16 janvier 2018

Sosthène : audiovisuel public: Incompétence et délinquance !


« La Cité juste engendre l’Homme juste » disait mon éminent confrère Platon ! 
Et foi de mon bâton de berger ! C’est bien vrai ! 
Il faut donc améliorer la Cité, l’Etat, la Chose Publique ! 

La Loi est le Souverain de la Cité. 
Elle exprime la Volonté collective. 
Et là, la Loi a décidé que Matthieu GALLET, Président-directeur-général de Radio France soit condamné à un an de prison avec sursis, vingt mille euros d’amende et dix mille euros de dommage et intérêt pour Favoritisme. 

En clair, le Gallet de l’époque était déjà Pdg d’une structure publique : l’Institut National de l’Audiovisuel. 
Il a mis la main dans la caisse pour régler des factures de conseil auprès de deux sociétés d’images appartenant à Denis PINGUAUD. 
Ces sociétés le conseillant sur son image personnelle et sa stratégie 
Cette campagne a permis à Gallet de briller aux yeux du CSA et d’être nommé Président de Radio France…

Les magistrats l’ont reconnu coupable d’avoir fait n’importe quoi avec de l’argent public !
Votre redevance ! Vos impôts ! 
Et le bellâtre affirme avec aplomb qu’il ne démissionnera pas pour autant ! 
Parce qu’il a fait appel ! 
Oui en France, l’appel est suspensif mais 92 pour cent des procès voient leur jugement confirmé en appel ! 
Et puis des magistrats ont l’intime conviction, au nom du Peuple, que Gallet est coupable ! 
Zut alors ! N’importe quel citoyen dans cette position juridique est au moins suspendu par son entreprise jusqu’au jugement final ! 
Il n’y a pas de directeur général à Radio France ? 
Pas lui...
Il va continuer à plastronner en faisant sans doute une campagne pour sa re-nomination à ce poste ! 
Bon les règles devraient changer. 
Un projet de loi devrait établir de nouvelles règles des nominations des dirigeants de l’audiovisuel public par leurs propres conseils d’administration reformés. 
On devrait appeler cette loi, la Loi Pingaud ! 
En fait c’est à cause d’un seul homme, Denis Pingaud, qui a eu l’idée et l’ambition de s’enrichir en faisant nommer des présidents de l’audiovisuel public dont l’oreille et le cervelet seront attentifs à ses conseils grassement rémunérés. 

Problème, en intrigant et bouleversant le CSA, le Pingaud a fait nommer un nouveau délinquant : Gallet et une incompétente incroyable : Ernotte. 
Voilà donc le président du CSA bien embêté. 
Car c’est lui qui devrait taper du poing sur la table et intimer l’ordre à Monsieur Gallet de se mettre en réserve jusqu’au jugement en appel…

Mais le président en question est en bord de fuite…Forcément sa mise en retraite approche et peu importe qu’il laisse la maison Audiovisuel Public saccagée derrière lui…

Quelle pétaudière cet audiovisuel public ! 
Enfin, en 2018, on devrait voir des projets et des réformes se pointer au Parlement. 
Mais pour le moment ni l’Assemblée nationale, ni le Sénat ne sont rentrés dans le jeu des réformes à faire. 
Pourtant il est temps ! 
Il est temps de redonner à la France des audiovisuels publics à leur mesure. 
Je dis  DES ! Parce que les besoins sont si différents qu’une seule structure est inimaginable. 
Il faut une chaîne nationale, une chaîne de documentaires et de sciences, il faut une organisation des régions, il faut une structure pour les outremers sur trois océans. Il faut des radios et des télévisions. Et une structure de production télévisuelle qui recouvre tous ces territoires et ces populations. 
Et on pense mettre tout cela dans le même sac ? 
Quelle pantalonnade !

Dans le même temps, les élus parlent de numérique, d’écrans différents, sans augmenter le budget... » 
"Le Numérique n’offre aucun modèle économique qui rapporte de l’argent " leur répond le directeur financier de France Télévisions. 
Pour 2018 , les financiers du Royaume télévisuel prévoient 50 millions d’euros de bénéfices…
Pour une structure qui brasse près de trois milliards par an…

Ah Zeus ! Que fait le Chef des Dieux ! Jupiter est en grève ?

Les champs élyséens sont en jachère ?
Pas d’Herakles en stock pour venir nettoyer ces écuries et mettre à mal la Reine des Amazones ?

L’excellent directeur financier de France Télévisions de préciser que la Fiction française ne se vend pas à l’étranger pour des raisons évidentes. 
Ben oui ! 
Mal jouée, mal filmée, mal produite, mal écrite, même les chaînes africaines n’en veulent pas gratuitement et elles ont raison ! 
Il est loin le temps où les Rois Maudits ont inspiré Game of Thrones ! 
Il aurait fallu que la Reine de pique lise Druon…
Elle n'a plus le temps ! 

D’ailleurs la Reine a disparu au premier son de la bataille politique de Lyon. 
Un truc inimaginable : un directeur pas vraiment futé, bien loin d’être un faux, il est un vrai, qui suspend pour faire plaisir au Roi des Républicains une petite série de reportages sur la gestion par le susdit Roi de la région concernée. 

Vile attaque politique de la part des journalistes gauchisants pourrait- on penser ! 
Mais le Roi des Républicains était aussi l’invité pendant une heure de la chaîne, sans contradicteur… 
Le dirlo incroyable, pour faire plaisir à Droite, a donc anéanti le travail pourtant validé de deux journalistes ! 
Et là : rien ! 
Plus de Ernotte ! 
Pas de déclaration ! 

Un peu plus loin mais côté Gauche cette fois-ci, la direction de l’Information veut nommer en Guyane, comme Directrice Editoriale, un poste qui veut dire que la personne qui en est le titulaire a la main sur toute l’Information régionale, une dame qui a été la collaboratrice proche d’une célèbre ministre de gauche. 
Avant d’être Garde des Sceaux, la ministre était militante du Coup de Balai, parti indépendantiste violent, et a voulu devenir présidente de la Région Guyane. 
La journaliste, rédactrice-en-chef, avec une autre cadre, a soutenu mordicus sa candidature, y compris à travers reportages et journaux. 
Cela a provoqué la colère et les plaintes d’un autre candidat. Ce candidat-là est devenu Président de Guyane.
Il l’est toujours et voit d’un sacré mauvais œil le retour d’une journaliste militante politique, bénéficiant de façon incompréhensible de promotions cumulées, à un poste aussi sensible et prestigieux dans l’audiovisuel public régional après avoir été remerciée par la Ministre dans tous les sens du terme ! 
La Dame en question a été placée sur une voie de garage sur une île voisine en attendant sa promotion…éventuelle !

Dites, dans ma Cité, la réflexion politique est toujours dominée par des préoccupations morales. 
Le fameux lien entre Ethique et Politique, défini au besoin par la Loi. 
Mais qu’en est il dans le douteux continuum de l’Audiovisuel public ? 
Un royaume malmené par une Reine Folle et un autre dirigé par un délinquant ! Quel paysage !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire