07 mai 2018

Pour France Télévisions l'avenir est dans le rétroviseur !


Ainsi donc, dans quatre mois, les plus grandes métropoles françaises verront et entendront la "mutualisation des moyens", selon le terme consacré, de France 3 et des stations France Bleu.
Faut-il rappeler qu'il s'agit de deux supports différents aux besoins, pour chacun très spécifiques.
Faut-il rappeler également qu'il s'agit d'une des pistes proposée par le Président Hollande lors de sa visite à Radio France pour le 50e anniversaire de celle-ci.
Enfin, ce qui est présenté comme une "révolution" n'est en fait qu'un retour au passé glorieux de feu l'ORTF dont les stations régionales, avant 1974, abritaient radio et télévision. 

Par ailleurs, cette co-habitation perdure au sein des stations régionales ultra-marines. Radio France ayant toujours refusé le coût énorme, en partie dû à l'indexation, de l'intégration des quatre cents professionnels et de leurs équipements. Une obligation cependant pour le Service Public au titre de la continuité territoriale, c'est donc FTV qui l'assure.
Personne ne fera d'objection à cette synergie tant que l'on ne touchera pas à l'administration de ces entités et c'est bien là que le bât blesse. Tout le monde se doute que, derrière cette opération, se cache la perspective d'économies prévues substantielles.

Or, si économies il y a, ce sera au dépend des plus faibles comme cela toujours été le cas : en occurrence la Radio ! Il n'est que de voir la répartition des budgets Outremer qui reste une copie conforme de ce qui se pratiquait il y a plus de quarante ans. Le télé se sert et ce qui reste est assez bon pour la radio.
Le réseau France Bleu qui n'a pas besoin de s'appuyer sur France 3 pour exister et dans certains cas avoir plus d'audience, sur un même territoire, que France 3 serait bien inspiré d'y réfléchir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire