18 avril 2018

Le Char d’Appolon ou un missile ?



Il fait beau sur mes montagnes. 
Et d’ici, je vois l’Olympe fumer. 
Zeus est au boulot avec les autres dieux. 
Il fait doux et j’ai pu balancer mon himition au fond de la bergerie. 
Je peux contempler le paysage librement. 
Ma vue va loin. Jusqu’au bord de Seine où les royaumes ne vont pas bien. 
La Politique, la science qui permet de gérer la Cité est en pleine expérimentation : la SNCF se contorsionne et le Parlement semble rivé aux consignes divines… 
Depuis des mois, des envoyés interrogent les uns et les autres pour dessiner le projet de Grand Audiovisuel Public.
Entre deux options : augmenter la Redevance pour payer les turpitudes continuelles qui sont la structure-même de ces royaumes confondants ou baisser le budget à un seuil tolérable. 
La limite aurait été fixée par Zeus-Jupiter à une soustraction de 500 millions d’euros pour tous les budgets des sociétés de l’audiovisuel public. 

Faisable… à condition d’agir, de courir, d’avoir des idées au service des publics… 
Car, là, avec le Royaume de France Télévisions,  c'est compliqué avec à sa tête une Reine sans vision, sans réel projet, une administration pléthorique, une milice, une armée de DRH, des millions de protocoles, de consignes, de formulaires. 
Le royaume de France Télévisions, ses presque trois milliards d’euros et ses presque dix mille salariés est en réalité une énorme machine soviétique qui produit aussi peu qu’un kolkhoze et d’une qualité similaire ! 

A qui la faute historique ? A l’éclatement de l’ORTF, on a créé des sociétés différenciées. 
Mais la structure globale restait la même : des producteurs et des réalisateurs aux programmes et des journalistes à l’Information. 
Puis des hiérarques, socialistes, ont voulu donner de l’argent et des moyens à des producteurs qui ont accaparé la commande publique audiovisuelle. 
Interdiction aux chaînes de produire leurs propres programmes ! 
Ce pourquoi quand même elles ont été créées.

Puis des politiciens de bas étage ont intrigué pour créer un truc énorme, immense, confus, aussi agile et intelligent qu’un Kolkhoze soviétique : France Télévisions. 

Des sociétés publiques et audiovisuelles adaptées à leurs publics et leurs marchés ont été fondues dans un machin énorme sans personnalité engoncé dans une administration pléthorique, avec des directeurs toutes les trois portes et des DRH qui se sont précipités pour tenter d’avoir de l’autorité sur des métiers qu’ils jalousent : les journalistes ou les réalisateurs…

Hé oui, là tout est affaire de talent, pas de règlement. 
Il fallait donc casser le système. Des directeurs médiocres à l’intitulé incroyable occupent des centaines de bureaux. 
Ils ont nommé des rédacteurs-en-chef sans personnalité pour ne pas être menacés et les ont nommés managers pour excuser leur absence de talent journalistique. 
Ah Pierrot-les Bretelles, doit se retourner dans sa tombe !
Et même Schoenderffer doit s’étouffer de voir la population misérable des journalistes de terrain, oublier qu’il fut le seul réalisateur-journaliste français à obtenir un Oscar à Hollywood pour la « Section Anderson » tourné pour la télévision…
Médiocrité journalistique, médiocrité des émissions, médiocrités des projets : SVOD, Sports, … médiocrité des administrations, des directions...
Ah oui cela s’appelle du FTV Bashing !
Ben oui, les Territoires s’endorment. Un directrice est citée en exemple non pas pour avoir créé des programmes originaux, intelligents et mis son antenne au service du Public…Non juste pour avoir réussi à extorquer 100 000 euros par mois à la Région de la Nouvelle-Aquitaine pour faire son travail ordinaire! 
ArNAQ-TV ! Oui on peut réformer France 3 ! Oui, on peut aller faire de la télévision régionale de qualité mais pas avec ceux et celles qui la dirigent aujourd’hui. Ceux-là même qui suppriment des emplois pour complaire à la Reine Folle.

La Dame de Pique qui présente un budget France Télévisions à l’équilibre…explique-t-elle dans les journaux. 
Opération de comm’ ! Tous les anciens directeurs expliquent comment on fait glisser des budgets, des emprunts, des réserves, sur l’année en cours. 
Comment on ralentit l’embauche, on supprime des reportages, on supprime des émissions pour donner l’illusion d’une boîte à l’équilibre ! 
France Télévisions est à l’arrêt intellectuel, créateur. 
Une voiture qui n’avance pas, ne consomme pas de carburant. 
Là, le moteur est à l’arrêt ! 
Les cohortes attendent les ordres, les réformes à venir. La "stasis", la crise gagne du terrain, la Stasis qui débouchera sur la guerre interne, la guerre civile si…
Plus loin sur les bords de Seine, la Reine Sybile essaie ses talents divinatoires. 
Le Royaume de Radio France se voit à la tête de la Réforme. 
Mais la nomination par Zeus d’une prophétesse d’Appolon comme responsable de Radio France est déjà le début de la réforme à venir. 
Oublions ses discours et ces paroles jetées aux vents. 
La prêtresse-énarque obéira à Zeus quand il faudra se soumettre à une autorité supérieure pour recréer l’audiovisuel public… " En toute indépendance " !
Outremers, le grand Mamamouchi qui tente de diriger les Premières et France Ô vient de finir sa grande œuvre sur » Michel Rocard et la Nouvelle-Calédonie », en attendant son retour inévitable sur le Kayou ! 
Une seconde mission de sauvetage est à la Réunion conduite par le Grand Mamamouchi lui-même. 
Les audiences étaient catastrophiques et le directeur dans l’avion pour Paris tous les quinze jours comme n’importe quel touriste fortuné. Cela devrait s’arranger. Entre les plaintes pour harcèlement, les débordements budgétaires, les emplois supprimés et une indexation à 76 pour cent…
Ah ces outremers ! ah si, ils demeurent un exemple : dans un même bâtiment on peut réunir les missions de France Bleu et celle de France 3 et faire de l’Internet. 
Autrement dit les stations des Premières d’outremer sont un modèle économique qui unit la Radio, la Télé et l’internet, pour les Maisons médiatiques qui parsèmeront les futurs territoires de métropole…paraît-il. 
En fait l’organisation des stations d’outremers est héritière des stations de FR3… 
Au moment de la scission, Radio France méprisant les outremers n’a jamais voulu reprendre les radios qui sont restées, heureusement dans RFO.
Bon allez, à l’aise dans mon chiton, je vais prendre le soleil. 
Le char d’Appolon convient bien à mon derme de vieux sage! Hein ?…. Sybile ??

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire