courir à travers un champ de câbles pour lécher les bottes d’un Premier Ministre. Il ne savait rien faire mais le faisait avec ostentation. 
La Reine Folle, elle, est affligeante et affublée d’un mépris pour ses contemporains quand ils ne sont pas dédiés tous ensemble à sa propre gloire, à sa propre réussite. 
Ce n’est pas demain la veille que cela changera au regard de ses échecs à répétition. Les syndicats de France Télévisions semblent avoir regagné un peu de dignité en ne signant pas un accord d’entreprise qui va éventrer le Royaume et l’affaiblir. 
Une hémorragie, financière et sociale, dont l’audiovisuel public ne se relèvera pas. 
Heureusement que la Reine n’inspire aucune confiance, pas plus dans sa pratique que dans la bouillie pour chat qui lui sert de projet. Au regard de ceux qui gouvernent, son incompétence professionnelle est contrebalancée par sa volonté de faire ou de précéder ceux qui gouvernent et de réaliser des économies. 
France Télévisions est devenue un grand corps malade où la chasse à l’ETP (Emploi Temps Plein) est ouverte par des « managers » aussi minables les uns que les autres. 
Au Siège de France Télévisions, dans le Grand Donjon des bords de Seine, le Grand Troupeau de Mille Journalistes de la Plus Grande Rédaction d’Europe, ne fait pas grand- chose. Ses missions sont peu claires, et adaptées à une formule choc attribuée à un administrateur d’autrefois : « un journaliste qui ne travaille pas coûte moins cher qu’un journaliste qui travaille ! ».
Le Grand Troupeau devrait d’ailleurs s’agrandir de quelques têtes : les journalistes de la rédaction des outremers de Malakoff vont être dispersés dans France Télévisions. 
Un peu dans les régions de France 3, aucun dans les outremers puisque cela coûte trop cher, et la majeure partie dans le Grand Troupeau des bords de Seine. 
Même le fameux « Pôle numérique des outremers » sera réduit à sa portion congrue, sans budgets et sans personnels. 
Ceux qui savent et qui dirigent veulent effacer les traces de leur méfait : la suppression de France Ô et la fuite du directeur des rédactions (toujours grassement salarié) comme candidat aux européennes sur la liste LREM. Même le bâtiment de la rue Danton, ex-RFO, serait vendu à une société immobilière proche de la Direction. 
Les tractations seraient en cours. 

Le bâtiment serait déjà loué par son futur propriétaire à…France Télévisions pour y loger France 5 qui y trouvera bureaux et studios. 
Ben voilà un projet de grand banditisme fructueux : on abonde le budget malade de France Télévisions du produit de la vente. 
On pille le budget « location immobilière » du groupe public. Il ne manquerait plus qu’un cadre supérieur de France télévisions soit nommé directeur ou PDG dans cette société immobilière et on aurait l’arnaque parfaite… 
Officiellement, les outremers seront intégrés à France Télévisions, ou plutôt désintégrés. 
La visibilité sur les antennes nationales sera assurée par une émission de trente minutes quotidienne, diffusée le matin à 10h sur France 3, quand personne ne regarde…
A une grande heure d’écoute des ménagères et des chômeurs ! 
La production et la réalisation de cette émission sont confiées à une société privée sans appel d’offre. 
Un marché public confié à des amis d’amis de France Télévisions ou de l’ancienne direction des rédactions d’outremers, sans publicité. 
Détail objectif : les émissions réalisées par cette société pour France Ô sont si médiocres qu’elles ont contribué pour beaucoup à sa chute dans les audiences. 
Dans le même temps, on va fermer les moyens de production audiovisuelle publique de Malakoff. Mais le jeu continue. Jeu de dupes. 
Comment se fait- il que du côté de la Réunion, il y ait des tournages de productions avec la participation active d’une journaliste connue pour être l'épouse d’un cadre de FTV, alors que France Ô ferme ? Mélange des genres…
La Réunion où a réussi à se recaser en urgence le DRH de Malakoff, un des responsables du désastre. Vu sa compétence en matière d’antenne, ce n’est pas demain la veille que les taux d’audience catastrophiques de la Réunion vont remonter en télévision comme en radio. 
Le Président de la République, Jupiter, l’a annoncé en confirmant la fermeture de France Ô : les Premières sont des vraies chaînes de télévisions adaptées et populaires dans chaque territoire de la République, en radio comme en télévision.
Mais alors pourquoi considérer les ultramarins comme des colonisés audiovisuels ? 
Si ce sont des télévisions, et des radios, de plein exercice, les Premières ne devraient- elles pas être au moins majeures et adultes au lieu d’être soumises à la loi et aux désirs d’une direction centrale ou d’une présidente ?
Au regard de leurs excellents résultats et du savoir-faire de leurs salariés, ne serait-il pas temps d’envisager que chaque Première dispose d’un conseil d’administration et des programmes, qui fixe la composition de ses antennes, donne les orientations d’évolution régionales et participe au choix d’un directeur ou d’une directrice. 
Un conseil composé de représentants d’associations d’administration, d’élus, de syndicats, de tout ce qui fait la vie sociale d’une île, d’un archipel ou d’un immense territoire comme la Guyane ou la Polynésie ?
Actuellement ces nominations sont le fait du Prince, le Mamamouchi Kanak qui a fait fermer France Ô, et de la Reine. 
Résultat, parmi d’autres : la dame qui devait diriger la station de Martinique est d’une telle compétence que tout s’effondre, les audiences, les productions, les relations sociales. 
Elle vise maintenant l’éviction de la directrice de la station d’à-côté pour la remplacer. 
Ces jeux de dames pervers sont le fruit de la manière de la Reine Folle. 
Donner le pouvoir politique à un conseil local, de choisir au mieux des intérêts d’une région audiovisuelle, en pleine connaissance des capacités professionnelles d’un dirigeant, son directeur de station devrait être une doctrine démocratique à suivre dans les outremers mais aussi à France 3. Mais non, le centralisme de médiocrité audiovisuel, continue à faire son chemin tortueux.
Imaginer une fédération des télévisions régionales de plein exercice à la place de France 3 serait trop courageux. 
Construire une fédération des Premières unies par des services communs et des échanges n’est pas dans l’imaginaire de ces technocrates au petit pied ou de ces médiocres conseillers qui se proclament haut-cadres de l’audiovisuel public sur leur page numérique !
Je fais un rêve : que dans l’année qui vient, poussant ma pierre jusqu’au sommet, elle réussisse à franchir la crête olympienne et qu’un dirigeant capable soit nommé pour remplacer la Reine. Un rêve fou…

27 avril 2019

Hasard ? France Télévisions fait travailler l'ancienne porte-parole de Macron.

La journaliste Laurence Haïm a quitté la politique pour revenir à son premier métier : elle tourne actuellement un reportage qui devrait être prochainement diffusé sur France 2.


Fini la politique, retour au journalisme. Laurence Haïm, correspondante de Canal+ à Washington pendant plus de 25 ans et rare journaliste française à avoir été accréditée à la Maison blanche, va revenir à ses premières amours. 

Celle qui avait juré en janvier 2017 qu'elle "tournait la page du journalisme" pour devenir porte-parole d'Emmanuel Macron, alors en campagne pour la présidentielle, a changé d'avis et va bientôt collaborer avec le groupe France Télévisions, selon une information de Puremédias.


Ancienne porte-parole d'Emmanuel Macron, Laurence Haïm critique l'interview présidentielle de Laurent Delahousse.

La journaliste est effectivement en train de réaliser un reportage sur la fondation Obama, qui devrait être diffusé au mois de mai prochain dans le magazine Complément d'enquête, présenté par Jacques Cardoze sur France 2. 

Laurence Haïm était d'ailleurs aux côtés de l'ex-président américain lors d'une rencontre avec la jeunesse organisée le 6 avril dernier à Berlin. 

Du côté de France Télévisions, certaines sources ont cependant assuré à Puremédias que la collaboration avec la journaliste était ponctuelle.
Laurence Haïm recrutée par l'ancien stratège de Barack Obama !
"Elle est journaliste freelance. On lui achète un sujet, comme à d'autres, c'est tout" a-t-on confié à nos confrères. 
Elle, a quant à elle, répondu sans détour sur Twitter à ceux qui lui reprochaient ses aller-retour entre son métier initial et la politique. 

"Je retourne au journalisme pur et dur. Et si vous n'êtes pas d'accord, c'est votre problème. J'assume succès, échecs, changements de vies dans un monde compliqué" a notamment répondu Laurence Haïm à un internaute vindicatif.

Bilan calamiteux pour Martinique la 1ere !

  

Comité Social et Economique

Le 25 avril 2019

MOTION DES ELUS DU CSE MARTINIQUE LA 1ERE

SONDAGES METRIDOM TV JANVIER – MARS 2019

Moins 2 200 téléspectateurs pour le JT 13H
Moins 11 100 téléspectateurs pour le JT 19H en semaine
Moins 16 400 téléspectateurs pour le JT 19H le samedi
Moins 33 900 téléspectateurs pour le JT 19H le dimanche

Martinique La 1ère désormais nettement devancée par Via ATV le samedi, et à égalité le dimanche tous programmes confondus
Martinique La 1ère devancée tous les après-midi par Via ATV
Nos magazines infos du dimanche en nette régression
Voici, entre le dernier trimestre 2018 et le 1er trimestre 2019,  le constat alarmant tiré des résultats de l’enquête Métridom TV de janvier à mars 2019.
Cette situation inquiétante n’est pas le fait d’une relocalisation classique, mais bien le résultat d’une gestion calamiteuse par la direction de notre déménagement, qui n’a pas voulu entendre toutes les alertes lancées par les élus, les organisations syndicales et les collaborateurs de la station.
C’est aussi le résultat en amont de l’incapacité de la direction de restructurer son équipe en nommant un rédacteur en chef et un responsable de centre ; et l’incapacité de la direction éditoriale de gérer une antenne performante, reprendre les programmes locaux existants et innover, insuffler une âme à cette antenne.

Devant ce constat d’échec, nous demandons aujourd’hui à la direction générale de France TV  de tout mettre en œuvre pour que Martinique La 1ère redevienne pleinement la télévision de service public qu’attendent les martiniquais.

Votée à l’unanimité des élus, les syndicats CSA/CGT, FO, CGTM s’associent.

26 avril 2019

France Télévisions : pour les Echos le plan de départ pourrait être annulé !



EXCLUSIF
France Télévisions : le plan de départs pourrait « capoter »
Le SNJ va voter contre le projet de rupture conventionnelle collective prévoyant des départs assortis d'indemnités, si bien que le texte n'atteindra pas le nombre de voix requis.

Par Marina ALCARAZ


Coup de tonnerre chez France Télévisions. Selon nos informations, le SNJ de France Télévisions ne signera pas le projet  de rupture conventionnelle collective (RCC), annoncée par la direction en fin d'année dernière. « Consultés, nos adhérents ont voté majoritairement contre », explique un représentant du syndicat aux « Echos ». Dans un communiqué publié vendredi en milieu de journée, le SNJ souligne que « le texte final a été considéré comme non signable en l'état ».
Or, le SNJ pèse 15,9 % des organisations syndicales du groupe public, et pourrait donc faire « capoter » ce projet d'accord prévoyant 900 départs nets. En effet, pour que le plan soit accepté, il faut l'accord de 50 % des organisations syndicales.
Or, la CGT, syndicat majoritaire (40,6 % des voix) a quitté la table des négociations dès le départ. Dans un communiqué publié ce vendredi matin, l'organisation évoque une « casse sociale sans précédent ». Il fallait donc impérativement que les trois autres organisations syndicales (SNJ, FO et CFDT) votent pour atteindre les 50 %. La consultation des syndicats, qui devait se terminer ce vendredi, a été reportée à mardi.
Le texte n'est pas complètement « mort » pour autant. Si la CFDT et FO (qui pèsent respectivement 23,5 % et 19,6 % des organisations syndicales de France Télévisions) l'acceptent, la direction a encore la possibilité de demander un référendum aux salariés, comme le prévoit la loi. Et si les salariés votent pour, le plan serait alors validé.
FO et la CFDT doivent se rencontrer en début de semaine pour décider s'ils signeront ou pas. FO s'est déjà dit en faveur du texte après  le soutien massif de ses adhérents début avril (56 % des salariés, sur les 4.226 collaborateurs ayant répondu).
Si ce plan devait être retoqué, cela mettrait la direction de France Télévisions en difficulté. L'équation est en effet très complexe pour le groupe public que son actionnaire l'Etat a sommé  de faire environ 400 millions d'économies d'ici à 2022 .
France Télévisions veut en profiter pour opérer une vaste transformation, afin de s'adapter à la nouvelle donne. C'est dans ce cadre, qu'il prévoit le départ de 900 salariés (net), au maximum, d'ici à 2022. Ce chiffre correspond à un solde net entre les départs et les embauches prévues de profils plus numériques et plus jeunes. 
Des économies sur la masse salariale
Quoi qu'il en soit, si le plan n'est pas mis en oeuvre, la direction devra trouver une autre solution pour faire des économies sur la masse salariale. Soit elle repart de zéro et, négocie un autre plan, soit elle procède à des départs contraints (ce à quoi elle se refuse aujourd'hui), soit elle poursuit la politique du non-remplacement des départs à la retraite.
« Attendre des départs en retraites signifie que les choses iront plus lentement, et qu'il y aura moins de recrutements », relève un haut cadre. « Dans tous les cas, il y aura une réduction des effectifs à des conditions pas forcément avantageuses pour tous, cela risque de générer une crise sans précédent chez France Télévisions », s'inquiète Eric Vial, secrétaire général de FO Médias.
Le projet de RCC intervient alors qu'une nouvelle loi audiovisuelle est prévue pour les prochains mois. Elle pourrait d'ailleurs s'accompagner  d'une refonte de la redevance,voire de sa disparition. Ce qui fait potentiellement peser un risque supplémentaire sur la pérennité des ressources du groupe public. 
France Télévisions n'a pas souhaité faire de commentaire. 


Capital : article au vitriol sur les RH de France Télévisions !




23 avril 2019

Sosthène : Ordo ab Chao... ?


La chaleur du char Apollon sur ma montagne grecque, réchauffe mes vieux os. 
Mes chèvres profitent du soleil et les murets de pierres sèches semblent presque grésiller dans une odeur de thym…Quel calme…Loin du Chaos ! 
Je veux parler de ce désordre destructeur qui agite le Royaume perdu de France Télévisions. 
La Reine a voulu matérialiser ses folies à coup de pseudo-réformes en transformant le Royaume en…un espace qu’elle aurait pu, peut être, gouverner. 
Mais le Royaume et ses règles lui sont trop étrangers pour qu’elle réussisse en quoique ce soit. Pourtant, elle a rangé en ordre de bataille sa dernière phalange du Huitième étage : ces étranges soldats « économocrates », technocrates, qui lui promettent un avenir grandiose. 
Elle a mis sa garde en ordre de bataille pour tenter d’accéder au poste suprême et à venir de Présidente de l’Audiovisuel public, une fois que la Loi aura créé ce regroupement des chaînes et structures publiques au sein d’un même organisme. 
Pour être Reine des Rois, il faut rester à son poste. Ses phalanges ont donc envoyé dans tous les recoins de Paris, la rumeur indécente qu’un gouvernement souhaiterait conserver à son poste, un an de plus au moins, la Reine Pédauque…
Bon, je sais qu’il y a beaucoup d’énarques et demi-dieux inconsidérés dans ce gouvernement de la Cité mais ils auraient perdu la raison à ce point-là ? 
Car dans le Royaume c’est la totale. Plus personne ne sait comment travailler, ni où, ni comment ! Des managers aux neurones déficients prônent la Contribution et la Transformation à tous les étages : produire de l’image en masse avec des téléphones portables !
Des DRH, se croyant à Air France, veulent utiliser cette idée saugrenue pour battre en brèche la profession de journaliste qu’ils accusent de tous les maux de France Télévisions. 
Ces Technocrates de la Technostructure veulent un Hôpital sans médecins, une compagnie aérienne sans pilotes et maintenant des chaînes de télévisions journalistes, voire sans images professionnelles comme le déclament les radios filmées de Radio France diffusées sans succès sur France 3…
Pendant ce temps les syndicats s’inquiètent : les suicides et autres tentatives qui frappent le personnel n’émeuvent en rien la Reine … 
Les économies se font à toutes les échelles, croisant des demandes de productivité en hausse dans les régions, avec moins de personnel et c’est tout le modèle de fonctionnement de France Télévisions qui est en train de s’effondrer aussi vite qu’une charpente de Notre-Dame ! 
Les stratèges de la Reine n’avaient pas prévu que cela se passerait ainsi, et pour cause : ils sont totalement incompétents en matière de télévisions. 
Même, la centrale d’achat des chaînes est en train de péricliter : des directeurs auto-proclamés achètent des daubes américaines sur étagère à des tarifs hallucinants !!!
La grève qui paralyse les cars de production est due à un système totalement extraterrestre et américain de gestion des frais de mission 
Au lieu de dialoguer, la Reine a fait sa jaune sans gilet : elle est allée louer à des tarifs prohibitifs des cars de productions privés…Affligeant…
En fait la Reine Pédauque ne sait plus rien faire. 
La commande de l’état est simple : faire deux chaînes de télévisions : une nationale et une régionale…
Réduire l’audiovisuel public à la portion congrue du marché audiovisuel français…Faire faire au Public ce que les groupes privés ne veulent pas faire pour des raisons de rentabilité…
C’est bien, c’est une voie honorable. Encore faut-il l’organiser et non basculer dans une idéologie de science-fiction : faire du Média Global ! Une connerie au regard de la réalité des sociétés ! 
L’avenir est bien à la Télévision, diffusée et regardée sur un grand écran par des groupes ou des familles. La Télévision est un mass-média qui crée du lien…Pas un réseau social qui propage des idioties ! 
Les visions technologiques caduques de quelques énarques qui parlent sans savoir mais qui ont la parole qui fait loi ont provoqué cet état de santé chancelant de l’audiovisuel public…
Mais il est évident que la télévision continuera, malgré ceux qui lui dessinent un avenir sur smartphone parce que leurs adolescents boutonneux refusent de descendre dans le salon familial pour ne pas les voir… leurs parents ! et préfèrent s’user les yeux sur des écrans minuscules…Et c’est pour cela qu’elle existera, avec ou sans la Reine…Enfin plutôt sans.
Tiens ! Et si on rebaptisait France 3, France Premières ! France 1 ! puis France 2…Car les stations des Premières, chaînes de télés et de radios de plein exercice devraient passer sous la tutelle de la chaîne des régions avec la fermeture de Malakoff. 
Dans l’entourage de la Reine, on parle déjà de la vente de l’immeuble de la rue Danton. Vente que la Reine avait niée officiellement devant les personnels et les sénateurs de la République…Cela démontre au moins, l’estime dans laquelle elle tient les salariés et les élus de la Nation… 
Justement, pendant qu’à France 3, on s’enfonce dans la déprime, à Malakoff, on marche sur la tête, on vide les caisses en envoyant des équipes de reportages à demeure en Belgique, faire des sujets anecdotiques et sans talent sur des ultramarins qui vivent à Bruxelles…Comme si c’était européen !
Sans doute pour faire plaisir à leur ex-directeur de l’Information en campagne électorale pour ces élections européennes sur la liste préférée de Malakoff : la République en Marche. 
Mais il n’y avait aucune équipe pour expliquer aux ultramarins les nouveaux financements européens des équipements et flotte de pêche pour la Martinique et la Guadeloupe et leurs conséquences pour les populations littorales…
Et puis, le Grand Mamamouchi Kanak, directeur exécutif, pour ne pas dire bourreau des outremers à France Télévisions, a fait une prestation remarquée sur France Inter, invité de l’Instant M : même la journaliste n’a rien compris du projet de remplacement de France Ô. Un projet totalement nébuleux…Sans doute à souhait.
C’est une société privée qui produira les trente minutes d’émission quotidienne sur les outremers qui devrait être diffusée dans les matinales de France 3…
Tiens , il faudra qu’on voit qui est dans le capital de cette société et qui a déjeuné avec ses dirigeants ces six derniers mois…
Le Grand Mamamouchi a aussi avoué sa haine de Gérald Prufer, ce directeur régional de Polynésie qui attend sur son île un éclaircissement sur son avenir. Brillant, professionnel, adulé par ses troupes, spécialiste incontesté des outremers, ce martiniquais dirlo faisait trop d’ombre au Kanak pas franc et au directeur de l’information des outremers, totalement inculte, candidat à la députation européenne pour Larem : allez hop viré pour " une quasi-déloyauté ". Le procès risque d’être drôle et rémunérateur à hauteur de quelques centaines de milliers d’euros pour ce directeur sans reproche, accablé par un manager inefficace et incompréhensible sur une Antenne Nationale ! 
Si du moins, il est viré ! 
Son procès s’ajoutera à la longue liste des gens congédiés par la Reine auxquels la Justice accorde de confortables indemnités au regard de la vacuité des dossiers présentés par les avocats de France Télévisions…
Il se passe quoi exactement ? Un syndicat qui fut plus à l’écoute du pouvoir semble se rebeller devant tant d’impérities : Il demande la liste des deux cents directeurs payés plus de 100 000 euros par an qui forment l’oligarchie de France Télévisions et qui ne font rien ou qui passent d’une réunion à l’autre pour décider de la date de la prochaine réunion…
Quid de la Transparence au Royaume de la Reine ? 
Vous n’y pensez pas ! ce serait la fin de tout…
Le Chaos, une faille, une béance dans la trame du Temps…
Comme ce trou noir visité par les astrophysiciens. 
Chez nous les grecs, le Chaos est aussi matriciel : il donne naissance à de nouveaux dieux et à de nouveaux mondes, puis envoie les anciennes reines dans les fleuves infernaux…que le Chaos a créé !



19 avril 2019

France 3 à l'honneur !

France 3 et ses antennes régionales obtiennent 2 prix au CIRCOM régional 2019avec une mention spéciale dans la catégorie "Europe" pour France 3 Grand Est avec le module « L’Europe protège-t-elle vraiment ses consommateurs ? » et une mention spéciale dans la catégorie "programme le plus original et innovant" pourFrance 3 Normandie avec le programme court "Le débarquement vu du ciel". 
La CIRCOM est l'association qui regroupe l'ensemble des télévisions régionales des services publics en Europe. 255 pr.ogrammes provenant de l'ensemble des télévisions régionales de service public en Europe, représentant 23 pays, étaient en compétition.

LE DÉBARQUEMENT VU DU CIEL

France 3 Normandie obtient une mention spéciale dans la catégorie « Programme le plus original et innovant » pour la série de programme courts hybrides « Le débarquement vu du ciel » réalisé par Jean-Baptiste Pattier, et conçue par Vincent Robert. 
Les prises de vues par drone ont été effectuées par Benjamin Loriou de Tendance Production.
Comprendre ce qui s’est passé lors du débarquement de Normandie en prenant de la Hauteur ! Un drone filme de haut et une infographie replace exactement les forces en présence et les faits marquants de ce jour qui changera le monde et le libérera du joug nazi.
Le traitement, court, moderne, innovant a pour but de transmettre aux nouvelles générations l’importance capitale du D-DAY. En adaptant leurs codes narratifs nous souhaitons sensibiliser les plus jeunes pour perpétuer le devoir de mémoire.

L'EUROPE SANS BLA-BLA

France 3 Grand Est obtient une mention spéciale dans la catégorie « Europe »pour le module « L’Europe protège-t-elle vraiment ses consommateurs ? » présenté par Valérie Odile, tous les lundis dans le 19/20.
Une meilleure compréhension de l’Europe, de ses mécanismes, de ses enjeux et projets est un enjeu démocratique essentiel.
Pour cela, France 3 Grand Est propose une série de modules ludiques, présentés par Valérie Odile et animés par les illustrations d’Ines Pons Teixeira tous les lundis dans le 19/20, jusqu’aux élections en mai 2019. A découvrir en avant-première chaque dimanche sur grandest.france3.fr !
L’Europe, c’est que des technocrates. L’Europe protège-t-elle ses consommateurs ? Que fait-elle contre les pesticides ? L’Europe, c’est pas pour les jeunes et de nombreuses autres idées seront abordées jusqu'aux élections européennes.

Courrier des lecteurs : Martinique, panier de crabes à gogo !


Encore une affaire de harcèlement sexuel. 
En Martinique cette fois.
Des stagiaires victimes de leur hiérarchie et des journalistes en rédaction radio.

Comme partout à France Télévisions c’est Silence Radio.

Une enquête est en cours avec des agents extérieurs à la station.

Il n’y a probablement pas d’instances locales: pas de délégués du personnel, pas de CHSCT. 
Pourtant les élus martiniquais pèsent sur le fonctionnement du comité central d’entreprise. Peut être trop lourdement donc on ne peut pas leurs faire confiance. Vu de Paris ce sont des incontrôlables.

Qui s’inquiète de la santé et du moral des stagiaires, en Martinique comme à Francetvinfo ? Qui les a recensés ? Qui les a dénombrés ? Silence radio.

Les cadres présumés coupables sont ils mis à pied à titre conservatoire?
Sont ils dangereux pour la bonne marche de l’entreprise? Apparemment non!
Vite la Com’ encore une publication des textes en vigueur pour les antillais.

C’est bon pour le moral du DRH national car celui de Malakoff est aux abonnés absents depuis longtemps. 
Il prépare ses valises pour aller en poste indexé à la Réunion gérer les destinées de Mayotte 1ère et Réunion 1ère. 
Encore un cadre de Malakoff qui part sous les cocotiers au nom de la convergence des stations et des économies d’échelle. Merci le contribuable. 
Réunion et Mayotte, 2 stations dans lesquelles il a déjà brillé par son incompétence et inconsistance. Si lui a occulté ses frasques de sa mémoire, si FTV aussi a perdu ce maillon mémoriel, les personnels eux n’ont rien oublié des faits et gestes du nain de jardin, grand danseur immortalisé en tutu sur les tables de la cantine de la Légion à Mayotte.

Pâques est une mauvaise saison pour les crabes aux Antilles, l’équivalent pour eux de la St Barthélémy. 
Le fameux Matete ou Matoutou de crabes, c’est le plat traditionnel dégusté sur les plages le dimanche et lundi de Pâques.
C’est aussi la saison des concours culinaires du crabe aux pinces d’or.
Si les bons crabes se font rares dans la mangrove on sait où en trouver. 
A Martinique 1 ère il y a quelques spécimens velus, les plus gras sont à Francetvinfo et à Malakoff  spécificité d’outre mer , il y a les meilleurs, les plus recherchés des amateurs: « les gros mordants .»  
Et si on votait sur ADAP en toute confidentialité pour élire le crabe aux pinces d’or 2019 ?  Regardez autour de vous, ça grouille dans le panier FTV.
Le crabe pourrait même devenir le symbole de FTV.
Pourquoi me direz vous ? 
Parce qu’un crabe marche toujours de travers.

SNJ : après la tentative de suicide à F3 Alpes


Madame la Présidente,

Lundi 8 avril, une journaliste de France 3 Grenoble, élue du personnel, a tenté de mettre fin à ses jours, dans sa voiture, sur le parking de la station.
Un geste terrible, glaçant, désespéré, conséquence du harcèlement qu’elle vivait de la part d’un salarié de l’antenne.
Notre consœur élue de proximité avait déjà, à deux reprises, dénoncé les agressions verbales de ce salarié envers plusieurs de ses collègues.

Madame la Présidente vous étiez au courant de cette situation inquiétante à Grenoble : le SNJ vous a adressé un courrier le 15 février puis un autre le 15 mars, pour vous alerter et vous demander d’intervenir pour faire cesser ces agissements. 
L’inspecteur du travail a écrit le 5 mars à la direction de France 3 lui enjoignant de protéger le collectif de l’antenne des comportements agressifs du harceleur et lui rappelant les obligations de l’employeur en matière de santé et de sécurité des salariés.

Qu’avez-vous fait Madame la Présidente, qu’ont fait les dirigeants de France 3 pour éviter qu’on en arrive à cette tentative de suicide ? 
Avez-vous permis qu’une véritable enquête soit menée ? Non ! 
Aucune réaction de votre part et très peu, trop peu de la part de la direction régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes.
Une simple proposition de médiation jugée non pertinente par l’inspecteur du travail. 
Avez-vous répondu à son courrier ? 
Vous n’avez pas daigné répondre à ceux du SNJ.
Trois jours après le drame, les élus du CSE du réseau France 3 réunis en session extraordinaire ont voté à l’unanimité la désignation d’un cabinet d’expertise qui devra mettre à jour notamment les dysfonctionnements de toute la chaîne managériale et proposer des mesures de prévention.

Quelques jours auparavant c’est la rédaction de France info numérique qui était au cœur d’un scandale de harcèlement à l’encontre de femmes, encore des femmes victimes des agissements d’hommes.

Là aussi la direction avait été alertée mais n’a pas réagi et les cadres qui ont laissé faire vont reprendre leur poste comme si de rien n’était, comme cela a été annoncé aux élus du siège.

Pour le SNJ et la majorité des salariés de cette entreprise, preuve est faite que les dispositifs d’alerte ne fonctionnent pas, que l’accord QVT dont vous êtes si fière ne nous protège pas.

A France Télévisions il est encore d’usage de fermer les yeux et de mettre la poussière sous le tapis plutôt que d’adopter une tolérance zéro pour tous, y compris pour les responsables hiérarchiques qui savent et préfèrent regarder ailleurs.

Tout cela intervient dans un climat hautement anxiogène : 
- 900 suppressions de postes décidés par l’entreprise, avec ou sans RCC ; 
- menaces sur le Soir 3 ; 
- sur Thalassa ; 
- disparition de France Ô ; 
- nouvelles grilles des antennes régionales ; 
- généralisation de la polyvalence à tout crin ; 
- rapprochement avec France bleu, 
- déménagement brutal de l’antenne d’Ile de France au siège ; 
- sans compter le futur projet de loi audiovisuelle et les rumeurs de suppression de la redevance.

Alors non, Madame la Présidente, l’esprit du séminaire de Strasbourg n’est pas descendu jusqu’au petit peuple qui met du charbon dans la machine et il est temps pour vous et la direction de cette entreprise de tenter de comprendre pourquoi il y a un tel climat pathogène dans les collectifs de travail, pourquoi les alertes se multiplient dans les antennes, pourquoi depuis le début de l’année, à Orléans puis à Grenoble, deux salariées sont tellement désespérées par leurs difficultés relationnelles au travail qu’elles ont tenté de mettre fin à leurs jours.

Madame la Présidente, Le Syndicat National des Journalistes de France Télévisions vous enjoint solennellement d ‘agir en urgence pour assurer la sécurité des personnels en souffrance à France Télévisions, dans l’hexagone et en Outre-mer.
C’est une obligation légale qui relève de votre responsabilité.