05 mai 2018

Sosthène : une réforme ! pas un ersatz !



Europa est l’amante phénicienne de Zeus…
et Jupiter aime l’Europe. 
Tout est dans cette phrase. 


Le destin futur de France Télévisions comme celui de l’audiovisuel public s’inscrivent dans une logique européenne. 
Mais de ce destin qui en sont les acteurs ? 
Un dieu philosophe qui a toute la charge du Monde et qui tente de se persuader que la voix des acteurs privés de l’audiovisuel suffira peut-être...
Et ce n’est pas le cas. 
La myriade de ses conseillers qui cultivent l’entre-soi comme un jardin secret et dont certains, corruptibles, voudraient que la Reine Folle qui tente de gouverner France Télévisions, soit une plante de bordure ! 
Drôle de monde ! 
Mais n’ont-ils pas vu ces conseillers jupitériens, macroniens, que la Reine de Pique est en phase dépressive. 
Une fois, vociférante dans son bureau du Huitième étage et le jour d’après retournée à l'apathie …
Ne voient-ils pas qu’aucune directive sensée n’émane de ce bureau ou de ce Comex si désarmé ? 
La fameuse alliance européenne, encore dans les limbes, entre les allemands et les italiens, ressemble furieusement aux alliances de coproduction du passé, histoire de partager le coût cinématographique des séries. 
D’ailleurs même le CNC s’y met puisqu’il va déclarer les feuilletons éligibles aux aides et avances du Centre national du Cinéma…
Ah le Festival de Cannes peut interdire l’entrée à Netflix sous prétexte que ses films ne seront pas diffusés en salle… 
le CNC procède finalement de la même logique que Netflix, considérant que des œuvres destinées à la diffusion hertzienne ou digitale sont des morceaux de cinéma. 
Toute cette mousse médiatique satisfait les communicants de tout poil. Mais derrière que se passe -t’il ? RIEN…

C’est d’ailleurs ce mot qui caractérise le plus France Télévisions dans le monde de l’audiovisuel public…Rien…

Les 9784 et des poussières sujets de la Reine Folle attendent une petite poussée sur des salaires gelés depuis 4 ans au moins…
Il n’y en aura pas. 
Les syndicats ont calculé qu’il faudrait une augmentation de 6 pour cent pour compenser l’inflation et les surcoûts de la vie…Rien.  Comment ! Ce petit peuple a la chance de travailler pour moi ! dit la Reine et il faudrait en plus les nourrir ? 
Ben et ma carrière de Reine, alors ? 
« Il faut que les Comptes soient dans le vert. Pas d’augmentation individuelle non plus pour les salariés méritants…
Non les seuls qui puisent dans la caisse sont les directeurs qui encaissent prime sur prime. 
C’est une véritable aristocratie parasite qui s’est installée à France Télévision. 
Une hiérarchie médiocre et cela se sait à l’extérieur…
Du coup France Télévisions peine à recruter de vrais professionnels ou à garder ses cadres de haut niveau, qui fuient ce Tonneau des Danaïdes. 
La Milice immense des 350 DRH de France Télévisions a réduit le dialogue social à son minimum. 
31 millions d’euros ayant été provisionnés pour aller en justice, le dialogue social se réduit aux audiences des prud’hommes : licenciements abusifs sous des prétextes fallacieux, non-application des conventions internes, même celle sur le travail des handicapés, toutes les défaites de France Télévisions en justice sont déjà provisionnées dans les comptes…
Et c’est à cela que sert le fruit de la Redevance. L’argent des retraités et des smicards…
Ceux que certains voudraient faire payer moins et plus à la fois : une facture plus légère d’une taxe de financement universelle sur tous les objets connectés par exemple, smartphone compris. 
La méthode italienne serait encore plus radicale : la taxe pour l’audiovisuel public est perçue par les distributeurs d’électricité…Comme tous les appareils qui servent à regarder une image fonctionnent à l’électricité, les dieux ont demandé à l’EDF transalpin d’augmenter ses tarifs et de reverser le montant à l’audiovisuel public…
Systématique. 
Bon nous irons certainement vers une réforme du financement de l’audiovisuel public. 
Plus d’argent sera récolté. 
Mais quoi en échange ? 
Où sont les projets ? 
Où sont les exigences ? 
Il y a fort à parier que la publicité et le parrainage seront exclus des antennes du service public. 
Ce qui est logique. 
Et dans le même temps, on peut exiger de France Télévisions, une économie de deux cents ou trois cents millions d’euros…
Le budget global avoisine les 3 milliards…

On peut imaginer une réorganisation interne : des fonctions supports transverses comme disent les énarques : éclater cette administration qui phagocyte les chaînes et empêchent les professionnels de travailler. 
Faire des sociétés extérieures prestataires de service sur la comptabilité, la gestion financière, la gestion du personnel, qui travaillent au service des radios et des chaînes de télé de l’audiovisuel public…
On peut imaginer une réorganisation géographique : faire des radios sur des zones plus petites que celles dévolues à la télé, mais plus grandes qu’un département actuel, pour avoir une proximité d’antenne : à l’aulne d’une région administrative. 
Elles auraient plus de moyens et d’objectifs de service public. 
Les télévisions devraient être rebâties sur des aires géographiques immenses, économiques et sociologiques. 
Il faut évidemment réduire le maillage au sol de France 3 qui immobilise des budgets énormes. 
Il faut rénover ses missions et changer totalement ses hiérarchies de baronnets locaux totalement désuètes.
Il faut redonner une mission aux chaînes nationales. 
Faire de la 5 la chaîne des Sciences en coordination avec le CNRS, l’IRD, le Cirad, l’INRA, l’Agence spatiale européenne et le CNES, l’IFREMER, le Collège de France, le MHN, l’IPG de Paris, le BRGM, l’INSERM, l’Institut Pasteur. 
Vous ne savez pas à quoi correspondent ces acronymes ? 
Ce sont tous les grands centres de recherche scientifique français qui ont des obligations de recherche : le Savoir-Faire et une obligation légale : le Faire-savoir ! 
Rendre compte aux citoyens des recherches, des travaux, des objectifs, du Nucléaire au changement climatique, des poissons de fleuves de Guyane à la recherche sur le SIDA, tout cela peut se retrouver, obligation légale, sur une chaîne de télévision de service public, avec en prime des lancements de fusées en direct et une Journal des Sciences quotidien…
Faire de la 4, une chaîne littéraire, de la lecture, de la poésie, du théâtre, de la philosophie et des sciences humaines… 
Mais si ! cela peut être passionnant…Surtout quand on prend son temps, qu’on est débarrassé des mesures d’audiences. 
Faire de France O, la chaîne des musiques de l’Opéra au zouk, du baroque au rock, des matinales ensoleillées de musiques du Pacifique. 
Faire de France 3 nationale la chaîne des économies, des entreprises du futur, du numérique, de la création et de la recherche d’emplois, de la formation professionnelle. 
Faire de France 2, une chaîne-bannière, intelligente, branchée sur le monde, sur les médias, le Numérique, sur l’Europe, sur la diffusion de séries européennes.
Voilà, je remplis ma Page Blanche…et vous ? Vous n’avez pas d’idées ? 
Moi, il m’en reste. 
J’imagine de nouvelles structures dans les outremers. 
Rendre à la Nouvelle-Calédonie, la maîtrise de son audiovisuel public comme le veulent les accords de Matignon, faire de même en Polynésie, à Wallis-et- Futuna. 
Respecter ces cultures en leur donnant la maîtrise de leurs propres contenus sur leur propre chaîne avec l’assistance et l’aide de France Télévisions. 
Fermer des postes de directeurs régionaux inutiles, donner de l’air, de la souplesse à tout France Télévisions en exigeant aussi la révision ou la suppression de la Loi Tasca. 
Comment prospérer en tant qu’audiovisuel public si on n’a pas la main sur la production tout entière. 
Comment exiger de mettre des noirs et des basanés dans les fictions à d’autres rôles que celui d’éboueurs ? 
Il y a une série britannique policière et judiciaire comme les anglo-saxons adorent…les présidents de cour, les haut-magistrats , les avocats, sont des femmes, des noirs, des indiens, des arabes, des blancs, des beaux, des moches, des vivants…
Inimaginable en France où toute les séries montrent un pays qui n’existe pas : les intérieurs pauvres sont propres et branchés, les familles parlent comme des parisiens blancs en vacances.
Il n’y a pas de gros, de moches, de méchants, de gentils moches, de pervers, de sympa, de noirs ou d’arabes. Il n’y a pas de vie dans cet audiovisuel public… 
Ah si : la Reine Folle pique une crise dans son donjon !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire