21 mars 2018

Sosthène : la Réforme de l’Audiovisuel public repoussée aux Calendes Grecques !



Je suis comme la Pythie de Delphes. Largement intoxiquée par les fumées qui saturent la grotte de la pythonisse.
 Et pire : j’ai du mal à lire l’avenir. 
Que va faire Zeus et son aréopage de dieux pour réformer l’audiovisuel public ?

 Eux aussi ont l’air d’avoir avalé la fumée, voire des couleuvres.
D’abord la Réforme de l’audiovisuel public, du côté de l’Olympe Elyséen, on trouve cela précipité et le bouleversement pourrait bien attendre quelques mois. D’aucuns pronostiquent que la réforme de l’audiovisuel sera repoussée jusqu’à 2019…
Que c’est drôle de voir le gouvernement d’une Cité reculer devant la difficulté. Une réforme trop complexe, expliquent quelques énarques perdus. 
Mais parfois quand il y a un nœud, il suffit d’une épée tranchante et de décisions sans appel.
Bien sûr que l’audiovisuel public doit être réformé d’urgence. 
Bien sûr que cette réforme doit être étudiée et doit aller jusque dans les détails pour être crédible et honnête. 
Aussi quand je vois dans un quotidien du soir, la description d’une réforme emberlificotée dans ses contradictions et éloignée de tout principe simple, cela me met en colère. 
La réduction du périmètre par exemple : quels sombres intérêts de producteurs poussent les réformateurs élyséens et « matignonesques » à envisager de ne plus supprimer de chaînes ? 
Comment justifier qu’une chaîne de télévision de service public comme France Ô qui touche à peine 10 000 spectateurs sur 67 millions de français chaque jour, coûte rien qu’en programme une trentaine de millions d’euros, sans compter les frais de diffusion de production et les salaires…
Comment envisager que cette chaîne soit maintenue dans le paysage audiovisuel ?
Pas plus que France 5 ou France 4…ou France Info TV.. 
Alors des indiscrétions laissent penser que ces chaînes pourraient devenir des médias numériques : en clair passer sur internet ! mais c’est n’importe quoi ! D’abord parce que leur public sera encore plus confidentiel…
Pour les mêmes coûts de production ! et que la religion numérique de l’internet ne touche absolument pas la totalité des français. 
Imaginer que la diffusion d’images et de sons se fera entièrement sur tablette, smartphones et autre écrans miniatures, c’est oublier rapidement la Télé comme objet sociologique et familial, c’est ignorer les habitudes des français ! 
C’est privilégier une vision urbaine de la société. 
C’est oublier aussi que d’avoir internet coûte de l’argent à l’utilisateur. 
La location d’une » box », l’abonnement à un service téléphonique développé pour smartphone, tout cela coûte cher sur un salaire mensuel et familial de 1500 euros, de 800 euros…
la télé publique serait réservée à ceux qui peuvent se payer un abonnement…et aux lettrés !

Pour en revenir à cette réforme fantôme…
Les bruits les plus fous courent dans les couloirs élyséens et ce désordre incroyable des idées et des gens ne s’expliquerait- il pas d’une seule façon : il n’y a personne aux commandes de cette réforme ? 
Le ministère de la culture a été écarté et les conseillers de couloirs présidentiels sont pour la plupart incompétents en la matière ! 
Allons bon voila que Herakles est dans la salle d’attente, appuyée sur sa massue et réchauffé par la peau du lion de Némée. 
Mais comme tout le monde le sait entre Sparte et Athènes, une réforme qui attend est déjà caduque. 
Il va donc falloir espérer que Jupiter fasse avancer sa phalange et que la restructuration du service public de l’audiovisuel aille plus loin que l’hypothétique suppression collective de dix jours de congés par an et par salarié !

En attendant dans le château de la Reine Ernotte, on se gausse de l’Olympe élyséen. 
Le mercenaire grec qui dirige les antennes comme d’autre les cohortes, semble être un bon professionnel mais tant de chose échappent encore à la logique. Comme par exemple au Service des sports…
« Le sport n’est pas à prendre en compte pour nos antennes… » Ainsi s’est exprimé un des barons de la Reine folle. 
Oubliant sans doute que le match de rugby du samedi fait l’audience du week-end pour le service public. 
Oubliant aussi le Tour et Roland-Garros.
Il est vrai qu’on se prépare au Sports de France Télévisions. 

On se met en ordre pour les Jeux Olympiques. 
L’actuel directeur du service, ancien de TF1 puis de la société qui gère les droits des jeux, n’a pas l’air d’avoir envie que France Télévisions brille au firmament des sports. 
Il devrait trouver du travail dans son ancienne chaîne privée sans souci à l’approche des JO. 
Ils sont 146 salariés à se regarder quand même dans le service. 
Bon, quelques-uns sont partis. 
Le directeur des productions par exemple. 
Mais, pas de souci, le directeur actuel va le remplacer. 
Il s’imagine en avoir le talent inné.
Et tant pis si les erreurs qu’il fait sont dramatiques et coûtent un argent fou en productions ou reportages obsolètes parce que non-diffusés à temps. 
La machine du service des sports de France Télévisions est devenue folle. 
Une espèce de danse de Saint-Guy avant de mourir. 
Stade 2 est revenu, à la grande surprise générale…pour faire 5 pour cent de l’audience. 
Il ne restera plus qu’à la direction des antennes de proclamer que ce truc n’est plus utile pour le faire disparaître. 
Il y avait un petit gars d’Amiens, fondu de sport, qui est devenu une star du commentaire de vélo, sa passion. 
Cette étoile du Tour de France a été éteinte par ce directeur des sports. 
Il repart dans sa station d’origine…Une ville où Jupiter a grandi… Et le service se retrouve fort dépourvu.

La fumée de la Grotte d’Appolon a dû faire tourner encore d’autres têtes. Les candidats à la Présidence de Radio France ont été sélectionnés… 
Parmi les six, il y a une énarque ! 
On sait qu’un énarque à la tête d’un machin audiovisuel et radiophonique, cela donne une gestion administrative, réduite et peureuse…
Surtout quand toute la presse parisienne souligne le fait, comme une qualité incroyable, innée et acquise, qu’elle soit condisciple de Jupiter à l’ENA !!
Il y a des moments où cela peine fortement de voir les principes égalitaires de la République foulés aux pieds…
Mais dans la liste, il y aussi un formidable professionnel, ancien numéro 2 de Jean-Marie Cavada et qui connaît l’audiovisuel comme sa poche, y compris dans les confins !

Bien connaître l’audiovisuel n’est pas une mince affaire, c’est un métier, une vocation, un don ! 
Tenez : Moi ! En toute immodestie ! 
J’avais bien analysé, dis et prédis que France Télévisions fonçait dans une impasse en voulant consacrer ses efforts à devenir une entreprise de SVOD ! Comme Netflix ou Amazone, qui jonglent avec les dollars par milliards ! 
Et bien qu’apprend- t- on aujourd’hui ? 
Que la Reine Folle abandonne le projet SVOD de France Télévisions...
Après avoir dépensé une quinzaine de millions d’euros et embauché une vingtaine de personnes. 
Les caprices ont un coût. 
Mais là à France télévisions, tout le monde s’en fout ! 
Le gouvernement réformateur se détournant, la foire à NeuNeu va pouvoir continuer ! 
Les bacchanales du printemps se préparent à coup d’argent public !
Les Sports comme le reste de l’audiovisuel public, se perdent dans le doute et l’incertitude.
Et si, en plus, le gouvernement de la Cité hésite et temporise…L’audiovisuel public ne sera plus grand-chose. 
On peut quand même se demander à qui profite le crime ! 
Qui dont a intérêt à repousser une réforme urgente, logique et bienvenue…
Aux Calendes grecques !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire