26 mars 2018

Avec Ernotte, on sombre dans le royaume d'Ubu !



Alors qu'un journaliste d'une rédaction nationale attend la décision d'une Commission de Discipline au prétexte qu'il avait une collaboration extérieure, considérée comme " faute grave ", on apprend l'embauche d'une fliquette pour traquer la cybercriminalité à France Télévisions.*

Plusieurs observations :

-  il est surprenant qu'on veuille licencier  un professionnel, ( après avoir réalisé une enquête sur sa vie privée, par huissier, une initiative de la Direction de l'Information, révélée lors de la Commission de Discipline... ) pour une faute pour laquelle, à ce titre, il faudrait virer une dizaine de ses confrères et y ajouter la Présidente elle-même qui s'engraisse sans barguigner aux frais de Suez ! 
Le tribunal des Prud'hommes de Paris va se régaler.

-  depuis l'arrivée de Delphine Ernotte, ce sont des dizaines d'emplois qui sont supprimés, la plupart sans douleur car ce sont des non-reconductions de postes qui obèrent cependant le bon fonctionnement de l'entreprise. 

Ceci, parait-il, pour faire des économies...

- dans le même temps sont embauchées à prix d'or deux personnes dont nul ne met en doute leurs qualités mais qui, par leurs émoluments, représentent un bon nombre de ces fameux ETP ( emplois temps plein ) supprimés.
Cherchez l'erreur !

* pour information, le professionnel en question dispose de plusieurs courriers à ses différents "patrons" faisant état de ce travail réalisé à l'extérieur sans que, jamais, sa hiérarchie y ait trouvé à redire. Ce, à partir du moment où cela n'entre pas dans le champs de la concurrence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire