20 juillet 2018

France 3 : une vraie télévision d'Etat !


La France n'est pas la Roumanie de Ceausecu et pourtant ...

Le journal télévisé de France 3 a été censuré dimanche soir !
Une grande première dont ne s’enorgueillira pas le service public !

En effet, en plein milieu d'un direct, la rédaction en chef de la Télé Gouvernementale a fait couper l'intervention du journaliste relatant ce qui se passait sur les Champs Elysées.



La fête était finie depuis longtemps et le reporter décrivait les débordements qui suivaient, à savoir la mise à sac de plusieurs commerces dont le Drugstore et la destruction de voitures et de mobiliers urbains.

C'en était trop pour les tenants de la ligne politique de Soir 3 qui y ont vu là une volonté délibérée de casser l'ambiance festive (à 1h du matin) qu'ils avaient selon eux l'obligation de faire prévaloir sur leur antenne "nationale".

Deux réflexions :

- la crédibilité de la chaîne est remise en question

- le personnel de la trois est inquiet de l'attitude de ces petits marquis qui pensent posséder l'antenne. Ce n'est en effet pas ainsi qu'ils vont combattre la menace qui pèse sur ces éditions.

En effet, de tout côté et quel que soit le bord politique, la Rédaction Nationale de France 3 est remise en cause.
Pour beaucoup se pose la question de savoir quelle est l'utilité d'une rédaction qui concurrence celle du navire amiral qu'est France 2 pour un service "dit" public.

Il ne fait aucun doute que pour les observateurs qu'on s'achemine vers une fusion des rédactions.

Il ne devrait, à terme ne plus y avoir qu'un France Télévisions 1, regroupant la totalité de ce qui est le National et pas seulement au titre de l'Info et un France Télévisions 2 qui serait exclusivement régional.

Bien entendu, ce n'est pas dit explicitement dans les différents rapports qui sont publiés ces dernières semaines mais c'est bien vers cela que l'on s'achemine.

Et ça ne se fera pas sans casse. 

La Pdg de FTV a déjà, au mois de juin, annoncé un futur PDV (Plan de Départs Volontaires) ce qui n’empêche nullement d'autres mesures plus drastiques pour faire diminuer la masse salariale.

Et là, l'outremer est en première ligne : n'oublions pas qu'avec l'indexation, un poste budgété dans le Pacifique, c'est deux postes en Métropole...

A bon entendeur !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.