14 janvier 2018

France Télévisions : un retour vers RFO ?

Il ne fait de doute pour personne maintenant que Wallès
Kotra, le patron de l'Outremer au sein de France Télévisions, envisage de créer une entité indépendante.

Il s'est en effet vite rendu compte que, derrière les promesses de la Pdg pour lui faire quitter "le Caillou", sa Nouvelle-Calédonie natale où il était Directeur Régional, il n'y avait pas grand chose...

Une des premières décisions qu'il a prise a été de fusionner les budgets de France Ô et des Premières. 
Une manip sensée protéger les intérêts des uns et des autres alors que souffle le vent mauvais de la dissolution non pas des Premières, les conséquences politiques seraient désastreuses, mais de France Ô. 
Même pour ses plus fervents défenseurs, il leur faut reconnaître que la chaîne a été incapable de fidéliser des téléspectateurs avec un coût de grille qui n'est pas anodin.

 Kotra s'est aussi rendu compte que les Premières servaient de variable d'ajustement à qui on faisait payer le prix fort !

Les Directeurs régionaux, de quelque régions que ce soit, sont faciles à critiquer mais il faut voir quels sont les budgets avec lesquels ils doivent travailler !

Une fois enlevées les charges techniques et ce ne sont pas les moindres, décomptée la masse salariale, énorme en Outremer avec l'indexation (un salarié dans le Pacifique égale deux salariés en Métropole) il ne leur reste que leurs yeux pour pleurer.  
Un cahier des charges de moins en moins respecté sauf, bien entendu, pour tout ce qui concerne l'institutionnel et encore, bien souvent, l'Etat donne le coup de pouce nécessaire.
Et on vient gratter encore ! plus d'efforts ! Il faut supprimer des emplois dans des régions où le taux de chômage est trois fois celui de la Métropole !

Cela devient indécent, méprisant, pour des populations que, dans de beaux discours, on considère comme des français à part entière (surtout en période électorale) mais qui, dans la réalité télévisuelle et radiophonique, sont des citoyens de seconde zone !

Pensez que la Haute Définition n'est pas faite pour ces gueux ! Incroyable !

Il de bon ton dans les réunions parisiennes du 8e étage de France Télévisions (la Présidence) d'avoir un petit sourire condescendant pour l'Outremer. 
On ne veut pas voir la réalité : il est certes facile de se gausser des décors réalisés avec des sièges et tables de camping mais à qui la faute ? les réalisateurs ou journalistes aimeraient bien, eux aussi, disposer de budgets, sinon confortables, ils ne rêvent pas, mais qui ne soient pas ridicules.

Ça ne va être simple mais comme se plait à le dire Wallés Kotra : "vous avez l'heure, nous avons le temps".

Mais là, ce n'est pas lui le maître des pendules, notamment dans les semaines et les mois à venir.
Augustin Horeau, qui, dans un premier temps, devait reconsidérer le périmètre de Malakoff (où se trouve le siège de l'Outremer télévisuel, Internet et Radio) revoit, sans le dire, sa mission qui n'est pas des plus simples.
Reconstituer une espèce de RFO, c'est-à-dire couper les liens avec France Télévisions, ça veut dire récupérer un budget propre et pouvoir négocier de gré à gré avec la tutelle.
Souvenons-nous que RFO au départ devait "s'adosser" à France Télévisions. Le résultat a été une absorption pure et simple.
Ne nions pas quelques avantages : les élus ultramarins en colère ont plus de difficultés à joindre de Carolis, Pfimlin ou Ernotte que le Pdg de RFO...

Contrairement à ce que d'aucuns peuvent penser, de bonne foi, qui peut encore croire que l'audiovisuel outremer intéresse le privé ? 
Les coût sont tels que cela rebute toute initiative. 
Combien de sociétés n'ont-elles-pu subsister que grâce aux subsides des assemblées régionales ? et ceux-ci réduits ou supprimés comme cela s'est passé dans la plupart des cas, les sociétés vivotent et quémandent... Voir la dernière intervention de la sénatrice martiniquaise Catherine Conconne


Donc l'avenir, tel qu'il se dessine au sein de FranceTélévisions, ce n'est pas rose ! 
Il faudra être très attentif aux additifs dans la nouvelle loi pour savoir à quelle sauce seront mangés ces petits bouts de territoires français.
Il est fort probable par ailleurs, au vu de documents de travail, qui fuitent opportunément, que reviendra sur le tapis la sempiternelle question du maintien des stations de St
Pierre et Miquelon et de Wallis et Futuna (sachant pour ces derniers qu'il serait plus profitable d'avoir une
antenne propre en Nouvelle-Calédonie qui compte la majeure partie de la diaspora Wallisienne : 27000 personnes qu'a Wallis avec 12 000 habitants).
L'Outremer a besoin d'un audiovisuel fort et de qualité. 
Il ne faut pas croire que tout le monde dispose d'Internet et d'outils numériques. 
Dans certaines régions plus de 60 % de la population de maîtrise pas le français d'où l'importance de l'utilisation des langues vernaculaires pratiquées par le service public.
En marche oui vers une réforme , en marche forcée non !
Qui peut tolérer aujourd'hui des pratiques que l'on croyait d'un temps révolu, ces nominations pour service rendu ou pour attaches familiales avec des cadres des Directions. Ceci étant ce n'est pas propre à l'Outremer mais là, c'est plus visible !
L'année 2018 promet d'être fertile ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire