29 avril 2018

Sosthène : en Mai, la Roue tourne toujours !



Cela pourrait être un mois de mai tranquille sur mes montagnes qui sentent le serpolet et le thym. 
Mes chèvres batifolent sous les oliviers et je finissais un bouquin sur la politique française.
Cronos, le père des Dieux, pour exister émascula son père Ouranos avec une faucille en silex. 
Bel exemple pour Zeus ! 
Ça ne va pas être facile à trouver à Paris…

Le joli mois de mai est là et les festivals arrivent.

La Reine de Pique est sortie de son donjon des bords de Seine pour aller dire des bêtises au festival des séries à Lille. 
France Télévisions va s’allier avec la RAI pour fabriquer des séries avec le concours de la ZDF allemande… 
Alors ça ! Avant que les allemands qui ont une idée assez saine de ce qu’est l’argent public s’allient avec France Télévisions, machine à l’arrêt…Il va falloir un sacré temps de négociation. 
Quant à l’alliance italienne…Pfff !
vous avez déjà vu des séries italiennes ? 
Elles sont d’une qualité exceptionnelle ! 
Loin des minables réalisations hexagonales :

"Rome", co-produite avec HBO, "Squadra criminalle", "Suburra", "Gomorra",…Il faudrait envoyer des stagiaires là-bas !

Non… en fait, la Reine du Désespoir a voulu briller devant la Ministre de la Culture (Saluant l'aboutissement, jeudi, des discussions entre le Conseil, la Commission et le Parlement européen relatives à la révision de la Directive sur les services de médias audiovisuels, Delphine Ernotte a souligné qu'il s'agissait "d'une grande victoire pour notre ministre (Françoise Nyssen) qui a beaucoup oeuvré pour obtenir cette décision". ) et faire comme l’Alliance du Nord où les scandinaves se sont alliés pour produire des séries. 
Et ils le font avec un talent incroyable, une rigueur et un professionnalisme au-dessus des normes françaises. 
Les scenarri sont ajustés au millimètre. 
Les tournages ont une rigueur de cinéma et les directeurs photos se font plaisir. 
Les séries du Nord sont magnifiques. 
Pas de capitaine de gendarmerie avec les cheveux longs, un bonnet ridicule, un langage ordurier et des intrigues aussi complexes qu’un livre de Oui-Oui…
De plus les scandinaves sont partis d’une règle simple : plus de séries américaines sur les écrans de service public. 
Eux qui sont tellement américanisés dans leur vie quotidienne ont voulu ouvrir des alternatives. Pour le reste, ils n’hésitent pas à vous balancer un concert symphonique, voir deux, à 19h, sur la chaîne principale. 
Tout vaut mieux que des jeux débiles et des séries hallucinées…
La Ernotte est encore loin d’avoir parcouru le tiers du chemin…
Et puis on sait aussi que c’est le Connétable grec, directeur des Antennes des marques et des bureaux, qui est à la manœuvre. 
Le coup de l’alliance du Sud et de l’Est c’est lui … Comme la nomination d’une directrice de la fiction qui a encore pas mal de chose à prouver.

Alors ces alliances se feraient pour contrer Netflix et Amazone ! Pffff !
La reine de France Télévisions se prend souvent les pieds dans le tapis du huitième étage. 
Les deux compagnies d’origine américaines sont des producteurs et des diffuseurs payants, qui disposent d’une masse financière sans commune mesure et surtout leur rôle auprès des spectateurs français n’a rien à voir avec la mission de service public. 
« Notre organisation politique et économique ne peut pas contrer Netflix et Amazone ! » affirme la Reine ! Ben tiens ! Il était temps qu’elle s’en aperçoive ! 
Pourquoi vouloir une guerre alors qu’une co- existence pacifique est possible. 
Les géants internationaux diffusent les séries de service public scandinaves et les séries de service public britanniques. 
C’est même une source de financement pour les entreprises de l’audiovisuel public… 
Il y a même, de façon étonnante, des Capitaine Marleau et des Village français qui se glissent dans les pages des majors américaines, comme quoi, la qualité...

Pour le reste, France Télévisions se prépare à l’été. 
L’Info s’endort, anesthésiée par la réforme des rédactions nationales, sans intérêt… 
Ah si ! Ca sent le Fabulon dans les couloirs de Malakoff, c’est l’hilarant directeur de l’Information des Outremer qui va représenter France Télévisions auprès d’Emmanuel Macron pendant son voyage en Nouvelle-Calédonie. 
Le directeur se pomponne donc et repasse ses chemises. 
Il veut se refaire une virginité après tant d’années dans l’obscurité. 
Il croit qu’une apparition en Kanaky occupée auprès de Jupiter et de ses conseillers, pourrait lui donner un tremplin politique pour une seconde carrière. 
Quel manque de discernement ! 
Il faudrait du talent, de l’intelligence et de l’humanité. Cela n’est pas fourni avec le costume…
En tout cas l’aréopage de l’impétrant se prépare…

A la Réunion, la CGT, communiqué de victoire après communiqué de victoire, célèbre le départ précipité du directeur régional vers un autre destin et celui programmé du rédacteur-en-chef, victime de plaintes à répétition auprès des tribunaux ad hoc pour harcèlement…
Le DRH de Malakoff, en mission à la Réunion, étudie avec attention les mesures du costume de directeur régional dans la station aux 76 pour cent d’indexation, pour voir s’il peut le faire. 
Il retournerait sur un territoire où il a déjà coulé une entreprise privée d’imprimerie… 

A Montpellier, le feuilleton de flux, pas la série de stock, Ernottien, est en train de se fabriquer...
Minable d’après les premiers échos professionnels… 
Allons donc : encore des médisances. 
Avec les quantités faramineuses d’argent public investi cela ne peut être qu’une œuvre immortelle ! 

Les syndicats de l’audiovisuel public sont toujours aussi rigolos. 
A part quelques gars qui font plutôt bien leur travail et une centrale qui s’en tient à une ligne humble et efficace, les autres déjantent. 
Ce qui était un immense syndicat crypto-communiste croit qu’il co-gère l’audiovisuel public en se prenant pour le Komintern et un autre créé en son temps par la CIA , se donne un objectif ouvrier et prend comme leader suprême à France Télévision un gars qui bosse comme chroniqueur hippique sur une chaîne privée alsacienne…
Ah lalala ! Même les légendes s’effondrent : la Puissante dame qui gouvernait ce syndicat vient de se faire battre aux élections internes du Syndicat… 
Elle qui était si puissante qu’elle avait réussi à faire embaucher tous ses enfants à France Télévisions. Charité syndicale bien ordonnée commence par soi-même. 
Toutes ces anecdotes pourraient se transformer en fable. 
Mon ami Esope en tirerait de puissants portraits animaliers. 

Moi qui suit aussi bègue, laid et contrefait que lui, je n’y vois qu’un élevage de serpents et de vipères ! et dans l’actuelle France Télévisions, je me sens comme Ixion puni par Zeus et Mercure : attaché pour l’éternité dans le Tartare, sur une roue, environné de reptiles !

26 avril 2018

Sosthène : la Page Blanche !



Bon je vous l’avoue ! 
Ne recevant plus de nouvelles de l’Olympe où tous les dieux et autres semi-divinités sont accaparés par la bataille du Rail et par un voyage outre- atlantique, j’ai été consulter la Pythie… 
La devineresse de Delphes s’est retournée vers moi, une lueur omineuse dans le regard : « la Reine de Pique est toujours sur son trône à France Télévisions. Elle en est fière de cela mais cela ne durera pas. Dans l’été, Zeus, ou Jupiter, pour les latinistes et macroniens distingués, interviendra pour clamer sa loi...enfin sa règle du jeu ! 
Le Pontifex Maximus, le chef de l’état, l’actionnaire principal du service public annoncera… Quelque chose ! 
Mais il repoussera l’étude et la future loi sur l’Audiovisuel Public à 2019. 
Les structures du Royaume de la télé publique bougeront elle à l’automne ? 
Ou bien cela ne sera que le plouf d’un crapaud sur les bords de Seine ? » 
La Pythie s’est mise à tousser, asphyxiée par les fumées sortant du trou de la grotte sacrée et environnant l’omphalos. Bon, une pythie c’est bien mais quelle pitié pour l’interpréter ! 
Car la situation est grave dans France Télévision…Certes ! 

Mais le débat est- il vraiment là ? 
Constater que l’audiovisuel public, la télévision française, ne fonctionnent plus normalement c’est constater une évidence. Dire que la dirigeante de ce groupe audiovisuel n’est pas faite pour gérer une telle mécanique, affirmer que les bulletins de bonne santé financière dissimulent le naufrage de la créativité, de l’écriture journalistique, de l’ambiance, du travail…c’est encore une évidence. 
On peut sombrer dans le pessimisme béat : constater aussi qu’il n’y a plus de gouvernance compétente dans les stations régionales de France 3, que les stations d’outremer sont devenues quasi-stériles et tristes sous le soleil. 
On peut aussi voir avec horreur cet énorme siège de France Télévisions, ce royaume étouffé par l’administration tentaculaire. 
Cette machine suintante et cliquetante qui tente de gérer des chaînes…
Alors que rien ne fonctionne réellement. 
France 2 et France 3 sont des territoires en perdition aux réformes mal boutiquées, des terres mal labourées, des sillons mal tracés ou de médiocres directeurs vont de réunion en réunion pour faire croire qu’ils avancent…
Les petits territoires : France Ô ou France 4 sont stériles et leur entretien coûte cher ! De trente à 45 millions d’euros, salaires et charges comprises pour France Ô qui n’a pas de public et surtout ne correspond pas à une réalité sociale ! Les outremers…sont outremer ! 
Les télés et les radios qui font la France ne sont pas à Paris ! Pas d’ouverture réelle vers l’Europe, vers les nouveaux territoires… 
Pas de chaîne pour le Travail, la Littérature, le Théâtre, la formation, les Sciences… 
Alors que faire ? 
 Faire confiance d’abord. Faire table rase de ce mauvais passé ingérable. Et s’il fallait juste prendre une feuille blanche pour écrire un projet : comment faire de la télévision publique en Alsace ? 
Qu’attendent les martiniquais de leur télévision ? 
Quels sont les programmes qui contribueront à former les citoyens d’aujourd’hui et de demain ? Comprendre l’Europe, les conflits ? l’antisémitisme ? le racisme ? la permaculture ? Les territoires, les cultures, le sport aussi…associatif et courageux...
Et s’il fallait s’émanciper des règles ? 
De cantonner les mauvais syndicats de l’audiovisuel public à un rôle social qu’ils n’assument pas ? 
De tasser la hiérarchie comme dit la Présidente de Radio France ? 
Ne plus aller au boulot de façon routinière, et imaginer la mécanique audiovisuelle de demain, celle qui obéira aux règles européennes : plus de missions, plus de devoirs, dans un petit périmètre avec moins d’argent…. 
Peut-on sérieusement envisager d’augmenter la redevance en taxant les smartphones, tablettes et ordinateurs, alors que les français ont moins d’argent. 
Non ! la redevance va baisser et le périmètre de l’audiovisuel public va se rétrécir en augmentant paradoxalement sa vision du monde… 
Des organismes comme la SCAM ont réfléchi et ont proclamé qu’ils réfléchissaient. 
Des élus aux Sénat ont travaillé sur les questions audiovisuelles. 
A l’assemblée nationale, une fois écartés les lobbies de tout poil, liés à la production privée qui croient tout noyauter à coup de déjeuners dans de sombres alcôves parisiennes, il y a des députés qui veulent que des télévisions de service public fonctionnent dans leurs territoires. 
Il manque une voix, énorme, immense, celle des quasi dix mille salariés de France Télévisions, des journalistes, des réalisateurs, des scriptes, des techniciens, des administratifs… de Limoges à Lille en passant par Mamoudzou, Baie-mahaut et Paris. Le Soleil, Le char d’Appolon, ne s’arrête jamais et traverse tous les territoires de France Télévisions…
Et c’est dans ce Royaume immense qu’il faudrait que les âmes grises, les milliers d’âmes grises, se penchent sur leur page blanche pour imaginer leur futur, nécessairement solaire ! « Tout ce qui se fait sans nous, se fait contre nous… » Disait Nelson Mandela…
Spécialiste de la page blanche !


24 avril 2018

Propositions pour l'Audiovisuel Public par la SCAM (droits d'auteur)

La Société Civile des Auteurs Multimedia, société chargée de récolter et de répartir les droits d'auteurs des journalistes ou réalisateurs vient de faire une série de propositions concernant l'Audiovisuel Public. Extraits :
LA SCAM S’INSCRIT DANS LA RÉFLEXION LANCÉE PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUR L’AVENIR DE L’AUDIOVISUEL PUBLIC. LES DOCUMENTARISTES
ET JOURNALISTES DE LA SCAM QUI TRAVAILLENT POUR L’AUDIOVISUEL PUBLIC ONT QUELQUES IDÉES À PARTAGER…
LA SCAM CHERCHE À RENFORCER L’AUDIOVISUEL PUBLIC POUR LUI DONNER LES MOYENS D’ÊTRE À LA HAUTEUR DES ENJEUX FUTURS LIÉS EN PARTIE
AUX PROFONDS BOULEVERSEMENTS QUE LE NUMÉRIQUE A ENGENDRÉS DANS LES USAGES ET À L’ÉMERGENCE D’ACTEURS SURPUISSANTS COMME NETFLIX OU LES RÉSEAUX SOCIAUX.
LA CONTRIBUTION DE LA SCAM NE VISE CERTAINEMENT PAS À CRITIQUER TOUS AZIMUTS UN AUDIOVISUEL PUBLIC QUI POURSUIT LES MISSIONS QUI LUI ONT ÉTÉ ASSIGNÉES DANS UN CONTEXTE DIFFICILE, CRITIQUES PARFOIS D’UNE
VIRULENCE EXCESSIVE ET QUI FONT CRAINDRE UNE VOLONTÉ MORTIFÈRE, CELLE DE RÉDUIRE LE SERVICE PUBLIC À LA PORTION CONGRUE.

L’audiovisuel public est une voix indispensable pour une démocratie. Son information, son imaginaire et tout autant son patrimoine ne peuvent pas être cédés à de seuls intérêts privés et à des algorithmes ayant pour objectif la rentabilité à court terme. Il doit se singulariser.

Des budgets doivent être sanctuarisés pour le documentaire, l’information
et le décryptage de l’actualité, qui représentent une mission essentielle. Sont concernés ici les citoyens mais aussi les futurs citoyens que sont les jeunes publics, soumis à toutes les influences. Seul le service public peut faire face aux coûts, aux temps d’enquête et
aux pressions dont ont souvent l’objet les journalistes.

L’atomisation et la segmentation des audiences doit conduire France Télévisions
à repenser son offre éditoriale. • France 2 doit rester une grande chaîne populaire
mais resserrée autour de thématiques fortes (reprenons pour cela le qualificatif de « multithématique » qui, en radio, a succédé à celui de « généraliste »).

France 3 doit redevenir la chaîne des régions, sinon sous la forme d’une association de télévisions régionales ou du moins par l’accroissement substantiel des programmes régionaux et d’une forte synergie.
France 5 doit fermement s’ancrer dans l’action culturelle et éducative. France Info, une alternative de qualité parmi les chaines d’information en continu, doit se doter d’une réelle visibilité. La Scam ne se prononce pas sur le sort de France 4 d’une part et
de France O d’autre part, mais tient à faire valoir son attachement à la capacité de France Télévisions de s’adresser à tous les citoyens de ce pays.

D’après le bilan 2017 de Médiamétrie, les programmes TV représentent 91 % de
la totalité de la consommation vidéo sur tous les écrans (TV, tablettes, ordinateur, téléphone) loin devant la VOD/SVOD et les autres types de vidéos.

Que le Président Macron fasse donc ce que le Président Sarkozy n’a pas eu le courage de faire après l’avoir pourtant promis :
une réforme d’ampleur de l’assiette de la contribution à l’audiovisuel public, qui doit s’accompagner de la disparition de la publicité de marques sur toutes les antennes publiques, en compensant sur plusieurs années le manque à gagner. Sans cela, la
question des missions et d’une politique de l’offre ne sera jamais réglée complétement. Le parrainage des émissions après 20 h est un détournement de l’esprit
de la loi. Ni le parrainage, ni la publicité ne doivent avoir place entre 20 h et 23 h.
C’est la condition sinon suffisante du moins nécessaire pour qu’en termes de missions, France Télévisions cesse d’être « assise entre deux chaises », celle de la publicité liée ipso facto à la recherche d’audience et celle de la CAP synonyme d’indépendance.
Rappelons-nous une publicité de France Inter qui annonçait fièrement « Écoutez la différence ! ». Cette différence consistait notamment dans une antenne vierge de publicités.
La BBC produit elle-même énormément de ses programmes alors que le système
français repose sur la protection d’une forte production indépendante. Néanmoins, il faut favoriser le développement des coproductions entre France Télévisions et les producteurs et faire en sorte que les diffuseurs soient véritablement intéressés,
avec les producteurs, à l’exploitation des œuvres au-delà d’une primo diffusion et trois ou quatre rediffusions. La télévision publique doit être en mesure
de développer la cession des programmes qu’elle diffuse et qu’elle en retire des recettes significatives.
43 000 auteurs, réalisateurs de télévision et radio, écrivains,
journalistes, photographes, dessinateurs, vidéastes…
112 millions d’euros de droits d’auteur

23 avril 2018

Extrait du Compte rendu du CCE de FTV : ébouriffant !

                                       

Amusant ! 
Edith Lucet devient donc la caution morale de la Pdg.
Bien entendu, on ne peut imaginer un instant qu'il y ait eu la moindre pression de l'employeur sur l'employée sachant de qui elle tient sa fonction et sa place dans la grille de programme !
Extrait du compte-rendu du Comité Central d'Entreprise par la CGT.

" Interpellée d’entrée de jeu sur un possible conflit d’intérêt, lié au fait qu’elle est administratrice de Suez, Delphine Ernotte répond que cette situation datant de 2012, préexistait à sa candidature à la présidence de France Télévisions et qu’elle en avait informé le CSA. 

Elle se défend de toute ingérence dans l’investigation journalistique, assurances d’Elise Lucet à l’appui. 

Elle en profite pour répondre aux commentateurs qui la voient débarquée sous peu : « Aujourd’hui je vais très bien. J’aime en découdre ; ça tombe bien, je ne suis pas déçue au sein de France Télévisions ». Et d’ajouter : « N’en déplaise aux esprits chagrins, je suis là, je suis bien là, et pour longtemps encore. Il va falloir faire avec moi »". 

France 3 Paris : des journaux bien encadrés !



22 avril 2018

Confirmation de ce qu'avançait l'ADAP : plus de Coupe de la Ligue et de Coupe de France à FTV !

L'ADAP l'avait annoncé voici plusieurs semaines, le JDD de ce jour le confirme : France Télévisions envisage de ne plus diffuser la Coupe de la Ligue et la Coupe de France.

Le groupe FTV détient les droits des retransmissions de la Coupe de la Ligue, partagés avec Canal+ jusqu’en 2020 (pour 23,9 millions d’euros par an).

FTV cherche donc à s'en débarrasser en les vendant à hauteur d’une dizaine de millions d’euros : en fait sa partie d'investissement.
De même pour la Coupe de France, pour laquelle le groupe devrait là également céder les droits qu’il partage avec Eurosport jusqu’en 2022, pour un montant annuel de 22 millions d’euros. 

19 avril 2018

Les dés pipés de la nomination du Pdg de Radio France


Avant le Canard Enchaîné dans sa livraison d'hier, François Desnoyers, candidat malheureux à la Présidence de Radio France, reconnait, sur son mur FaceBook, que cette audition était en fait une "grosse triche".
Bis repetita placent donc pour le CSA après le cas Ernotte...



18 avril 2018

Audiences Radios : le service public s'en sort très bien !


Presque 27 % d'audiences cumulées pour les radios de service public.
Une belle performance alors que survient une nouvelle patronne à la tête de l'édifice :

-  France Inter  11,4 %
-  France Info   08,4 %
-  France Bleu  07,1 %

Le Char d’Appolon ou un missile ?



Il fait beau sur mes montagnes. 
Et d’ici, je vois l’Olympe fumer. 
Zeus est au boulot avec les autres dieux. 
Il fait doux et j’ai pu balancer mon himition au fond de la bergerie. 
Je peux contempler le paysage librement. 
Ma vue va loin. Jusqu’au bord de Seine où les royaumes ne vont pas bien. 
La Politique, la science qui permet de gérer la Cité est en pleine expérimentation : la SNCF se contorsionne et le Parlement semble rivé aux consignes divines… 
Depuis des mois, des envoyés interrogent les uns et les autres pour dessiner le projet de Grand Audiovisuel Public.
Entre deux options : augmenter la Redevance pour payer les turpitudes continuelles qui sont la structure-même de ces royaumes confondants ou baisser le budget à un seuil tolérable. 
La limite aurait été fixée par Zeus-Jupiter à une soustraction de 500 millions d’euros pour tous les budgets des sociétés de l’audiovisuel public. 

Faisable… à condition d’agir, de courir, d’avoir des idées au service des publics… 
Car, là, avec le Royaume de France Télévisions,  c'est compliqué avec à sa tête une Reine sans vision, sans réel projet, une administration pléthorique, une milice, une armée de DRH, des millions de protocoles, de consignes, de formulaires. 
Le royaume de France Télévisions, ses presque trois milliards d’euros et ses presque dix mille salariés est en réalité une énorme machine soviétique qui produit aussi peu qu’un kolkhoze et d’une qualité similaire ! 

A qui la faute historique ? A l’éclatement de l’ORTF, on a créé des sociétés différenciées. 
Mais la structure globale restait la même : des producteurs et des réalisateurs aux programmes et des journalistes à l’Information. 
Puis des hiérarques, socialistes, ont voulu donner de l’argent et des moyens à des producteurs qui ont accaparé la commande publique audiovisuelle. 
Interdiction aux chaînes de produire leurs propres programmes ! 
Ce pourquoi quand même elles ont été créées.

Puis des politiciens de bas étage ont intrigué pour créer un truc énorme, immense, confus, aussi agile et intelligent qu’un Kolkhoze soviétique : France Télévisions. 

Des sociétés publiques et audiovisuelles adaptées à leurs publics et leurs marchés ont été fondues dans un machin énorme sans personnalité engoncé dans une administration pléthorique, avec des directeurs toutes les trois portes et des DRH qui se sont précipités pour tenter d’avoir de l’autorité sur des métiers qu’ils jalousent : les journalistes ou les réalisateurs…

Hé oui, là tout est affaire de talent, pas de règlement. 
Il fallait donc casser le système. Des directeurs médiocres à l’intitulé incroyable occupent des centaines de bureaux. 
Ils ont nommé des rédacteurs-en-chef sans personnalité pour ne pas être menacés et les ont nommés managers pour excuser leur absence de talent journalistique. 
Ah Pierrot-les Bretelles, doit se retourner dans sa tombe !
Et même Schoenderffer doit s’étouffer de voir la population misérable des journalistes de terrain, oublier qu’il fut le seul réalisateur-journaliste français à obtenir un Oscar à Hollywood pour la « Section Anderson » tourné pour la télévision…
Médiocrité journalistique, médiocrité des émissions, médiocrités des projets : SVOD, Sports, … médiocrité des administrations, des directions...
Ah oui cela s’appelle du FTV Bashing !
Ben oui, les Territoires s’endorment. Un directrice est citée en exemple non pas pour avoir créé des programmes originaux, intelligents et mis son antenne au service du Public…Non juste pour avoir réussi à extorquer 100 000 euros par mois à la Région de la Nouvelle-Aquitaine pour faire son travail ordinaire! 
ArNAQ-TV ! Oui on peut réformer France 3 ! Oui, on peut aller faire de la télévision régionale de qualité mais pas avec ceux et celles qui la dirigent aujourd’hui. Ceux-là même qui suppriment des emplois pour complaire à la Reine Folle.

La Dame de Pique qui présente un budget France Télévisions à l’équilibre…explique-t-elle dans les journaux. 
Opération de comm’ ! Tous les anciens directeurs expliquent comment on fait glisser des budgets, des emprunts, des réserves, sur l’année en cours. 
Comment on ralentit l’embauche, on supprime des reportages, on supprime des émissions pour donner l’illusion d’une boîte à l’équilibre ! 
France Télévisions est à l’arrêt intellectuel, créateur. 
Une voiture qui n’avance pas, ne consomme pas de carburant. 
Là, le moteur est à l’arrêt ! 
Les cohortes attendent les ordres, les réformes à venir. La "stasis", la crise gagne du terrain, la Stasis qui débouchera sur la guerre interne, la guerre civile si…
Plus loin sur les bords de Seine, la Reine Sybile essaie ses talents divinatoires. 
Le Royaume de Radio France se voit à la tête de la Réforme. 
Mais la nomination par Zeus d’une prophétesse d’Appolon comme responsable de Radio France est déjà le début de la réforme à venir. 
Oublions ses discours et ces paroles jetées aux vents. 
La prêtresse-énarque obéira à Zeus quand il faudra se soumettre à une autorité supérieure pour recréer l’audiovisuel public… " En toute indépendance " !
Outremers, le grand Mamamouchi qui tente de diriger les Premières et France Ô vient de finir sa grande œuvre sur » Michel Rocard et la Nouvelle-Calédonie », en attendant son retour inévitable sur le Kayou ! 
Une seconde mission de sauvetage est à la Réunion conduite par le Grand Mamamouchi lui-même. 
Les audiences étaient catastrophiques et le directeur dans l’avion pour Paris tous les quinze jours comme n’importe quel touriste fortuné. Cela devrait s’arranger. Entre les plaintes pour harcèlement, les débordements budgétaires, les emplois supprimés et une indexation à 76 pour cent…
Ah ces outremers ! ah si, ils demeurent un exemple : dans un même bâtiment on peut réunir les missions de France Bleu et celle de France 3 et faire de l’Internet. 
Autrement dit les stations des Premières d’outremer sont un modèle économique qui unit la Radio, la Télé et l’internet, pour les Maisons médiatiques qui parsèmeront les futurs territoires de métropole…paraît-il. 
En fait l’organisation des stations d’outremers est héritière des stations de FR3… 
Au moment de la scission, Radio France méprisant les outremers n’a jamais voulu reprendre les radios qui sont restées, heureusement dans RFO.
Bon allez, à l’aise dans mon chiton, je vais prendre le soleil. 
Le char d’Appolon convient bien à mon derme de vieux sage! Hein ?…. Sybile ??

Sybile Veil : la flèche du Parthe du Canard !


17 avril 2018

Radio France, fer de lance de la future réforme


Devant 500 collaborateurs, la nouvelle présidente de Radio France a pris la parole dans une déclaration que ne démentira surement pas la tutelle, le Ministère de la Culture.

"Radio France doit être le fer de lance de la réforme de l'audiovisuel public: être fer de lance, cela veut dire que nous ne devons pas subir, mais garder l'avance, faire valoir les atouts de la radio publique pour se faire entendre dans la définition des réformes à venir, puis mettre en oeuvre les réformes de telle manière qu'elles nous soient profitables et profitables à nos auditeurs"
Déclaration faite dans saint des saints de la Maison de la Radio.
"Je tiens à souligner que ma première mission, en tant que présidente de Radio France, c'est de consolider le lien de confiance qui doit exister entre nos auditeurs et nous, et donc de protéger et garantir notre indépendance, qui est la clé de notre crédibilité de médias". 
Allocution retransmise sur le réseau France Bleu.
L'épouse d'un très proche du Président de la République à l'Elysée ne pouvait pas faire moins  et bien entendu confondre neutralité et indépendance quand l'Etat est l'actionnaire principal !
Souhaitons qu'elle tire les leçons des mésaventures de la maison en face, France Télévisions et qu'elle sache que sa mission première, ce pour quoi elle a été formée, c'est de gérer et d'administrer cette superbe boutique et de ne pas se prendre pour ce qu'elle n'est pas, une directrice d'antenne. Il faut laisser cela aux professionnels et ils ne manquent pas à Radio France.

13 avril 2018

Sosthène : ni Supérieurs, ni Sages !


                       

Le vent souffle sur mes montagnes et Eole m’a
amené la nouvelle de la prise de pouvoir d’une
Reine à Radio France. Puis j’ai lu les nouvelles, 
les hagiographies de la Reine blonde. 

J’ai examiné ses discours, ses parcours, sa
prise de pouvoir attendue. 

Car c’est bien Zeus qui l’a voulu. 
On peut être Roi des Rois, Pontifex Maximus, et faire des bêtises. 
Faire comme Napoléon et créer une noblesse d’Etat en donnant des petites couronnes à des fidèles. 

Sybille Veil devient donc Présidente de Radio France.

Après avoir été conseillée par une société de gestion d’espaces qui travaille aussi pour Radio France, après avoir été conseillée par des sociétés privées pour prendre le pouvoir !

Pourquoi marche-t-elle dans les traces de l’ancien brigand qui a perdu la couronne devant la Justice ? Car les faits sont similaires.

Pourquoi ces énarques se sentent-ils au-dessus
des lois et des règles, uniquement reliés à la
réalité du pouvoir par le lien, fort, qui les unis à
Zeus ?

La nouvelle Reine tient un discours sur l’avenir
de son royaume, totalement décousu, irréel et 
bien loin du métier de la Radio…

Ainsi, elle affiche une méconnaissance des médias, une incompétence remarquable ; plaidant pour un média global, mélange de télévision et de radio, qui n’existe professionnellement que dans ses fantasmes de fonctionnaire étriquée. 

Les techniques ne sont pas les mêmes. 
Les écritures ne sont pas les mêmes. 
Les budgets et les conditions de productions sont à l’opposé et pourtant la nouvelle Reine décide des objectifs de gestion d’un royaume dont elle ne connait ni la composition, ni les limites. 
Seul fait notable dans son parcours : elle est énarque mais cela ne lui confère pas automatiquement la compétence et la sapience.

 Son parcours ? Directrice de la transformation à la l’AP-HP ? 
Allez donc demander aux personnels des Hôpitaux de Paris, si la réforme a réussi : dysfonctionnements, désordre, démotivation, suicides, l’AP-HP est un désastre organisationnel ! 

Collaboratrice de Nicolas Sarkozy, Président de la République ? 
Parce que c’est un titre de gloire vu le résultat de cette mandature corrompue

Membre de la Cour des Comptes, choisie par d’autres membres de la Cour des Comptes, membres du CSA ! Quelle fraternité irréfléchie qui gangrène la République ! 

En Italie, on appelle cela une Mafia…
En Chine, une triade, ces groupements de femmes et d’hommes qui se soutiennent dans le but de s’enrichir et de se soutenir mutuellement…
la Nouvelle Reine Folle veut concurrencer BFMTV ! 
Comme si cela était un objectif honorable ? 

Elle souhaite faire de la Télévision en promouvant sa radio France Info. 
Organiser une bataille dispendieuse pour conquérir à peine 5 pour cent d’un territoire d’audience déjà occupé ! 
Quelle blague et je vous passe les antiennes sur le Numérique ! 
Incompétence et galimatias de manager mélangé à des attitudes de haut-fonctionnaire…

Cela rappelle le Royaume voisin de France Télévisions où une autre Reine folle se perd dans les couloirs et noie son personnel dans le désenchantement. 
Car si un royaume des médias n’est pas enchanté, il est vidé de sa substance créatrice et pour Radio France, avoir une Reine-lige qui ne mérite pas de porter une couronne médiatique, c’est le début du désenchantement…

Pourtant il y avait des pros dans la course…
mais le professionnalisme, la vision, la raison,
ne semble pas être des qualités requises pour
être dirigeant de l’audiovisuel public français,
nommé par cinq conseillers qui ne peuvent être
qualifiés ni de supérieurs, ni de sages !

12 avril 2018

Surprise ! c'est la copine de Macron qui est choisie ...


A l'étonnement général (!!!), c'est donc Sybile Veil, 39 ans, la condisciple du Président de la République à l'ENA qui a donc été nommée par les "Sages" du CSA à la tête de Radio France où elle officiait jusqu'à maintenant en tant que Directrice Financière.
C'était la seule femme en lice.
Rappelons que Sybile Veil, ancien Maître des requêtes au Conseil d’Etat, a travaillé également à l'Elysée sous Sarkozy.
Son mari, petit-fils de Simone Veil, fait également partie de la même promotion Senghor décidément très distinguée.

Notre-Dame-des-Landes : Circulez y’a rien à voir !




« 200 caméras de la gendarmerie sur le terrain », annonce fièrement Gérard Collomb sur LCI.

Tranquillement, le ministre de l’intérieur assume le fait d’avoir écarté des journalistes professionnels pour montrer au public des images « contrôlées » de l’évacuation des Zadistes de Notre-Dame-des-Landes.
« Ce que nous voulions, c’est qu’il puisse y avoir de la part des spectateurs un jugement qui soit objectif », déclare notamment le premier flic de France pour justifier cette atteinte à la liberté de la presse.

Sur place nos confrères ont vu ces « collègues » filmer des équipes de journalistes professionnels. Equipés de leurs tenues de sécurité, comme tous les autres CRS, certains de ces gendarmes arboraient des dossards de presse. Ne reculant devant aucun moyen, les gendarmes ont également utilisé des drones qui ont fourni des vues aériennes, mises gracieusement à la disposition des médias.

Lors de leur arrivée sur les lieux, nos confrères (les vrais) ont été parqués en bord de route puis évacués de la zone, sous escorte, avec interdiction de filmer. Certains sont parvenus à regagner la ZAD par des chemins de traverse, ils ont été contrôlés, menacés, interdits d’accès.

Le SNJ France Télévisions condamne très fermement cette dérive qui consiste à fournir, sous prétexte de sécurité, des images « clés en main » et totalement aseptisées des opérations « sensibles » du gouvernement.
Le SNJ France Télévisions regrette qu’en diffusant les images de la gendarmerie, la direction de France Télévisions cautionne indirectement cette censure imposée à nos équipes sur le terrain.
L’Elysée a fait le choix d’une information contrôlée, au mépris de la profession de journaliste, au mépris des citoyens qui ont droit à une information libre et indépendante.
Au moment où le gouvernement lance un projet de loi contre les « fake news », il serait nettement contradictoire qu’il en fabrique lui-même.

Du mouvement à France Info




Y. Goosz

La tête du Service Politique de la chaîne change, Jean-
JJ Bertolus
Jérôme Bertolus, un transfuge de LCI prend la place de Yaël Goosz qui passe à France Inter.

11 avril 2018

Sosthène : Du Sable ou de la Poudre aux yeux




Heureusement que j’ai mes chèvres sur ma montagne du Péloponnèse. Elles me distraient et me nourrissent de lait et de fromages. 

Héraclite, sur la montagne d’à-côté, prend son temps, mélancolique et triste. 
Il ne vit que d’herbes et de racines… 
On dirait la mélancolique Reine Froide de France Télévisions. 
Il faut dire que la Delphine a peu d’occasions de rigoler en son château des bords de Seine. 

L’enquête judiciaire sur sa nomination se poursuit avec entrain. L’abattement règne dans tout France Télévisions…
Un désenchantement prononcé qui fige l’espace et le temps. 
La multitude de directeurs n’ose plus bouger.

La Milice incroyable des 350 DRH de France Télévisions se tient coi…

Ah les directeurs, il y en a partout, des directeurs du contenu, des ressources humaines, des rédactions, éditoriaux, exécutifs... 

Le formulaire de nomination fonctionne à fond ces temps-ci comme si, à l’approche de la révocation de la Reine de Pique, on se précipitait pour se faire nommer, comme si les directeurs à l’incompétence affichée en réunionite exacerbée, voulaient se camoufler dans une foule étonnante. 

Pendant ce temps-là, les petites mains fatiguent. Elles peinent à comprendre, les directives, les protocoles, les économies, les consignes. 

Les antennes deviennent médiocres d’un bout à l’autre du Royaume. 
Les reportages sont poussifs, mal tournés souvent, mal commentés ou écrits. 
La maladie du tournage avec smartphone touche tout le monde et pas pour le confort ni le bien du public. 
C’est marrant comme des directeurs s’entichent de ce gadget et préfèrent avoir 300 « likes » sur Facebook que 200 000 téléspectateurs dans une région…
Un territoire en novlangue. 

Tout cela pour faire plaisir à la Reine des  Amazones, enfermée dans son donjon. 


L’autre jour, j’ai vu la Médiocrité appuyée au bras
 de l’Incompétence sous le regard ravi de la
Frivolité. 

C’était une photo qui immortalisait la signature 
de la création de NAQ-TV. 

La Région Aquitaine va payer un peu moins de 100 000 euros par mois pour avoir une chaîne de télévision qui reflète la vie de sa région !
C’est quand même la mission de France 3 Aquitaine ! 
Déjà financée par la redevance, la chaîne régionale va recevoir de l’argent public pour faire son travail, " sur des formats destinés à être diffusés sur des supports différents. "
Bon ! Une chaîne de télé que vous pourrez regarder sur votre smartphone…
Voilà la nouveauté... 
Mais par contre, pas question de faire des émissions sur la Montagne, à partir des régions Pyrénéennes, de faire un magazine agricole dans la plus grande région agricole de France et une télé locale en langue basque ? De faire ce qui pourrait être intelligent…
Il faut dire que la Directrice était une journaliste médiocre dans le Nord de la France, une syndicaliste forcenée qui a terrorisé des générations de "managers" avant de basculer ...dans le management pur et dur. 
Jusqu’à faire virer un journaliste rédacteur-en-chef pour camoufler de graves erreurs de gestions de programmes et on peut rajouter quelques turpitudes restées célèbres… 
Ah la voir au bras de l’Incompétence incarnée par la Reine de Pique qui ne comprend toujours rien à la Télé publique sous le regard bovin d’un président de région ravi de tondre un peu plus les contribuables moutons de la Nouvelle-Aquitaine pour jeter 100 000 euros par la fenêtre toutes les quatre semaines !

Mais la compétence existe. Elle arrivera  certainement quand la Bataille du Rail sera terminée et que Zeus aura lancé la réforme attendue de l’audiovisuel public. 

La compétence ? L’intelligence des médias, le sens du service public ? 

On peut écouter, voir, sur le site du CSA, les 58 minutes d’entretien et d’exposé de François Desnoyers, ancien journaliste de terrain, devenu un directeur remarquable, candidat à la Présidence de Radio France…
http://www.csa.fr/Etudes-et-publications/Les-dossiers-d-actualite/Procedure-de-nomination-a-la-presidence-de-Radio-France-auditions-publiques-des-candidats 
Ah par tous les dieux de l’Olympe !!! Si seulement France Télévisions avait pu avoir un Président de cet acabit au lieu d’une centralienne légèrement décentrée. 
Mais il faut toujours que les salonards parisiens, les conseillers supérieurs de l’audiovisuel intriguent, flagornent, méprisent, pour nommer des « entre-soi », des ingénieurs sans génie, des énarques comptables qui lancent de la poudre aux yeux, après avoir coulé l’Hôpital Public, fait dérailler la SNCF, se mêlent d’audiovisuel public. 
Un philosophe parisien populaire du XXème siècle, Coluche, disait que » si on met des énarques dans le Sahara, au bout de deux ans on importe du sable… » C’est vrai qu’il faudrait les cantonner aux préfectures et au service de l’Etat…Et laisser l’audiovisuel aux professionnels !