27 mars 2018

Je Suis Sosthène !



L’audiovisuel Public est un marécage et le Styx, fleuve de haine, l’approvisionne en âmes perdues. 
Parfois je me vois en Charon
faisant avancer la Barque des Morts, prenant la redevance audiovisuelle dans la bouche de la Reine Ernotte pour la conduire au centre du marais infernal …
Puis je me réveille et je constate que parfois le cauchemar vaut la réalité. 
Ici dans le Royaume de France Télévisions, sur les bords de Seine, la Reine des amazones, pour conforter son pouvoir crée une police secrète. 

Elle souhaite engager une haute fonctionnaire de police, très grassement rétribuée, pour lutter contre la criminalité et la cybercriminalité à France Télévisions. 
Ben voyons. 
Tout le monde sait que des bandes organisées assiègent les murailles de la forteresse et font régner la terreur dans les couloirs et les douves des stations. 
Tout le monde se doute que trafic de drogue et pédopornographie se glissent sous le manteau du DarkNet de France Télévisions ? 

A moins que, comme toute police secrète, celle-ci soit constituée pour se glisser, la nuit, dans les sessions des ordinateurs des ETP, dans les boîtes mails, dans les échanges téléphoniques… 
Et puis voila la Reine Ernotte se sent en sécurité avec un outil de lutte contre les méchants, les espions, les résistants. 

Traquerait-elle Sosthène ? 
Ce serait une surprise pour elle. Sosthène n’est- il pas ce gars qui change un néon dans son bureau ? 
Cette secrétaire qui tape le courrier ? 
Ce cadre administratif qui voit passer les factures de bouche ? 
C’est aussi ce journaliste d’une rédaction nationale, ce directeur de l’information, cette juriste à l’air pincé, ce monteur d’une station régionale, ce responsable de ressources humaines, ce voisin de bureau. 

Sosthène est un réseau de résistance à la veulerie, la bêtise, l’incompétence dans France Télévisions. 

Je suis Sosthène, comme vous l’êtes. 

Un seul objectif : faire savoir ce qui se passe sous la surface tranquille et pestilentielle du marécage, aux élus, aux parlementaires, aux citoyens, aux autres journalistes, aux conseillers, aux jardiniers et à Chantal qui paie sa redevance avec ses 600 euros de retraite…

Et là, la ficelle est énorme, engager une commissaire de police d’urgence comme si c’était une utilité pour un organisme qui fait de la télévision. 
Lui donner un salaire équivalent aux cinq derniers équivalents Temps Plein licenciés par les miliciens des Ressources Humaines ! 

Car, à France Télévisions, la schizophrénie est de bon ton.


On dénonce dans Envoyé spécial, les DRH sadiques qui licencient sans cause réelle et sérieuse et démolissent les entreprises.
Pendant ce temps, dans les rédactions de France Télévisions, des DRH miliciens, acoquinés à des cadres collaborateurs ex-journalistes tentent de virer à tout va des journalistes pour la moindre remarque ou peccadille comme des caissières dans n’importe quel supermarché ! 

Ici, c’est un grand reporter de Rouen accusé d’avoir fait une faute de conduite, sans contravention, viré à la demande d’un mamamouchi socialiste, ami du directeur régional. 

Là c’est un JRI qui renvoie à une entreprise, dans un colis, un objet prêté, que la Poste de Vanves perd et qui se retrouve licencié pour faute lourde. 

Ou ce journaliste, professionnel accompli et reconnu, qui meuble son placard en faisant de la formation professionnelle et en animant des colloques de chefs d’entreprises et de prix Nobel et qui se retrouvera peut-être viré, aussi pour faute grave par une Présidente-Reine de Pique, qui elle-même collabore à l’extérieur, sans autorisation du conseil d’administration, ou de l’actionnaire principal pour une société privée à des tarifs exorbitants ! 

On peut citer encore ce présentateur de Toulouse, viré parce que trop vieux ou ce journaliste rédacteur-en-chef de Limoges viré sans autre raison que de couvrir une directrice régionale totalement déficiente, connue pour ses agissements délirants ! 

Ce n’est plus France Télévisions ! C’est la Turquie ! 
Et la Reine de Pique prend des airs d’Erdogan, de pacha de la Sublime Porte à la chasse à tout ce qui porte une carte de presse et qui lève la tête ! 

Tout cela fera des procès que France Télévisions perdra à la chaîne ( c'est tellement prévisible que le budget est déjà abondé en conséquence ! )…

Mais qui demandera des comptes aux DRH, aux directeurs qui initient ces procédures foireuses et qui font perdre des millions d’euros à France Télévisions ? 

A part cela tout va bien dans le Royaume Perdu de France Télévisions…

Atmosphère fétide du Siège, stations régionales de France 3 au moral en berne dirigée par des patachons sans envergure. 
Un Pôle » outremers » où les directeurs se réunissent en concile, venant de toute la planète, tous les six mois. Cette fois-ci, c’est un peu le voyage traditionnel de retour des cloches de Pâques ! 
A l’inverse, le directeur de l’Information des outremers suscite toujours autant l’hilarité et l’étonnement à France Télévisions. 
Ses collaborateurs et lui-même préparent l’expédition de Novembre 2018 à Nouméa, 
Pour le Référendum d’autodétermination de la Kanaky. 

Au moins six semaines auparavant, tout ce que Malakoff compte de cadres journalistiques anonymes de la télé et de l’internet et souvent dépourvus de talents vont se retrouver bombardés spécialistes de la Nouvelle-Calédonie pour aller bronzer dans la Baie des Citrons et expliquer accessoirement aux bons canaques de la rédaction comment on travaille quand il y a un référendum de décolonisation ! 
Il sera certainement également très intéressant de dénombrer les équipes du Service Public qui couvriront l'événement : celle du Caillou évidemment, ils sont chez eux, France 2, France 3 National, France Ô ...

Voilà, des vacances bien organisées sur le compte de la Redevance et sans utilité réelle ! mais la gabegie continue !

Dans les outremers, entre préavis de grève dans le Pacifique, chute dramatique du moral et des audiences à la Réunion (mais hausse vertigineuse des emplois supprimés), les stations ruminent en attendant la Révolution jupitérienne. 

A croire que le seul endroit, où on réfléchit et où on travaille sur l’audiovisuel public d’outremer et d’ailleurs c’est cette zone imperméable entre Matignon et l’Elysée ! 

Il faut dire que du sommet de mes montagnes grecques à l’Olympe de Zeus, nous avons une belle vue dégagée sur ce qui se passe dans le grouillant marécage de l’audiovisuel public. 
Un truc qu’on peut envisager d’assainir comme Herakles-Hercule le fit en tuant l’Hydre de Lerne. 

Faire un truc qu’on a jamais fait depuis qu’il y a un audiovisuel public : couper toutes les têtes directoriales de l’Hydre, sans quelle repoussent ! Quelle économie !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire