24 mai 2018

Zeus : on nettoie les écuries !




Sur ma montagne, je suis face au Soleil, char d'Apollon, et je lève ma main droite. 
Ma paume est tournée vers le ciel. 
Avec la gauche, il faut épandre la thulema, le sacrifice des pauvres, mélange de farine d’huile et de vin .Puis, il faut prier à voix haute pour que Zeus entende la prière.. 
Voilà ce que je conseille aux pauvres habitants du Royaume de France Télévisions. 
Car ce royaume-là et cette reine-là sont bien les cibles de la colère jupitérienne. 
Et depuis longtemps. Il faut dire que les errements de la dame Ernotte et son incompétence ont fait beaucoup pour conduire le Royaume à la ruine. 
Mais aujourd’hui que se passe-t-il ? 
Zeus a enfin clamé sa colère et ses ordres sont conformes à ceux que la Pythie de Delphes avait proclamés depuis longtemps. 
Il faut abandonner des proportions calculées des territoires. 
Ces baronnies médiatiques sont des déserts stériles. 

Mais voilà que dans Athènes, des voix se lèvent pour prendre la défense de France Ô, vitrine des outremers ! 
D’abord si c’est une vitrine, elle est bien peu visitée et regardée. 
En fait ni ses journaux, ni ses programmes n’intéressent qui que ce soit. France Ô est encore moins regardée dans les outremers…
C’est tout dire ! 
Et si aucun politique, femme ou homme, ne s’est levé pour défendre la baronnie à 60 millions d’euros, tous budgets confondus, c’est bien qu’ils ne peuvent défendre une chaîne qui ne sert à rien et où l’on fait des reportages sur les haïtiens à travers le monde, en oubliant qu’ils ne sont plus français depuis le 1 er janvier 1804 ! 
Les journaux rassemblent péniblement une vingtaine de milliers de téléspectateurs et le service d’agence aux stations des Premières, rôle premier de la rédaction, n’est plus rendu depuis belle lurette…L’encadrement de la chaîne, mais aussi son personnel, est composé de salariés, de cadres, de directeurs, qui n’ont pratiquement aucune connaissance des outremers et au moment où ceux-ci défilent par dizaines de milliers pour commémorer l’abolition des esclavages, on voit qu’aucun descendant d’esclaves des territoires français, n’est parmi les décideurs. 

Aucun tahitien, wallisien, futunien, mahorais, réunionnais, amérindien, antillais, ne donne sa voix et sa décision dans la conduite de la « vitrine des outremers ». 
Il y a bien un kanak, qui est censé diriger l’ensemble des stations des Premières et de France Ô mais qui compte silencieusement et tranquillement son salaire qui suffirait à faire vivre toute la population de Tiga, voir de l’aire coutumière Drehu, dans les îles Loyauté. 
Il y a bien une marquise, chef de cabinet, originaire de Caldochie mais qui ne connait pas grand-chose à l’audiovisuel et qui use de son influence surtout pour accorder des postes aux amis de son mari qui portent un nom d’insecte et qui chante l’été ! 
Malakoff, cette petite cité aux couloirs compliqués, aux canapés profonds, aux haines recuites, génère donc France Ô, chaîne-vitrine qui n’est pas regardée. 
Ah Zeus a raison de tonner et d’enguirlander la Ministre des outremers qui ne dit rien et ne fait rien à part fourguer du Fabulon pour repasser la chemise du directeur hilarant de l’information des outremers. 
La chemise ? 
celle-là même où, entre amis, elle a épinglé, à sa demande, la Médaille du Mérite, la mal-nommée. 
En fait, France Ô qui devient le symbole de cette réforme de l’audiovisuel public est une bonne cause : les personnels techniques qui la composent et assurent sa fabrication sont excellents. 
L’idée d’une chaîne qui rappelle à la France qu’il y a trois millions de français qui vivent et travaillent dans les outremers, c’est génial. 
Le problème est qu’une bande s’est emparée de la philosophie, de la réalité et de la hiérarchie de cette chaîne pour en faire n’importe quoi. 
Et puis l’excuse d’avoir créé un ghetto ethnique audiovisuel, confondu avec une vitrine, fait qu’il n’y a aucun noir qui présente un journal ou une émission sur France 2 ou France 3. 
Aucun tahitien ou kanak, femme ou homme, qui assure la présentation, la production ou la réalisation d’une émission nationale de la télévision publique française. 
Zeus a raison de tonner quand cette gabegie et cette injustice coûte des millions d’euros.
La direction des Finances de France Télévisions travaille sur divers scenarii et sur diverses options. 
On voit aussi que tout part dans tous les sens et que la Reine folle est enfermée dans son donjon à murmurer qu’il faut couper toutes les têtes. Mais supprimer des ETP, Equivalents Temps Pleins, comme les appellent de façon déshumanisée les miliciens des Ressources Humaines, ce n’est pas une panacée. 
De plus on supprime des postes au plus bas dans la hiérarchie en multipliant les postes de directeurs ! 
Vraiment n’importe quoi ! 
Le Royaume de France Télévisions est délirant. 
La BBC qui cumule les missions, (et met en place des quotas pour les « coloured people »), compte plus de vingt mille salariés. 
Radio France et France Télévisions rassemblent moins de quinze mille agents et les proportions de professionnels dans les audiovisuels européens correspondent grosso modo, de la Lituanie à la Belgique, aux chiffres de France Télévisions. 
Donc si la masse salariale de France Télévisions est considérable, elle n’est pas une variable d’ajustement permanente. Il y a bien un énarque à Bercy qui va le chuchoter ? 
Par contre, y aurait-il un député dans la salle, ou un sénateur qui milite pour une suppression ou une modification profonde de la Loi Tasca, loi honteuse de la République, qui donne les clefs de l’audiovisuel public à des sociétés de productions privées et qui empêche France Télévisions... de gagner un peu d’argent ? 
L’Etat veut avant tout épargner 500 millions d’euros sur mes milliards que lui coûte l’audiovisuel public chaque année… 
la Redevance, modifiée ou non, sera la seule vache à lait de l’audiovisuel public. 
De par la doxa européenne, cette redevance ne peut être affectée qu’à l’audiovisuel public. 
Mais avant de la modifier, de l’étendre aux engins numériques, il faut revoir la dépense globale. 
Ce que Bercy, là où se trouve le Trésor de l’Etat, s’emploie à réaliser. 

Comme la dernière réunion des présidents des sociétés de l’audiovisuel public l’a prouvé : ce troupeau de bœufs gras est incapable d’austérité, de décisions, d’imagination, d’idées, alors il va falloir passer à l’action. 

Et Zeus tonne encore...
Orage d’été ? Il va se fatiguer ? 
Non ! Il ne faut pas oublier que c’est un Dieu et qu’il va désigner Héraklés, Hercule, pour nettoyer ces écuries-là…Ça arrive…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.