12 mars 2018

Sosthène : vivement Hérakles



Médire est- ce donc dire que le royaume va mal et que la  Reine de Pique gouverne mal ? 
Est-ce médisant ? Est-ce mensonger à dessein ? 
Ou alors juste une constatation ? 

Le royaume va mal mais il semblerait que la crise va se résoudre. 

Déjà dans les échos, on parle du salaire du futur Hérakles, celui qui va nettoyer les écuries d’Augias et présider la holding, c’est-à-dire l’empire qui regroupe les Cités, la ligue pan-sociétés publiques d’audiovisuel public.

Un même dirigeant et des gouverneurs nommés sous ses ordres pour diriger les différentes composantes…
La volonté de Zeus rejoint la réflexion des philosophes et la prévision de la Pythie. 
La Reine de pique est convoquée le 15 mars devant la ministre de la Culture. 
Après…Il y a la réforme de la SNCF, il y a les soubresauts sociaux et politiques et sans doute dans le même temps la préparation de la réforme profonde de l’audiovisuel public. 

Pour réformer il faut un interlocuteur unique et responsable représentant cet audiovisuel devant le Parlement. 
Pour le moment, il n’y a personne. 
La Reine Folle n’y connait rien et les autres présidences ne sont pas pourvues… 
Il faut donc Hercule pour affronter ces douze travaux colossaux. 
Un Président qui soit un demi-dieu. 
A moitié issu de l’Olympe et à moitié issu des sociétés de l’audiovisuel. 
Le profil est clair et attendu. 
Les projets de réformes profondes s’affinent dans chaque société. Et les hiérarques attendent, France Télévisions est bloqué. Le service est minimum. Les salariés, qui ne se veulent plus des sujets de la Reine, attendent aussi, une révolution qui arrivera par le haut. 

L’armée des ETP ce joli terme inventé par les DRH, , Équivalent Temps Plein, peut se rassurer. Les chiffres du personnel de l’audiovisuel public allemand, anglais, suisse, belge sont clairs, il n’y a pas plus de personnel dans l’audiovisuel public français qu’ailleurs. 
Il fat du monde pour faire de la télé et de la radio. 
Les suppressions d’emplois à tout bout de champ constituent bien une politique aveugle et idiote. 
Et pourtant les hiérarques continuent à en faire des vérités d’évangiles, parfois pour se rendre service. 

En Normandie, des influences politiques, des « entre-sois » aboutissent au licenciement scandaleux d’un journaliste aguerri. 
Exactement la même technique utilisée pour se débarrasser d’un journaliste aguerri et tout aussi talentueux à Limoges, rendu responsable des graves erreurs de sa directrice ! 
A Malakoff, un directeur-adjoint, déjà connu et démis de ses fonctions dans le Grand Est  pour avoir voulu renvoyer une journaliste, a été mandaté pour mener une enquête sur un journaliste exceptionnel. Missionné par son directeur de l’Information, il a passé son temps à fouiner sur internet et ailleurs, et a réuni un dossier de 130 pages ! Une enquête mal fagotée sur la vie privée d'un journaliste ! Pitoyable ! Cela devrait aboutir après un conseil de discipline farfelu au licenciement du journaliste bien sûr. 
La suite, on la connaît : les prud’hommes de Paris et après un an d’attente, un procès qui réintégrera le journaliste et lui accordera une indemnité confortable ! 
Une trentaine de millions d’euros ont été provisionnés par France Télévisions pour faire face à ces procès perdus d’avance. Des défaites qui blessent et broient du personnel, des gens, des personnes, des âmes grises. 

Et pendant que France 2 diffuse le portrait d’un exécuteur -DRH, qui scandalise la France entière, des hiérarques corrompus jouent le même jeu à l’intérieur de France Télévisions. 
Le directeur-adjoint en charge de l’enquête sur une vie privée, déclame déjà qu’il pourra intégrer en CDI sa favorite, actuellement pigiste, sur le poste libéré. 
Symptomatique d’une société qui part à vau-l’eau. 
Des nominations hallucinantes dont le critère de choix est d’être proches du pouvoir et sans danger…
Des promotions accordées avant la fin du règne. 
Des directions d’antennes injustifiables. 
Quand France 3 s’endort, d’un sommeil lourd et cauchemardesque, que France 2 vivote sans ambition, que France Ô n‘a plus de tête, de directions…
Il ne reste plus qu’à espérer que la venue de Hérakles, Hercule, se fasse vite. 
Il y a des montagnes à déplacer et des écuries à nettoyer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire