31 janvier 2018

Exit Gallet, Vergne prend les manettes de Radio France


C'est une espèce de super DRH qui va assurer l’intérim du plus jeune Pdg que la Maison Ronde a connu.
Passé des laboratoires à l'automobile, Vergne a intégré Radio France il y a un peu plus d'un an.
Il n'a pas une grande connaissance du milieu mais sait s'entourer.
On jugera donc sur pièces !

Mathieu Gallet démis de ses fonctions

La pression était trop forte. Finalement le CSA a décidé de retirer son mandat à Mathieu Gallet, le Pdg de Radio France.
Le communiqué est bref !

Présidence de Radio France : le CSA retire son mandat à Mathieu Gallet

Présidence de Radio France : le CSA retire son mandat à Mathieu Gallet
Réuni ce jour en assemblée plénière, le CSA a décidé de retirer son mandat au président de Radio France, à compter du 1er mars 2018. La décision motivée sera publiée ultérieurement dans la journée.

Canard Enchaîné : une nouvelle couche sur les logos !!!




29 janvier 2018

Europe 1 Canteloup imite Macron sur le différent avec Errnotte


https://drive.google.com/file/d/1uSevwwYPELf2nll-fL4__iAL5U8WObNO/view?usp=sharing

Sosthène : la Folie de la Reine


Je relisais les écrits de mon excellent confrère, Hippocrate.

Selon lui la folie est bien une maladie qui ressort de la médecine et non pas de la magie.
Il pense que c’est un trouble des humeurs qui parcourent le corps…

Mais alors quelles sont donc les humeurs qui troublent tant la Reine Folle de France Télévisions.
Dans le château des bords de Seine, où elle promène sa solitude, sa cour la regarde avec commisération.
C’est vrai, qu’elle marmonne toute seule… 
Un peu Don Quichotte.
Elle veut charger, montée sur une rossinante décharnée, des moulins qu’elle prend pour des Géants…
Elle veut s’allier avec Orange, TF1 et M6 pour concurrencer Netflix et Google.

Mais quelle est donc cette conception de l’audiovisuel public et cet acharnement à le transformer en truc numérique alors que ce n’est ni sa mission, ni son métier.

J’imagine donc les cohortes de France Télévisions, pauvres comme Job, avec leurs poings décharnés, guidés par une illuminée, sans moyens, sans argent, se camper fièrement dans le marécage de l’audiovisuel international et dire je vais m’attaquer au marché mondial et piquer tout à Netflix qui investit des milliards de dollars ou Google qui est une vraie puissance internationale et ça, avec un groupe de chaînes publiques sans argent !
C’ est une hérésie, un délire !
C’est la Lozère qui déclare la guerre aux Etats-Unis !

Il y a des indices qui indiquent la folie.

La perte de compréhension de la lecture par exemple.

Le statut de l’audiovisuel public dans l’Europe est défini de façon très claire et passera dans la loi française de toute façon : l’audiovisuel public, la télévision publique doit se cantonner à faire à ce que ne font pas les chaînes privées !
France Télévisions n’est pas là pour fédérer une concurrence à Google ou Netflix, qui encore une fois, ne sont pas des entreprises américaines mais des voisins de palier numérique mais France Télévisions est là, grâce à l’excellence de ses professionnels, pour fabriquer des contenus et les diffuser.
Ces contenus sont des enrichissements.
Ce sont des éléments formateurs pour les citoyens français.
Remarquez ce doit être assez compliqué aussi et déstabilisant pour une Reine formée dans le giron du privé et nourrie au salmigondis du management de comprendre que France Télévisions, par son statut, son financement « modeste » n’est pas du tout dans la course de la concurrence et de la course à l’audience.

Si le législateur a voulu qu’il n’y ait pas de publicité le soir après 20h c’est bien pour ne plus participer à la course folle de la médiocrité télévisuelle.
Mais France Télévisions, à travers ses chaînes, doit se positionner à part : sur le terrain du théâtre du soir, de la musique classique, de l’Histoire, de la géographie, des sciences, du cinéma, de la culture…
On est bien loin de tout cela.

Le groupe qui a un chiffre d’affaire de presque trois milliards et un bénéfice…de 50 millions d’euros, veut concurrencer Netflix.
Quelle triste pantalonnade ! Quelle folie destructrice et non pas créatrice !

La Reine embauche un connétable de la production privée qui vient de TF1…Combien coûtera ce mercenaire au Trésor de France Télévisions. Et surtout qu’apportera un homme bâti pour la production privée de médiocre qualité (la fiction de TF1 a perdu de l’audience) à l’avenir public de France Télévisions.

La Reine est Folle ! Délirante ! Elle retrouve des réflexes de courtisane pour dire que Jupiter-Zeus est beau, grand et qu’il a raison et qu’elle agit sous son couvert ! 
Mais elle ne fait pas un geste pour amener France Télévisions à occuper sa place naturelle. On peut appeler cela de l’incompétence…Cette cécité ahurissante !

La Reine veut que la redevance soit universelle et que tous les français la paient.

Un impôt fédéral mondial ? Mais qui est -elle ?
De quel statut bénéficie-t-elle pour définir, à la place des élus de la République, quel impôt doit être imposé à la Cité ?
65 pour cent des français seraient favorables à une hausse de la redevance ?
Qui a fait le sondage ?
Parce que si on va poser la question aux français de savoir, si pour financer les élucubrations et les divagations d’une Reine folle, il faut augmenter l’impôt ! Il serait étonnant que 1 pour cent soit d’accord !

Le paradoxe, c’est que France Télévisions a assez d’argent !
le budget serré correspond au financement des missions.

On peut faire des économies : le salaire annuel de 400 000 euros de la Reine de Pique, les 191 plus gros salaires de France Télévisions-192 maintenant…les voitures de fonction, l’empreinte au sol en immobilier, la réorganisation cohérente et raisonnée des rédactions pléthoriques, la production ajustée aux missions. La réforme urgente et nécessaire des régions de France 3.

La télévision publique a des réformes enthousiasmantes à réaliser. 
Mais d’abord, il faut infliger un sort républicain à la Reine Folle et replacer des professionnels à la tête de la Grande Machine.

Ah si et faire en sorte que la psychiatrie moderne et non plus la Comm’ ou la magie, s’occupe de la Reine Folle !

28 janvier 2018

Pour Ernotte : pas l'ombre d'une tension avec l'Etat !...


France Télévisions : Delphine Ernotte dément l’existence de « tensions » avec l’Etat

La présidente de France Télévisions s’engage à contribuer à « repenser l’audiovisuel public » pour faire face aux nouveaux concurrents que sont Google et Netflix.

Cela avait fait grand bruit : Emmanuel Macron aurait qualifié l’audiovisuel public de « honte de la République », le 5 décembre devant les députés de la commission des affaires culturelles. Des propos immédiatement démentis par l’Elysée, mais qui ont laissé des séquelles. C’est pourquoi la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, défend qu’il n’y a pas de « tensions » avec l’Etat, dans une interview au Journal du Dimanche, aujourd'hui.

« Ce n’est pas la nature des liens que France Télévisions entretient avec l’État, je parlerais davantage de nouvelles exigences », a-t-elle assuré, faisant référence aux 50 millions d’euros d’économies imposés par le gouvernement à France Télévisions et à la réforme de l’audiovisuel public en préparation pour la fin 2018.

Malgré ces dénégations, il n'en reste pas moins vrai que tout est en train de bouger : au Ministère de la Culture et au CSA où visiblement on de demande comment se débarrasser de la patate chaude.

La Pdg exaspère les plus hautes instances de l'Etat avec sa propension à donner systématiquement des leçons à celui qui reste quand même son principal actionnaire !

26 janvier 2018

Léa Salamé réalise la plus mauvaise audience jamais enregistrée pour "l'émission politique"


Audience à l'étiage pour "l'émission politique" présentée par Léa Salamé : moins de 1,5 millions de téléspectateurs l'ont suivie.
Quatre fois moins que TF1 qui réalise plus de 6 millions de personnes devant leur petit écran, moins que M6 et France 3.
Concept, présentatrice dont l'ego démesuré indispose, invité, là, c'était Wauquiez, la Direction de France 2 devra probablement revoir sa copie.

25 janvier 2018

Mathieu Gallet : audition semble-t-il très "light" du CSA ...

Visiblement d'après ce qui fuite dans la presse, l'audition par le CSA, de Mathieu Gallet, le Président de Radio France, ne sera pas trop méchante.

Si l'on en croit Christophe Nobili, du Canard Enchaîné, toujours très bien renseigné, les Sages du CSA ne devraient discuter avec Gallet que de ce pourquoi il a été récemment condamné (1 an de prison avec sursis et 20 000 € d'amende, jugement pour lequel il fait appel : ce n'est pas moi, je n'y connais rien, j'ai été abusé de mon plein gré etc.)
Laissant donc de côté les autres affaires dans lesquelles le Pdg est englué.

Le Canard cite en effet un rapport de la Cour des Comptes qui, curieusement, a été ôté du débat.

Un rapport où toutes les incohérences de gestion et donc le débours d'argent public sont décrits par le menu et qui n'est arrivé sur le bureau de la Ministre que début décembre alors qu'il était sorti depuis plusieurs semaines.
Olivier Schrameck, le Président du CSA, proche de la retraite n'a pas la tache facile; Il est juge
et partie. C'est lui qui a nommé Gallet contre vents et marées, s'en mordant les droits après, notamment l'un des conflits  sociaux le plus long de l'histoire de la Maison Ronde. Virer Gallet, c'est en quelque sorte se dédire....

23 janvier 2018

Sosthène : le drame des drachmes !


Dans notre république athénienne, la rémunération des emplois publics s’appelle la mistophorie. 
La République entend ainsi lutter contre la corruption en rétribuant les emplois publics, modestement tout de même.

En République Française, on a eu souvent le souci de l’argent public.

L’avant-dernier président avait réduit son salaire : il touche depuis 12 696 euros net par mois. Il est logé, nourri et puis il a la responsabilité du destin de 67 millions d’âmes. Il a la main sur le bouton nucléaire et il peut envoyer l’armée où il veut. 

Dans l’audiovisuel public, le scandale continue. 

La présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, gagne 33 000 euros par mois, plus les primes sans doute. 
Un vrai scandale, car il s’agit d’argent public ! 
Et on ne peut pas dire que la Reine de pique ait eu le devoir de passer une sélection à l’entrée dénuée de toute suspicion. 
En clair : magouille et incompétence coûtent 400 000 euros par an à Chantal, agricultrice du Loir-et-Cher ou Paco berger basque…
400 000 euros puisque la Présidente de France Télévisions peut s’octroyer un bonus de 78 000 euros ! 
Un comble : c’est la redevance qui paie ce salaire public hors-norme. Sans compter la voiture avec chauffeur et la carte de crédit de la société ! 
Mais France Télévisons n’est pas une république, pas une démocratie mais bien un royaume avec autocrate et hiérarques. 
Ces derniers se sont octroyés des salaires mirobolants : 191 salariés du groupe touchent plus de 120.000 euros bruts par an et 547 salariés plus de 96.000 euros bruts par an… Une noblesse de bureau bien planquée et à ne rien faire, sinon enchaîner des réunions…

A Radio France, Matthieu Gallet, PDG, gagne 185 000 euros net par an et une quarantaine de milliers d’euros de prime. Un salaire faramineux et injustifiable également car c’est, encore une fois, de l’argent public ! 

Les salaires des dirigeants de l’audiovisuel public ne devraient pas être comparés avec ceux du privé. Cela regarde les actionnaires des chaînes privées. 
Ils devraient être comparés à ceux des haut-fonctionnaires normaux. 
Pas ceux de Bercy.
Et un Gallet, délinquant, condamné à de la prison (avec sursis), se permet d’envoyer paître le Président de la République et le Gouvernement ?
Alors que la République est l’actionnaire unique de l’entreprise Radio France ! allons donc mais qu’attend le CSA pour intervenir ?

Il attend la fin du mois pour une "audition". 
Les conseillers doivent se réunir pour fixer la date de la prochaine réunion ? 
Mais que font- ils alors ? Ils freinent.

Le président du CSA touche 15 291 euros par mois ! Un scandale ! Chaque conseiller touche 133 265 euros par an !

Encore de l’argent public jeté par les fenêtres quand on voit le peu de travail et le peu d’entrain que mettent les conseillers à régler le cas de Matthieu Gallet qu'ils ont contribué à mettre en place. 
Avouons-le ces salaires sont indécents. 

Ils sont indécents quand on les compare à la moyenne salariale de France Télévisions, qui est déjà confortable ! 

Mais ils sont indécents surtout par rapport à la moyenne française !

Le revenu annuel salarial net d’un salarié français est de 20 670 euros ! 
Vous avez bien lu : annuel. Madame Ernotte gagne CHAQUE MOIS le double de cette somme, prime comprise, payée par de l’argent versé par ceux qui gagnent si peu.

Une honte et une honte doublée par le fait que France Télévisions est clairement en panne et que la Présidente est d’une incompétence rare ! 

Chantal qui a une retraite d’agricultrice de 450 euros par mois, lave des bouteilles le week- end pour se faire un peu plus d’argent. Elle ne regarde même plus la télé…publique !

20 janvier 2018

Un Lagardere boy pour remplacer Xavier Couture


Selon plusieurs sources, Takis Candilis remplacerait Xavier Couture comme N° 2 de France Télévisions.
Il faut supposer que l'impétrant a dû négocier un contrat en béton.
En effet, si c'est poste à poste, le périmètre qu'il devra gérer sera pollué par des directrices qui ont pratiqué un travail de sape à l'encontre de Couture finissant par avoir sa peau à l'usure.
D'après ce qui est annoncé, il devrait s'occuper des programmes et de la stratégie du groupe. Un double marigot où les prédatrices chargées des programmes l'attendent au tournant...
Candilis s'occupait de Lagardère Studios.

17 janvier 2018

Ça sent le roussi pour le Pdg de Radio France

Le CSA sort enfin de sa torpeur pour lancer une "procédure" à l'encontre de Mathieu Gallet.
Les "sages" doivent se réunir demain pour statuer.
Disons que l'inspiration soudaine leur est venue après les propos de la Ministre de la Culture hier taclant le Pdg en spécifiant qu'il était étonnant qu'il se maintienne à son poste.
Propos qui ont fait s'étrangler l'avocat de Gallet parlant toujours de présomption d'innocence alors que la sentence venait de tomber et qu'il était condamné !

La "rapporteuse" lobbyiste épinglée

L'ADAP ne s'était pas trompé lorsque, voici trois mois, à la sortie du rapport de la Commission Culture de l'Assemblée elle dénonçait le conflit des genres concernant l'une des rapporteuses Fréderique Dumas, député macroniste des Hauts de Seine.
Celle-ci se fait épingler dans la dernière livraison du Canard Enchaîné sous le titre "une interview suicide sur France Culture"

Le volatile confirme ce que Sosthène avait alors écrit : 

Ajoutons un clou dans le cercueil en précisant une nouvelle fois qu'il reste étonnant que la Commission Culture de l'Assemblée puisse intégrer une lobbyiste en son sein.

16 janvier 2018

Ministre de la Culture vs Gallet !


La position du Pdg de Radio France Matthieu Gallet (après sa condamnation hier) consistant à vouloir se maintenir
contre vents et marées va être difficile à tenir !
La Ministre de la Culture, selon le Monde, vient en effet de déclarer que son maintien était "inacceptable".
Curieusement, le CSA, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel est totalement absent du débat. C'est quand même lui qui est à l'origine de la nomination du
fringant et arrogant Pdg. Silence assourdissant identique à celui pratiqué lors de la grève la plus importante qu'ait connu Radio France il y a quelques mois !

Sosthène : audiovisuel public: Incompétence et délinquance !


« La Cité juste engendre l’Homme juste » disait mon éminent confrère Platon ! 
Et foi de mon bâton de berger ! C’est bien vrai ! 
Il faut donc améliorer la Cité, l’Etat, la Chose Publique ! 

La Loi est le Souverain de la Cité. 
Elle exprime la Volonté collective. 
Et là, la Loi a décidé que Matthieu GALLET, Président-directeur-général de Radio France soit condamné à un an de prison avec sursis, vingt mille euros d’amende et dix mille euros de dommage et intérêt pour Favoritisme. 

En clair, le Gallet de l’époque était déjà Pdg d’une structure publique : l’Institut National de l’Audiovisuel. 
Il a mis la main dans la caisse pour régler des factures de conseil auprès de deux sociétés d’images appartenant à Denis PINGUAUD. 
Ces sociétés le conseillant sur son image personnelle et sa stratégie 
Cette campagne a permis à Gallet de briller aux yeux du CSA et d’être nommé Président de Radio France…

Les magistrats l’ont reconnu coupable d’avoir fait n’importe quoi avec de l’argent public !
Votre redevance ! Vos impôts ! 
Et le bellâtre affirme avec aplomb qu’il ne démissionnera pas pour autant ! 
Parce qu’il a fait appel ! 
Oui en France, l’appel est suspensif mais 92 pour cent des procès voient leur jugement confirmé en appel ! 
Et puis des magistrats ont l’intime conviction, au nom du Peuple, que Gallet est coupable ! 
Zut alors ! N’importe quel citoyen dans cette position juridique est au moins suspendu par son entreprise jusqu’au jugement final ! 
Il n’y a pas de directeur général à Radio France ? 
Pas lui...
Il va continuer à plastronner en faisant sans doute une campagne pour sa re-nomination à ce poste ! 
Bon les règles devraient changer. 
Un projet de loi devrait établir de nouvelles règles des nominations des dirigeants de l’audiovisuel public par leurs propres conseils d’administration reformés. 
On devrait appeler cette loi, la Loi Pingaud ! 
En fait c’est à cause d’un seul homme, Denis Pingaud, qui a eu l’idée et l’ambition de s’enrichir en faisant nommer des présidents de l’audiovisuel public dont l’oreille et le cervelet seront attentifs à ses conseils grassement rémunérés. 

Problème, en intrigant et bouleversant le CSA, le Pingaud a fait nommer un nouveau délinquant : Gallet et une incompétente incroyable : Ernotte. 
Voilà donc le président du CSA bien embêté. 
Car c’est lui qui devrait taper du poing sur la table et intimer l’ordre à Monsieur Gallet de se mettre en réserve jusqu’au jugement en appel…

Mais le président en question est en bord de fuite…Forcément sa mise en retraite approche et peu importe qu’il laisse la maison Audiovisuel Public saccagée derrière lui…

Quelle pétaudière cet audiovisuel public ! 
Enfin, en 2018, on devrait voir des projets et des réformes se pointer au Parlement. 
Mais pour le moment ni l’Assemblée nationale, ni le Sénat ne sont rentrés dans le jeu des réformes à faire. 
Pourtant il est temps ! 
Il est temps de redonner à la France des audiovisuels publics à leur mesure. 
Je dis  DES ! Parce que les besoins sont si différents qu’une seule structure est inimaginable. 
Il faut une chaîne nationale, une chaîne de documentaires et de sciences, il faut une organisation des régions, il faut une structure pour les outremers sur trois océans. Il faut des radios et des télévisions. Et une structure de production télévisuelle qui recouvre tous ces territoires et ces populations. 
Et on pense mettre tout cela dans le même sac ? 
Quelle pantalonnade !

Dans le même temps, les élus parlent de numérique, d’écrans différents, sans augmenter le budget... » 
"Le Numérique n’offre aucun modèle économique qui rapporte de l’argent " leur répond le directeur financier de France Télévisions. 
Pour 2018 , les financiers du Royaume télévisuel prévoient 50 millions d’euros de bénéfices…
Pour une structure qui brasse près de trois milliards par an…

Ah Zeus ! Que fait le Chef des Dieux ! Jupiter est en grève ?

Les champs élyséens sont en jachère ?
Pas d’Herakles en stock pour venir nettoyer ces écuries et mettre à mal la Reine des Amazones ?

L’excellent directeur financier de France Télévisions de préciser que la Fiction française ne se vend pas à l’étranger pour des raisons évidentes. 
Ben oui ! 
Mal jouée, mal filmée, mal produite, mal écrite, même les chaînes africaines n’en veulent pas gratuitement et elles ont raison ! 
Il est loin le temps où les Rois Maudits ont inspiré Game of Thrones ! 
Il aurait fallu que la Reine de pique lise Druon…
Elle n'a plus le temps ! 

D’ailleurs la Reine a disparu au premier son de la bataille politique de Lyon. 
Un truc inimaginable : un directeur pas vraiment futé, bien loin d’être un faux, il est un vrai, qui suspend pour faire plaisir au Roi des Républicains une petite série de reportages sur la gestion par le susdit Roi de la région concernée. 

Vile attaque politique de la part des journalistes gauchisants pourrait- on penser ! 
Mais le Roi des Républicains était aussi l’invité pendant une heure de la chaîne, sans contradicteur… 
Le dirlo incroyable, pour faire plaisir à Droite, a donc anéanti le travail pourtant validé de deux journalistes ! 
Et là : rien ! 
Plus de Ernotte ! 
Pas de déclaration ! 

Un peu plus loin mais côté Gauche cette fois-ci, la direction de l’Information veut nommer en Guyane, comme Directrice Editoriale, un poste qui veut dire que la personne qui en est le titulaire a la main sur toute l’Information régionale, une dame qui a été la collaboratrice proche d’une célèbre ministre de gauche. 
Avant d’être Garde des Sceaux, la ministre était militante du Coup de Balai, parti indépendantiste violent, et a voulu devenir présidente de la Région Guyane. 
La journaliste, rédactrice-en-chef, avec une autre cadre, a soutenu mordicus sa candidature, y compris à travers reportages et journaux. 
Cela a provoqué la colère et les plaintes d’un autre candidat. Ce candidat-là est devenu Président de Guyane.
Il l’est toujours et voit d’un sacré mauvais œil le retour d’une journaliste militante politique, bénéficiant de façon incompréhensible de promotions cumulées, à un poste aussi sensible et prestigieux dans l’audiovisuel public régional après avoir été remerciée par la Ministre dans tous les sens du terme ! 
La Dame en question a été placée sur une voie de garage sur une île voisine en attendant sa promotion…éventuelle !

Dites, dans ma Cité, la réflexion politique est toujours dominée par des préoccupations morales. 
Le fameux lien entre Ethique et Politique, défini au besoin par la Loi. 
Mais qu’en est il dans le douteux continuum de l’Audiovisuel public ? 
Un royaume malmené par une Reine Folle et un autre dirigé par un délinquant ! Quel paysage !

15 janvier 2018

Mathieu Gallet : un an de prison avec sursis ! Ca fait tache ....


Le patron de Radio France Mathieu Gallet a été condamné aujourd'hui à un an de prison avec sursis pour "favoritisme" lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel (INA).
Pour autant pas question de démissionner pour le sémillant Pdg qui fait appel.
Il doit juger sans doute que dilapider l'argent public, c'est une vétille 
De toute façon, avec un grand courage il s'était défaussé sur ses équipes de l'INA qui ne l'avaient pas prévenu. 

Intéressante cette Lettre Ouverte des Secrétaires des CE Outremer !



14 janvier 2018

France Télévisions : un retour vers RFO ?

Il ne fait de doute pour personne maintenant que Wallès
Kotra, le patron de l'Outremer au sein de France Télévisions, envisage de créer une entité indépendante.

Il s'est en effet vite rendu compte que, derrière les promesses de la Pdg pour lui faire quitter "le Caillou", sa Nouvelle-Calédonie natale où il était Directeur Régional, il n'y avait pas grand chose...

Une des premières décisions qu'il a prise a été de fusionner les budgets de France Ô et des Premières. 
Une manip sensée protéger les intérêts des uns et des autres alors que souffle le vent mauvais de la dissolution non pas des Premières, les conséquences politiques seraient désastreuses, mais de France Ô. 
Même pour ses plus fervents défenseurs, il leur faut reconnaître que la chaîne a été incapable de fidéliser des téléspectateurs avec un coût de grille qui n'est pas anodin.

 Kotra s'est aussi rendu compte que les Premières servaient de variable d'ajustement à qui on faisait payer le prix fort !

Les Directeurs régionaux, de quelque régions que ce soit, sont faciles à critiquer mais il faut voir quels sont les budgets avec lesquels ils doivent travailler !

Une fois enlevées les charges techniques et ce ne sont pas les moindres, décomptée la masse salariale, énorme en Outremer avec l'indexation (un salarié dans le Pacifique égale deux salariés en Métropole) il ne leur reste que leurs yeux pour pleurer.  
Un cahier des charges de moins en moins respecté sauf, bien entendu, pour tout ce qui concerne l'institutionnel et encore, bien souvent, l'Etat donne le coup de pouce nécessaire.
Et on vient gratter encore ! plus d'efforts ! Il faut supprimer des emplois dans des régions où le taux de chômage est trois fois celui de la Métropole !

Cela devient indécent, méprisant, pour des populations que, dans de beaux discours, on considère comme des français à part entière (surtout en période électorale) mais qui, dans la réalité télévisuelle et radiophonique, sont des citoyens de seconde zone !

Pensez que la Haute Définition n'est pas faite pour ces gueux ! Incroyable !

Il de bon ton dans les réunions parisiennes du 8e étage de France Télévisions (la Présidence) d'avoir un petit sourire condescendant pour l'Outremer. 
On ne veut pas voir la réalité : il est certes facile de se gausser des décors réalisés avec des sièges et tables de camping mais à qui la faute ? les réalisateurs ou journalistes aimeraient bien, eux aussi, disposer de budgets, sinon confortables, ils ne rêvent pas, mais qui ne soient pas ridicules.

Ça ne va être simple mais comme se plait à le dire Wallés Kotra : "vous avez l'heure, nous avons le temps".

Mais là, ce n'est pas lui le maître des pendules, notamment dans les semaines et les mois à venir.
Augustin Horeau, qui, dans un premier temps, devait reconsidérer le périmètre de Malakoff (où se trouve le siège de l'Outremer télévisuel, Internet et Radio) revoit, sans le dire, sa mission qui n'est pas des plus simples.
Reconstituer une espèce de RFO, c'est-à-dire couper les liens avec France Télévisions, ça veut dire récupérer un budget propre et pouvoir négocier de gré à gré avec la tutelle.
Souvenons-nous que RFO au départ devait "s'adosser" à France Télévisions. Le résultat a été une absorption pure et simple.
Ne nions pas quelques avantages : les élus ultramarins en colère ont plus de difficultés à joindre de Carolis, Pfimlin ou Ernotte que le Pdg de RFO...

Contrairement à ce que d'aucuns peuvent penser, de bonne foi, qui peut encore croire que l'audiovisuel outremer intéresse le privé ? 
Les coût sont tels que cela rebute toute initiative. 
Combien de sociétés n'ont-elles-pu subsister que grâce aux subsides des assemblées régionales ? et ceux-ci réduits ou supprimés comme cela s'est passé dans la plupart des cas, les sociétés vivotent et quémandent... Voir la dernière intervention de la sénatrice martiniquaise Catherine Conconne


Donc l'avenir, tel qu'il se dessine au sein de FranceTélévisions, ce n'est pas rose ! 
Il faudra être très attentif aux additifs dans la nouvelle loi pour savoir à quelle sauce seront mangés ces petits bouts de territoires français.
Il est fort probable par ailleurs, au vu de documents de travail, qui fuitent opportunément, que reviendra sur le tapis la sempiternelle question du maintien des stations de St
Pierre et Miquelon et de Wallis et Futuna (sachant pour ces derniers qu'il serait plus profitable d'avoir une
antenne propre en Nouvelle-Calédonie qui compte la majeure partie de la diaspora Wallisienne : 27000 personnes qu'a Wallis avec 12 000 habitants).
L'Outremer a besoin d'un audiovisuel fort et de qualité. 
Il ne faut pas croire que tout le monde dispose d'Internet et d'outils numériques. 
Dans certaines régions plus de 60 % de la population de maîtrise pas le français d'où l'importance de l'utilisation des langues vernaculaires pratiquées par le service public.
En marche oui vers une réforme , en marche forcée non !
Qui peut tolérer aujourd'hui des pratiques que l'on croyait d'un temps révolu, ces nominations pour service rendu ou pour attaches familiales avec des cadres des Directions. Ceci étant ce n'est pas propre à l'Outremer mais là, c'est plus visible !
L'année 2018 promet d'être fertile ...