30 janvier 2019

France Bleu Isère : c'était des Anars (?)

Dans la nuit de dimanche à lundi, un incendie a détruit les locaux de la station France Bleu Isère, à Grenoble. 
Selon le site Internet de la radio du groupe Radio France, les faits ont été revendiqués dans un message posté sur un site anarcho-libertaire, anticapitaliste.
"Beaucoup font couler l’encre à propos des médias pour les critiquer, peu font couler l’essence dans leur locaux pour les incendier. 
A cela on remédie. 
Dans les bureaux des radios dans le centre-ville, lundi. Dans la tour hertzienne en périphérie, cette nuit", précise le texte qui dénonce "les industriels d’hypnoses collectives, contre les fabricants de subjectivités consentantes à la société existante".
Et d'ajouter : "Bravo aux individu·e·s  enfin, qui, par monts et par vaux, perpétuent l'attaque et veulent tout mettre à sac".
La PDG de Radio France Sibyle Veil a dénoncé avant-hier l'incendie qui a touché les locaux de la radio France Bleu Isère à Grenoble, un "acte criminel et odieux" qui a "profondément choqué" l'ensemble du groupe public. 
"L'incendie qui a détruit une partie importante des locaux de France Bleu Isère à Grenoble cette nuit nous a tous profondément choqués", a indiqué lundi la dirigeante de Radio France, dans un message aux collaborateurs du groupe.
Aucun blessé n'est à déplorer mais les dommages matériels sont considérables. 
Il faudra de longues semaines pour remettre les locaux en état. 

Radio France : Hess, l'ancien Pdg condamné !


Ernotte : tweets en toc !


29 janvier 2019

France Télévisions intensifie sa chasse aux vieux !!!


Delphine Ernotte avait annoncé la couleur dès son accession au poste de Pdg de la Société
Publique  : " trop de vieux blancs de plus de 50 ans sur les antennes ! " suivie en cela par sa copine Nyssen l’éphémère Ministre de la Culture
amateure de mansardes classées...

Au passage, on ne voit pas plus d'antillais, de polynésiens, d'asiatiques ou de franco africains sur le petit écran!

D'après le  Parisien, d'ici 3 ans ce sont les totems des Sports qui vont dégager :

Patrick Montel, Nelson Monfort ou encore Thierry Adam devraient prendre la porte. 
La direction du groupe veut profiter du grand plan de départs volontaires (entre mille et deux mille mises à la retraite ou "bénéficiant" d'une Rupture Conventionnelle de Contrat, très peu favorable au salarié au regard des différents Plans de Départs Volontaires (la différence est de 1 à 5 !).
Ces RCC sont actuellement en négociation avec les syndicats qui le moins que l'on puisse dire ne sont pas très chauds pour poignarder leurs adhérents dans le dos.
Le pauvre Pascal Golomer, l'encore directeur de la rédaction des sports du groupe, a tenu à
démentir devant les salariés un "liste noire". Cependant, ce n'est pas lui qui est à la manœuvre  mais la DRH du Groupe qui tend à ressembler à celle de France Télécom où officiait il y a quelques années une certaine Delphine Ernotte.

28 janvier 2019

France Bleu Isère en feu cette nuit !


Un incendie criminel a ravagé, à 2h30 ce matin, la radio publique France Bleu Isère à Grenoble dont les locaux sont entièrement détruits.

La station de radio publique, France Bleu Isère a été frappée par un incendie criminel cette nuit. C'est la station elle-même qui l'annonce sur son site internet en précisant:
"Heureusement, il n'y a aucun blessé, mais les dégâts sont conséquents et impossible pour le personnel d'accéder aux locaux. Impossible donc à l'heure actuelle pour l'équipe de vous accompagner, de vous informer, de vous divertir."
L'incendie s'est déclaré vers 2h30 et l'origine criminelle ne fait guère de doute. Il y a eu deux départs de feu à l'intérieur des locaux et une porte d'entrée a été fracturée.
Les flammes ont ravagé le rez-de-chaussée du bâtiment, qui comprend les studios de diffusion de la radio, situé au 27 sur l'avenue Félix Viallet, dans le centre-ville de Grenoble.
Aucun salarié de Radio France n'était sur place au moment où le feu a été signalé, vers 2h30 du matin lundi. 
Le rédacteur en chef de France Bleu Isère, Léopold Strajnic, a précisé lundi qu'aucune menace particulière n'avait été exprimée ces derniers jours, contre la radio.
Aucune revendication n'a été retrouvée sur place, ni reçue pour le moment.

JMMorandini

Sosthène : le mensonge érigé en principe de gouvernance


Quand mes pensées se perdent et que mes
mots trébuchent, Alethea me prend par la main et me chuchote quelques mots doux. 
Alethea est la déesse de la Vérité…
Ensemble nous détestons bien sûr Dolos, la déesse de la supercherie, de la tromperie, de la déception, de la
fraude et de la malhonnêteté. Dolos est toujours accompagnée par les Pseudologi. 
Ce sont les mensonges. Instruments de la malhonnêteté. Et mes chèvres et moi avons découvert que la Reine Folle est une adoratrice, pour ne pas dire une prêtresse de Dolos. 
Elle savait, la Reine, que de mentir à une délégation sénatoriale ne prête à aucune conséquence. 
Elle a vu la comédie de Benalas, autre fidèle de Dolos. 
Mais là ! Quel aplomb ! 
Bien sûr que la volonté de la Reine est de disperser, exterminer cette peuplade de Malakoff. 
Sur 340 personnes, il est prévu l’exclusion de 110 salariés ! 
Elle a donc menti devant les sénateurs. 
Il n’y aura plus d’outremers à France Télévisions et les stations des Premières qu’elle fait semblant d’aduler sont réduites à la portion congrue les unes après les autres. 
Elle aime tant les outremers, qu’elle réduit le nombre de salariés chaque année de façon drastique. Cette année n’a-t-elle pas supprimé 100 000 euros dans la caisse de financement de la production locale de chaque station ! 
La représentation des ultramarins dans France Télévisions ? 
Il n’y en a aucune : aucun présentateur noir ou bronzé ou jaune, aucun rédacteur-en-chef noir au national, aucun directeur noir et le seul directeur kanak, assis auprès d’elle n’a pu émettre que quelques borborygmes inaudibles pendant son audition ratée au Sénat pour défendre les outremers. 
La Reine Folle serait- elle raciste ? Le courageux sénateur de Guadeloupe qui lui a posé des questions bien informées n’en a pas douté une seconde ! 
On pourrait franchement le croire. 
Les directeurs, les barons de France Télévisions se sont étouffés : le projet de déménagement dans la plaine Saint-Denis dans les locaux détenus jusqu’en 2024 par Luc Besson a été présenté, envisagé par la Reine Folle il y a un an et demi…
Le consortium de Banques qui a injecté 150 millions d’euros dans la future Cité de la Télévision a la plupart de ses dirigeants membres du Siècle. Ce lieu fermé groupusculaire qui réunit les gens d’entreprises et d’affaires et où siège Delphine Ernotte…
Rumeurs dira-t-on ? Complotisme ? 
Les Pseudologi sont les instruments de la Reine Folle…Mais la Reine n’est pas folle jusqu’au bout. France Télévisions, désargenté, devait acheter Molotov,
une société du Numérique et intégrer son personnel pour la somme de 40 millions d’euros. Cela aurait rendu service à un ami proche de la Reine, Pierre Lescure, co-propriétaire endetté de Molotov. Finalement, l’affaire ne se ferait pas…Cette supercherie malhonnête a été découverte et cela s’est su. La Vérité éclaire.
Dans le donjon des bords de Seine, les petits messieurs ne se tiennent plus de joie : les favoris de la Reine pensent que, parceque les syndicats n’ont pas quitté la table des négociations, ils sont prêts à signer un accord pour que se mette en place le pitoyable plan de départ de la Rupture Conventionnelle du Contrat de Travail… 
Rude déception à venir pour ces baronnets. 
A part une organisation qui prétend être un syndicat, pro-Poutine, anti-journaliste, anti-vieux et affidé à la Reine Folle…personne ne signera quoique ce soit. 
Supprimer 1000 emplois sans avoir un projet crédible pour France Télévisions, c’est suicidaire…
Dans le domaine de l’esbrouffe, le marchand grec qui a supprimé l’identité des chaînes en créant la centrale d’achat de programmes répète à l’envi que tout sera diffusé à partir de FranceTV.fr et que l’avenir est la diffusion numérique, en clair par internet. 
Il va également produire des documentaires « numériques » dit- il. 
Mettre « Numérique » à toutes les sauces est passablement énervant. Le matériel est numérique, l’objet ne l’est pas. Le vin est il en verre quand la bouteille l’est ? 
Depuis Praxitèle, au moins, ou le peintre de Lascaux, on sait que le cadre, la couleur, le récit de l’œuvre sont importants. Le support importe peu. Produire un excellent documentaire avec un scenario, un découpage image, de la palette graphique et il sera diffusé partout. 
Se pose-t-on la question de savoir si les films de cinéma sont diffusés par projecteurs ou sur écran numérique ? 
Bref ...de l’esbrouffe et puis diffuser sur Francetv.fr c’est ignorer que 44 millions de français regardent la télévision chaque jour, que l’audience reste au moins stable, voire progresse. 
L’institut Médiamétrie estime que la vidéo à la demande pèse 15 % dans la consommation des 15-24 ans, ce chiffre atteint seulement 4 % pour l’ensemble de la population…
Netflix n’a pas encore mangé la Télévision … 
" les Français regardent avant tout la télévision pour du divertissement, de l’information ou du sport " souligne M. Rosanvallon directeur du département Télévision de Médiamétrie. " Ce n’est donc pas parce que l’on s’abonne à ces services (Netflix, Amazon) que l’on arrête de regarder la télévision. " et donc si les français regardent de plus en plus la télévision, quelque soit le support, c’est qu’il s’agit d’une ancienne entité qui fait partie de leur vie quotidienne plus de 3 h 47 par jour. 
Donc ceux qui savent bien la faire sont des professionnels expérimentés, journalistes, techniciens, réalisateurs, administratifs…
Alors pourquoi diable la Reine Folle veut elle virer 1000 vieux qui connaissent le métier, plus 1000 autres virés aussi pour laisser la place à des jeunes qui n’y connaissent rien et qu’on embauche sous prétexte de nouveaux métiers du Numérique, ce qui n’a rien à voir avec la Télévision. 
Le monde de la Reine Folle est particulier ! incompréhensible ! 
En fait ce qui est discernable, c’est bien que les économies voulues par la doxa gouvernementale se traduisent par une errance à France Télévisions. 
Dans les couloirs de Matignon, la montagne à côté de l’Olympe, les conseillers de marrent d‘avoir une marionnette comme la Reine Folle, prête à tout pour rester sur son trône. 
Sur l’Olympe, Jupiter n’a donné qu’une seule consigne : pas de grève à France Télévisions…
C’est raté. France 3 Pays de Loire est s’en dessus-dessous. Grève pour les conditions de travail et le manque d’effectifs ; le Bureau Régional d’Information est fatigué de la politique de la Reine Folle. 
Des hiérarques méprisants devraient prendre le TGV ce lundi pour aller à Nantes. Et si la grève de Nantes se propageait au reste de la 3…A Malakoff ?
Les petits marquis de la direction des outremers n’ont pas fait une seule journée de grève ces temps-ci pour sauver France Ô…et du coup, la Noblesse du Royaume, oligarchie auto-proclamée, en profite ! 
Le Mamamouchi Kanak doit partir mais avant, il récompense. Sa fidèle directrice de cabinet, ex-chargée de communication, a reçu une augmentation de 2500 euros par mois, à effet rétroactif sur douze mois. Elle part en retraite avec un pactole qui laisse pétrifié le service de la paye. 
Vacances au soleil au frais de France Télévisions et de la redevance, à Tahiti, augmentation stratosphérique…
C’est la vie dure des managers de France télévisions. Ce royaume perdu où la Reine distribue des prébendes et dicte des économies, oubliant la médiocre salariée qu’elle fut autrefois. 
Cette année, en principe, la loi sur l’audiovisuel sera votée. 
Le Conseil d‘Administration de France télévisions choisira en 2020 le futur président mais pas d’illusion, sur une quinzaine de membres, une dizaine émanent de l’Etat et feront ce que le premier Ministre d'alors leur dira de faire…Mais au moins cela se passera devant les deux représentants des salariés et si, un nouveau règne de la Reine Folle se profile...on saura au moins que l’Olympe veut la fin de France Télévisions !

Grève à France 3 Pays de Loire

Pas de 12/13, ni 19/20, ni Soir 3 sur France 3 Pays de la Loire. 

Le mouvement de grève devrait continuer ce week-end. Les personnels demandent des moyens supplémentaires s’estimant en « sous-effectif chronique ».

Les salariés du bureau d’information régionale de France 3 Pays de la Loire sont en grève depuis mardi 22 et ont suspendu la production et la diffusion des journaux télévisés régionaux. L’antenne souffre d’un sous-effectif chronique, formations, arrêts de travail et autres absences n’étant pas remplacés. « Nous sommes sous-dotés pour couvrir l’actualité très riche de notre région » ,estiment les personnels.
L’assemblée des salariés qui s’est tenue ce vendredi 25 janvier a reconduit la grève qui devrait toucher l’antenne ce week-end. L’émission Dimanche en politique consacrée au rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne est également annulée.
Selon Fabienne Labigne, déléguée CGT, « les personnels sont toujours en attente de propositions ». Une rencontre avec des responsables nationaux de France 3 Régions est prévue aujourd'hui lundi.
Ouest-France  

27 janvier 2019

Radios Nationales + France Bleu : Grand Débat


Les stations de Radio France vont se délocaliser "aux quatre coins de la France" d'ici la fin février pour décrypter les enjeux du grand débat national, et nouer un dialogue avec le public, en pleine crise de confiance envers les médias.
Les radios nationales du groupe vont toutes se délocaliser pendant une journée, en s'appuyant sur le réseau de France Bleu, avec des émissions en direct et en public, auxquelles s'ajouteront, et c'est ce qui ce qui fait toute l'originalité de ce dispositif, des échanges avec les journalistes. 
"Dans un contexte de crise, et en particulier de cette crise de confiance à l'égard des médias et de l'information, nous nous sommes dits qu'il fallait que Radio France soit au plus près des Français, pour aller décrypter l'actualité", a expliqué vendredi à l'AFP Guy Lagache, le directeur des antennes de Radio France, qui a monté ce dispositif.
"L'idée, c'est d'aller là où se trouve le citoyen, de ne pas rester à Paris dans ce qui pourrait être perçu comme une tour d'ivoire, et d'aller prendre le pouls de qu'il se passe partout sur le territoire", dit-il.
France Culture lancera le mouvement mardi 29 janvier à Strasbourg, suivie par Mouv' à Brest le 7 février, franceinfo à Toulouse le 14, France Inter à Saint-Etienne le 22.
Les 44 stations locales du réseau de France Bleu, diffuseront quant à elles des matinales spéciales le 28 février, toutes consacrées à l'égalité d'accès aux services publics. 
Si les radios du groupe ont l'habitude se délocaliser, le directeur des antennes a voulu créer des espaces d'échange lors de cette opération, qui permettront de nouer un dialogue entre le public et les journalistes, à l'heure où la confiance envers les médias est au plus bas comme l'a illustré la crise des gilets jaunes.
Face à ce "divorce fort" entre les citoyens et la presse, "Radio France a le devoir de renforcer le lien de confiance avec le public, ce qui passe par l'écoute et le dialogue", plaide Guy Lagache, pour qui il s'agit de "questionner nos pratiques" et faire preuve de "transparence", en se gardant d'être des "donneurs de leçon". Une "démarche de fond" qu'il veut prolonger bien au-delà de cet exercice.


Enfin, France Bleu a lancé une consultation sur internet, parallèlement au grand débat national. Elle vise à recueillir les propositions de ses auditeurs pour "améliorer leur quotidien et celui de leur territoire".

25 janvier 2019

Audiences : 3e place pour l'Emission Politique


France 2 avec l'Emission Politique se fait passer devant, en matière d'audience, par la 3 avec " La Faille " et surtout par la Une avec " Profilage " dont le premier épisode devance la chaîne de service public de plus de 3 millions de téléspectateurs !
La modification du plateau avec une cohorte d'invités en lieu et place d'un seul grand témoin n'aura pas eu, finalement, les résultats souhaités.
Il faut dire à la décharge de France 2 que faire un énième débat sur le Grand Débat contribue à saturer l'antenne.

22 janvier 2019

Sosthène, France Télévisions : explosif ! immobilier et surtout Brut de Brut


Il fait froid sur l’Olympe et ça grouille pas mal chez les demi-dieux. 
Moi je reste tranquille au coin du feu mais mes pensées se portent vers Malakoff ou tout une peuplade attend d’être exterminée. 
Ne vous en faites pas, cela va venir…
La Reine Folle de France Télévisions n’accorde aucune importance aux outremers et en se serrant un peu on peut disperser la peuplade dans le grand château des bords de Seine. 
La Reine a besoin de Malakoff…pour le vendre.
60 millions d’euros
Ce serait le montant du premier chèque à verser pour avoir le droit de rentrer dans le rêve de la Reine Folle : la Cité du Cinéma aux portes Nord de Paris. 
Dans la Plaine Saint-Denis, la cité de Luc Besson est un désastre financier et tout le monde, Etat compris verrait bien France Télévisions occuper les 15000 mètres carrés de bureaux et les plateaux…
Pas bête ! 
Avec la revente du Siège, cela ferait une opération colossale et du coup le conseil d’administration serait obligé de laisser la Reine de Pique cinq ans de plus à la tête du Royaume.
Bon on s’en fiche que le plan de départ volontaire soit un échec, de toute façon le grand Plan c’est de ficher le camp vers la Cité du Ciné avec la Dame de Pique dans le rôle principal, ouvrant les eaux pour faire passer sa tribu avant que les blindés du Pharaon et les affaires d’Etat ne la rattrapent... 
La Reine Ernotte aime se contredire ou se parjurer pourvu qu’il y ait de la Com. 
Et des affaires… 
Ainsi, elle la Reine des Amazones, la féministe, la misandre, s’associe avec un homme soupçonné et accusé d’agressions sexuelles sur des jeunes femmes pour balancer un ou deux tarets dans France Télévisions et rendre service à ses amis. 
Suivez bien cela va être compliqué. 
Loin de mes montagnes grecques, il souffle un vent glacé sur la Plaine Saint-Denis où gît Luc Besson. 
Le ver destructeur s’appelle Brut
Une société financée aussi par Luc Besson. Celui-là même qui n’a plus un rond et qu’il faut sauver. 
Brut est une société privée créée par des transfuges de Canal Plus : Renaud Le Van Kim, Guillaume Lacroix et Laurent Lucas. 
Cette société qui a une quarantaine de salariés produit des modules d’information, sans commentaire et avec banc-titres. 
Un habillage djeuns pour attirer les jeunes et une volonté : considérer que c’est un exemple pour la future France Télévisions. 
France Télévisions est la seconde source de financement de Brut ! 
C’est la Régie Publicitaire du Royaume qui gère totalement la pub de cette société PRIVEE ! 
Les écrans, on ne peut pas appeler dignement ces machins, des reportages, sont diffusés exclusivement sur Internet et exclusivement sur Facebook et You tube et…sur la chaîne France Info !
Brut est aidé par l’Etat...
Le gouvernement lui demande de fabriquer des modules publicitaires avec l’écriture visuelle qu’ils utilisent pour l’actualité. 
La Banque Publique d’Investissement aide financièrement Brut…
L’étrange société fait aussi œuvre de formation en entreprise. 
Portée aux nues, elle génère des inquiétudes et des interrogations. 
D’abord un constat, Brut ne diffuse, en France que sur les réseaux sociaux américains et ses dirigeants expliquent qu’ils ont signé des accords avec des diffuseurs chinois d’internet, Toutiao (ByteDance-Tik Tok), Weibo, Youku, Pear Video et Tencent Video. 
Toutes entreprises-relais de l’Unité 61398, qui dépend directement de la troisième section du Département général de l’Armée de Libération populaire de Chine. 
En fait, il s’agirait du 2e bureau de cette section. C’est donc une organisation militaire d’espionnage et de manipulation informatique de deux mille personnes installées à Shangaï, unité qui répond directement au Parti communiste chinois et a, à ce titre, accès aux “ressources des entreprises publiques” chinoises dont les diffuseurs pré-cités. 
Pas très clair Brut ! 
Affabulateur en tout cas comme le dit une célèbre encyclopédie libre : 
" Arrêt sur Images pointe, en janvier 2019, le « silence » de Brut (aux côtés du Monde et de Télérama), sur les « accusations de violences sexuelles portées par plusieurs femmes à l’encontre du cinéaste Luc Besson », actionnaire de Brut. 
Une contradiction avec la ligne éditoriale de Brut telle que la décrit son directeur des publications Laurent Lucas, celle-ci se « focalisant sur le féminisme, les luttes contre les discriminations, l’environnement et le traitement de la culture sous un prisme sociétal "
Féministe comme la Reine des Amazones et son bizarre directeur de la Transformation.
Puis de toute façon, pour conclure le portrait de cette étrange Brut, pour travailler en Chine, il faut passer sous les fourches caudines de l’autorité chinoise et et donc contribuer d'une manière ou d'une autre à leur politique. 
Brut qui après son installation en Chine prétend s’installer aux USA et en Inde, clame avoir 100 millions de vues ! 
Au moment même où tous les spécialistes dénoncent l’affabulation de la fréquentation des sites web ou des pages facebook. 
Les modèles économiques bâtis sur des estimations de fréquentation sont totalement caduques depuis que l’on sait que les " fermes à cliks " où les algorithmes envoie des millions de pulsions sur les sites qui paient pour avoir une apparence de fréquentation type "  100 millions "…
Mais on pourrait se demander pourquoi la Reine Folle s’infiltre dans Brut…T
out simplement parce que pour elle , c’est le prototype de ce que doit être France Télévisions : des personnels mal payés,  forcés à la polyvalence au détriment de leur cœur de métier, pour fabriquer des séquences d’images qui ont le goût de l’eau tiède. 
France Télévisions fait travailler Brut mais dans quoi ?
Mystère. 
Il est quand même étrange que France Télévisions investisse en grand secret dans cette boîte fabriquée par les échappés de Bolloré et souhaite en même temps investir dans Molotov TV une application qui permet de regarder des programmes de télévisions si on s’abonne en payant. 
La bande de fondateurs de Molotov a mis la société en vente. Tout en criant au succès mondial et bardée de prix, elle tend la main pour trouver des financements. 
Et si tout ne marchait pas comme ils le disent ? 
Pour une société créée en 2016, ce n’est pas normal, d’être revendue aussi vite. 
Sauf si c’est un coup financier. 
Ça tombe bien France Télévisions est en négociations secrètes pour acheter Molotov à prix d’or. 
Objectif : gérer son service de SVOD… 
Rappel : les créateurs, comme les rois mages sont trois… 
Denoual, ancien de TF1,Jean-David Blanc, Allociné, et enfin Pierre Lescure, ex-icone de Canal Plus mais surtout ami très proche de Delphine Ernotte. 
C’est lui qui a constitué le dossier de la candidature devant le CSA de la Reine Folle. 
Il a réussi ce tour de passe-passe avec son carnet d’adresses pour faire nommer la Dame de Pique. 
Pierre Lescure toujours chroniqueur sur France 5 est endetté jusqu’au cou. 
Sa dernière chance de se refaire est de revendre, avec la complicité de la Reine, sa créature improbable à France Télévisions.  
Il n’y aurait pas un délit là-dessous ? 
Une brigade financière y verrait certainement malice. 
Et puis, il est tout de même étrange que Molotov qui prétend ramasser 900 abonnés payants par jour soit à la recherche de capitaux frais. 
Une quête pas vraiment bardée de succès. 
D’où l’irruption de France Télévisions et de la Reine Folle qui se verrait bien aussi à la tête de Molotov. 
Le plus drôle dans ce banc de brume, c’est que la Reine Folle y croit dur comme fer. 
Mais dans la France Réelle (67 millions d’abonnés), qui a des gilets jaunes, des bonnets rouges, des stylos verts et des bérets bleus, rien de ce qu’invente la Reine Folle n’existe : pas de France3 Noa, pas de Molotov, pas de Brut !

La Reine vit dans un rêve éveillé où elle serait reconnue comme la Majesté des Chefs d’entreprises de France, d’Europe et du Monde…
Etonnant, car en fait, elle joue avec de l’argent public et a constitué autour d’elle une oligarchie qui pompe l’argent de la Redevance. 
Une dizaine de directeurs part au FIFO, ce festival du n’importe quoi audiovisuel, financé partiellement par France Télévisions…à Tahiti.
Une dizaine de directeurs vont donc passer la semaine en réunion dans les hôtels de luxe et sur les plages tahitiennes avec l’argent de la Redevance. 
Un seul a annulé sa participation : le directeur des contenus de France Ô…
Trop malin ce gars-là. 
Il remplacera peut- être le Grand Mamamouchi Kanak, qui après n’avoir rien fait pendant deux ans quitte ses fonctions de directeur exécutif des outremers pour aller grignoter une igname ancestrale dans la case de la tribu…

21 janvier 2019

Au revoir Kotra, bienvenue Grillon (peut-être...)

Comme l'avait annoncé l'ADAP voici trois mois Wallés Kotra devrait donc quitter ses fonctions de Directeur Général Exécutif des Outremers.
Bien entendu, c'est la course à l'assiette au beurre pour sa succession.
Dans la "short list", des têtes connues, du moins à France 3 et à France Ô.

Ainsi pour l'instant, c'est Daniel Grillon, tout
récent Directeur des contenus ( en fait Directeur des Antennes dans l'Ancien Monde ) qui tient la corde.

Laurent Corteel, ci-devant futur ex-Directeur Régional de Corse qui a sévi un temps à Wallis et Futuna et qui prétend donc avoir une
connaissance complète de l'Outremer. 
C'est un ancien photographe de Nouvelle-Calédonie dont le principal fait d'armes avait été de faire un cliché (diffusé par le Canard Enchaîné) des fesses de Jean-Marie Le Pen enfilant un maillot sur les plages du Caillou.

Face à Grillon, un client sérieux, Jean-Philippe Pascal, l'actuel Directeur de la Nouvelle-
Calédonie. 
Ce guadeloupéen connait parfaitement le monde ultra-marin  où il travaillé, du Pacifique à l'Océan Indien en passant bien sur par l'Atlantique.
Initialement c'est lui qui avait les faveurs de la Présidente.
Cependant, il faut recaser l'ami Corteel qui part, officiellement, parce que son séjour s'achève, officieusement parce qu'il a brillé par son absence aux obsèques de l'indépendantiste Siméoni ce qui a été extrêmement mal perçu par les insulaires.
Enfin, outsider, la Directrice de la Nouvelle-Aquitaine, Laurence Mayerfeld, qui a travaillé à Mayotte, en Guyane et à St Pierre et Miquelon
où elle n'a pas laissé un souvenir impérissable. 
C'est une ancienne reporter d'images et surtout grande syndicaliste devant l'Eternel au beau temps où le SNJ faisait la loi dans les stations régionales.
Voila donc un beau match en perspective si tout ceci est avéré.
Demain, cela n'empêchera pas le couple Ernotte / Kotra de plancher devant la Commission Sénatoriale ad'hoc sur l'avenir de France Ô.
Il n'est pas certain que France Télévisions en sorte grandie...