25 juin 2018

Sosthène : Si on inventait la Démocratie audiovisuelle des Territoires ?

                                    



Ce sont nous, les athéniens, qui avons inventé la démocratie, il y a plus de 2500 ans. 


Nous nous sommes révoltés contre l’esclavage pour dette et contre le fait que quelques grandes familles dictaient leurs lois. 
Solon le Réformateur nous a aidé à mettre en place ce gouvernement du Peuple par le Peuple. 
Cela s’est aussi accompagné d’une prise de conscience : le bien-être moral et physique du Peuple passe par une lutte incessante contre la corruption et le gaspillage. 
C’est ce qui se passe chez vous, dans le continent de l’audiovisuel public… 



Au Royaume de la Reine Folle, France Télévisions, Ploutos le Dieu de l’Argent, a décidé de se faire rare sur ordre de Zeus. 

Il est vrai qu’il était temps. Au lieu d’avoir des idées avec un budget de trois milliards d’euros, la légion des 300 directeurs a plutôt l'habitude de quémander des moyens supplémentaires plutôt que d’avoir des idées. 
Et pour préserver ces moyens, la Reine de Pique coupe des têtes et licencie les ETP qui lui déplaisent. 
La pauvreté, l’austérité auraient le mérite d’étouffer la médiocratie qui gouverne France Télévisions. 
Le Peuple sait ce qui est bon pour lui. 

Par exemple, France 3… 


La Chaîne des régions, pas la chaîne nationale… 



Le Peuple a défini, par le biais de ses parlementaires, ce qu’elle devait être. 

Cela s’est passé, par décret, en 2009 : 

" France 3 est une chaîne nationale à vocation régionale et locale, une chaîne de la proximité, du lien social et du débat citoyen. La programmation de France 3 contribue à la connaissance et au rayonnement des territoires et, le cas échéant, à l'expression des langues régionales. 
Dans un monde globalisé, elle offre à chacun la possibilité de réfléchir sur ses racines tout en suivant l'évolution de la société contemporaine en ouvrant une fenêtre sur le monde. La chaîne accentue sa couverture du territoire et amplifie ses efforts sur l'information régionale, le magazine, le documentaire et la fiction originale.

France 3 reflète la diversité de la vie économique, sociale et culturelle en région et grâce aux décrochages régionaux, y compris aux heures de grande écoute, dont les programmes peuvent être repris au niveau national. "




D’abord tout est faussé dès le départ : 

France 3 Régions voit son budget avalé par son avatar national qui porte le même nom et qui n’obéit pas à ce décret. 
Les budgets, ou ce qui en reste, les "rogatons", sont attribués au régions …
Pour accompagner le nouveau découpage des régions, France 3 s’est contenté de nommer des nouveaux directeurs sans toucher à l’implantation. 
Il n’y a eu aucune économie structurelle si ce n'est que les rédactions locales, disséminées pour rien dans les campagnes, ont un créneau de diffusion devenu si ténu que personne ne les regarde mais cela permet de faire croire que la chaîne est celle de la proximité comme le commande le décret… 

Le Lien social ? c’est une blague ! 
Faire des émissions sur les sentiers de randonnée de la haute-Lozère ? 
Mettre en valeur les églises romanes du Limousin ? 
Dire dans des reportages qu’on vend des glaces en été sur le Bassin d’Arcachon où qu’il y a des baigneurs en juin dans le lac du Bourget ? 
C’est être au service de territoires de petites villes, de villes moyennes où le chômage des jeunes fait des ravages ? 
Où l’ennui attise la consommation de drogues dures, de violence, d’incivilités, où l’intégration de populations immigrées et jeunes se passe mal ? 
Le lien Social serait peut- être de diffuser les débats parlementaires du Conseil Régional où des élus décident de l’aménagement, et de la survie de ces territoires. 
Ce serait donner à penser, à se former, à des citoyens souvent isolés…
Mais quelle station régionale est prête à mobiliser des moyens de direct sur un débat au conseil régional pour que la démocratie aille, par l’image, jusque dans les villages reculés. 
Lien social ? 
Quelle émission régulière et quotidienne en partenariat avec Pôle Emploi explique les offres et les circuits de formations pour guerroyer contre le chômage ? 
France 3 méprise la démocratie et la politique, la gestion, de la Cité : une seule émission de politique, le dimanche avec un seul invité par région…
On ne se foule pas le poignet avec un micro ! 

France 3 contribue à la connaissance et au rayonnement des territoires, dit le décret ! 
Mais quelle région a une émission scientifique régionale en partenariat avec l’Université de sa capitale ? 
Pourtant les universités sont là : Toulouse, Bordeaux, Lille, Strasbourg, Montpellier, Lyon… Il y a du savoir-faire scientifique dans les "Territoires" comme on dit à Paris (un tantinet méprisant les territoires... cela ressemble aux taches blanches des atlas du XIXe siècle... les Territoires inexplorés et leurs sauvages...) et dans tous les domaines : de l’archéologie à la médecine en passant par le Droit ou l’Histoire…
Les populations régionales vieillissent ? 
Mais des directeurs de France 3 régions ont donc ordonné de mettre à l’antenne des émissions pour les personnes âgées ?

Le lien commun et vital entre toutes les campagnes de France, c’est…l’Agriculture ! qui donne de l’emploi, constitue une économie à part entière, où il y a de la recherche, où il est nécessaire d’avoir un échange, un transfert d’informations. 



Depuis que la formidable émission d’un « Soleil à l’Autre » s’est couchée, il n’y a aucun magazine agricole réel à France 3 ! 


Lien social ? 
Intérêt du public, des citoyens ou petit système clos et mesquin ? 
Il y a des idées dans l’air mais je suis comme
Diogène avec sa bougie : je cherche quelqu’un qui ait des idées à France 3 !



 Les régions se bardent d’organigrammes démentiels : en Nouvelle-Aquitaine, la directrice-duchesse, dirige avec son CoDir, une noblesse d’état, d’une vingtaine de directeurs-adjoints, de cadres, de hiérarques...Aussi nombreux qu’incompétents. 


Il suffit de regarder les journaux régionaux pour voir que ce ne sont pas les journalistes eux- même qui sont mauvais mais leurs rédacteurs-en-chef qui sont au journalisme réel ce que des managers de fastfood sont aux Chefs de la haute gastronomie régionale ! 



Alors comment peut-on refléter la diversité économique, sociale et culturelle quand on est aussi incompétent dans son métier ? 

Quand on se contente de mettre en image à coup de téléphone portable, les gros titres de la presse quotidienne régionale ? 
Pourtant ce ne sont pas les moyens qui manquent dans les rédactions où les journalistes se comptent par dizaines. 
Non France 3 n’a plus l’envie...

De Marseille à Lille, de Strasbourg à Brest, la démotivation règne, accompagnée par des cohortes de DRH qui poussent au départ, pour gagner des ETP, des âmes grises, des équivalents temps pleins.



Dans l’Est, une direction inoccupée organise des débats dans la station pour définir avec les salariés, la couleur des murs et l’aménagement de la future salle de sieste ! 
Et, cerise sur le gâteau, tolère même qu’un délégué syndical, salarié et animateur, présente des émissions sur la chaîne privée concurrente ! 

On marche sur la tête dans ces régions !



Il serait peut-être temps que Zeus et les hommes en noir de Bercy se penchent sur cette énorme lessiveuse à argent public qu’est la chaîne des régions…

Faut-il donc virer les directeurs et directrices ? 
Pas si vite… Redéfinir leur rôle et leur mission…certainement ! 

A l’heure où les collectivités locales et régionales : communautés d’agglomérations, conseil départementaux, conseils régionaux, deviennent adultes. 

A l’heure ou ces assemblées politiques décident de leur avenir économique, structurel, social, il est totalement anormal que l’audiovisuel public leur échappe. 

Il est plus que temps pour France Télévisions et le législateur de mettre en place des ouvertures et des contrôles. 
Il faut que chaque grande région audiovisuelle ait un Conseil d’Administration des Programmes
Ce conseil pourrait être composé d’élus des assemblées territoriales, de représentants des grandes administrations : Agence régionale de Santé, Université, Education nationale, des associations culturelles, des associations de consommateurs, de maires et de représentants des salariés. 
Ce Conseil -véritablement citoyen et démocratique- définirait et contrôlerait les grandes lignes des programmes de l’année à venir pour que la télévision publique soit réellement au service des téléspectateurs-citoyens ! 
Et non pas l’instrument de l’ambition d’une directrice ou d’un directeur envoyé depuis Paris comme on nommait un marquis ou un gouverneur sous l’Ancien Régime. 

La démocratie et la République actuelles méritent bien cela, que ce soit dans les régions de métropole ou dans les territoires d’outremer, encore plus isolés ! 

Bon ! Il va donc falloir attendre le tremblement de terre de l'Olympe, parce que, là, avec la Reine Folle qui comprend de moins en moins ce qui se passe, la Vieille Dame Blanche du Ministère de la Culture qui a démoli des morceaux du Patrimoine à Nîmes pour se faire de l'argent, et la colère des Dieux qui monte, le Royaume de France Télévisions semble vraiment perdu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.