26 avril 2018

Sosthène : la Page Blanche !



Bon je vous l’avoue ! 
Ne recevant plus de nouvelles de l’Olympe où tous les dieux et autres semi-divinités sont accaparés par la bataille du Rail et par un voyage outre- atlantique, j’ai été consulter la Pythie… 
La devineresse de Delphes s’est retournée vers moi, une lueur omineuse dans le regard : « la Reine de Pique est toujours sur son trône à France Télévisions. Elle en est fière de cela mais cela ne durera pas. Dans l’été, Zeus, ou Jupiter, pour les latinistes et macroniens distingués, interviendra pour clamer sa loi...enfin sa règle du jeu ! 
Le Pontifex Maximus, le chef de l’état, l’actionnaire principal du service public annoncera… Quelque chose ! 
Mais il repoussera l’étude et la future loi sur l’Audiovisuel Public à 2019. 
Les structures du Royaume de la télé publique bougeront elle à l’automne ? 
Ou bien cela ne sera que le plouf d’un crapaud sur les bords de Seine ? » 
La Pythie s’est mise à tousser, asphyxiée par les fumées sortant du trou de la grotte sacrée et environnant l’omphalos. Bon, une pythie c’est bien mais quelle pitié pour l’interpréter ! 
Car la situation est grave dans France Télévision…Certes ! 

Mais le débat est- il vraiment là ? 
Constater que l’audiovisuel public, la télévision française, ne fonctionnent plus normalement c’est constater une évidence. Dire que la dirigeante de ce groupe audiovisuel n’est pas faite pour gérer une telle mécanique, affirmer que les bulletins de bonne santé financière dissimulent le naufrage de la créativité, de l’écriture journalistique, de l’ambiance, du travail…c’est encore une évidence. 
On peut sombrer dans le pessimisme béat : constater aussi qu’il n’y a plus de gouvernance compétente dans les stations régionales de France 3, que les stations d’outremer sont devenues quasi-stériles et tristes sous le soleil. 
On peut aussi voir avec horreur cet énorme siège de France Télévisions, ce royaume étouffé par l’administration tentaculaire. 
Cette machine suintante et cliquetante qui tente de gérer des chaînes…
Alors que rien ne fonctionne réellement. 
France 2 et France 3 sont des territoires en perdition aux réformes mal boutiquées, des terres mal labourées, des sillons mal tracés ou de médiocres directeurs vont de réunion en réunion pour faire croire qu’ils avancent…
Les petits territoires : France Ô ou France 4 sont stériles et leur entretien coûte cher ! De trente à 45 millions d’euros, salaires et charges comprises pour France Ô qui n’a pas de public et surtout ne correspond pas à une réalité sociale ! Les outremers…sont outremer ! 
Les télés et les radios qui font la France ne sont pas à Paris ! Pas d’ouverture réelle vers l’Europe, vers les nouveaux territoires… 
Pas de chaîne pour le Travail, la Littérature, le Théâtre, la formation, les Sciences… 
Alors que faire ? 
 Faire confiance d’abord. Faire table rase de ce mauvais passé ingérable. Et s’il fallait juste prendre une feuille blanche pour écrire un projet : comment faire de la télévision publique en Alsace ? 
Qu’attendent les martiniquais de leur télévision ? 
Quels sont les programmes qui contribueront à former les citoyens d’aujourd’hui et de demain ? Comprendre l’Europe, les conflits ? l’antisémitisme ? le racisme ? la permaculture ? Les territoires, les cultures, le sport aussi…associatif et courageux...
Et s’il fallait s’émanciper des règles ? 
De cantonner les mauvais syndicats de l’audiovisuel public à un rôle social qu’ils n’assument pas ? 
De tasser la hiérarchie comme dit la Présidente de Radio France ? 
Ne plus aller au boulot de façon routinière, et imaginer la mécanique audiovisuelle de demain, celle qui obéira aux règles européennes : plus de missions, plus de devoirs, dans un petit périmètre avec moins d’argent…. 
Peut-on sérieusement envisager d’augmenter la redevance en taxant les smartphones, tablettes et ordinateurs, alors que les français ont moins d’argent. 
Non ! la redevance va baisser et le périmètre de l’audiovisuel public va se rétrécir en augmentant paradoxalement sa vision du monde… 
Des organismes comme la SCAM ont réfléchi et ont proclamé qu’ils réfléchissaient. 
Des élus aux Sénat ont travaillé sur les questions audiovisuelles. 
A l’assemblée nationale, une fois écartés les lobbies de tout poil, liés à la production privée qui croient tout noyauter à coup de déjeuners dans de sombres alcôves parisiennes, il y a des députés qui veulent que des télévisions de service public fonctionnent dans leurs territoires. 
Il manque une voix, énorme, immense, celle des quasi dix mille salariés de France Télévisions, des journalistes, des réalisateurs, des scriptes, des techniciens, des administratifs… de Limoges à Lille en passant par Mamoudzou, Baie-mahaut et Paris. Le Soleil, Le char d’Appolon, ne s’arrête jamais et traverse tous les territoires de France Télévisions…
Et c’est dans ce Royaume immense qu’il faudrait que les âmes grises, les milliers d’âmes grises, se penchent sur leur page blanche pour imaginer leur futur, nécessairement solaire ! « Tout ce qui se fait sans nous, se fait contre nous… » Disait Nelson Mandela…
Spécialiste de la page blanche !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.