20 décembre 2017

Sosthène : le Kairos du grand Nettoyage

                             

Il fait un froid de gueux sur ma montagne et les trous dans ma toge laissent passer des courants d’air même quand je m’enveloppe dans mon tribanon. 

C’est bien aussi d’être presque pauvre. 
Je peux exercer mon devoir de citoyen grec et travailler pour me nourrir et me chauffer. 
C’est sans doute pour cela que les gaspillages d’argent public me mettent hors de moi. 

Je sais quelle est la valeur de la redevance payée par Chantal agricultrice en retraite en Auvergne. 
Mes chèvres me tiennent chaud et elles ont l’air plus raisonnable que la Reine des Amazones. 
L’autre jour, dans un couloir du 8ème étage, elle souriait, la Reine en faisant des confidences à voix haute à ses copines.

Elle se réjouissait de l’état de faiblesse des pouvoirs publics qui ne la contraignent pas à partir. 
Bref, elle avait l’impression d’avoir remporté une victoire sur son ennemi. 
Son analyse est qu’elle restera bien après la fin de son mandat puisque l’Etat finira par s’apercevoir de son talent et de sa puissance ! 
En l’occurrence, son ennemi est le président de la République. 

La Reine Folle plastronne devant un président élu par ses concitoyens et en plus envoie ses syndicats-liges pour expliquer que la motion de défiance de ses propres salariés sur sa politique n’est pas légitime…Dites…C’est peu un danois tout cela…
N’y aurait- il pas quelque chose de pourri au Royaume de Ernotte ?

Cette dame a tout pris à l’envers dans le monde pitoyable de la télévision. 
Venant de la téléphonie, elle a confondu la fabrication de programmes avec l’évolution technologique des modes de diffusions. 
Elle a entremêlé le tout avec une énergie de forcenée.

Passons sur ses foucades égalitaristes qui lui tiennent lieu de réflexion. 
La Reine de pique a voulu étêter pour se renforcer. 
Elle est devenue, sans s’en apercevoir, le premier spectacle de l’audiovisuel public. 
Sa vision incompétente, son manque d’analyse, ses choix viciés et vicieux ont placé France Télévisions sur le chemin bordant un précipice. 
L’actionnaire principal, l’Etat, attend juste de donner un petit coup d’épaule pour que les 10 000 salariés tombent dans le gouffre des réformes sans avenir.

Le tout confirmé par cette fameuse séance à l’Assemblée Nationale du 19 décembre où une députée fraîchement élue, lobbyiste des sociétés de productions, puisqu’elle-même productrice, oscarisée surtout par le travail et le talent des autres, déclame sur l’avenir de l’audiovisuel public dans un sabir hallucinant.

Réponse sur le même registre d’une Ministre de la Culture incompréhensible qui parle de reconquête des jeunes en accompagnant la révolution numérique ! 
Quelqu’un sait- il de quoi elle parle ? 
Elle ne parait pas comprendre ce qu’elle lit. 
Mais que veut dire tout cela concrètement ? 
On réforme France Télévisions au doigt mouillé ? 
il faut faire de la télé pour les djeunes sur tablettes ? mais lesquelles ? ceux modèle 9-3 ou les ados de Limoges et de Clermont-Ferrand. Parce que ce n’est pas la même chose… 

Puis concrètement encore une fois on fait quoi ? 
Des émissions tournées avec des téléphones, diffusées sur l’écran d’une société américaine, capté sur smartphone ? Puis savez-vous que les jeunes d’aujourd’hui sont les plus vieux de demain !

En réalité quand on analyse : la Ministre de la Culture n’y connait rien de rien et a une approche de libraire…
La députée lobbyiste et rapporteur sur l’audiovisuel public a un seul objectif : éclater France Télévisions sous prétexte de numérique , accompagner une pseudo-réforme qui videra l’édifice de sa substance de façon à permettre aux sociétés de production de la place de Paris de vendre des programmes , des émissions pour les chaînes nationales, pour les stations régionales et bientôt pour le Net…
Sous l’œil goguenard de sa copine de travail, Dame Ernotte qui, n’y entendant rien, trouvera plus facile de travailler avec des prestataires extérieurs plutôt que de diriger ses propres salariés. 

Parce que pour diriger, il faut savoir de quoi on parle et connaître les métiers de l’audiovisuel. 
Ce qui n’est pas le cas. 
Alors la dame de pique, comme la Ministre, comme la rapporteuse-productrice, font la même analyse : puisqu’on n’y connait rien autant créer de nouveaux métiers…» 
Il faut accompagner la Révolution Numérique ! » dit la Ministre ! 
Moi, depuis qu’un Chef de l’Etat Français a rajouté « Nationale » à Révolution j’ai du mal avec les mots d’ordre qui sèment le chaos.

Pas une de ces égéries auto-proclamées ne remet en question la loi Tasca, la Société Unique qui a fait tant de mal. 
Mais   on convoque, le 22 décembre, les « dirigeants de l’audiovisuel public » à venir exprimer leurs projets. 

Demander à un PDG de la Radio Publique, innocent jusqu’à ce qu’il soit condamné pour favoritisme, quel est son projet pour Radio France, c’est se moquer des électeurs et des citoyens. 

Demander à la pauvre Reine de France Télévisions quel est son projet alors qu’elle ploie sous le fardeau de son incompétence et de son absence de vision, c’est se moquer des électeurs et des salariés de France Télévisions. 

Qui a parlé de la première des réformes à effectuer : celle du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ? 

Comment peut on envisager une réforme globale de l’audiovisuel public sans toucher à ce bric-à-brac magouilleur et administratif qui a infligé les deux PDG du Siècle à FTV et Radio France…

La Reine Folle se lance dans le SVOD, tout obnubilée par son projet de Netflix à la française. 
Bon, Disney vient de mettre 66 milliards de dollars pour racheter la Fox et contrer Netflix. 
Ca vous donne une idée des enjeux ! 
la dame Ernotte , elle a claqué tout un budget pour embaucher vingt personnes pour faire…comme Netflix !

Les sociétés de productions américaines mettent 6 millions d’euros par épisode  pour Game of Thrones,  les anglais, 10 millions par épisode pour le remarquable « The Crown », les français…1 millions d’euros pour Un Village Français, par épisode… 
On ne joue pas dans la même cour. 
L’audiovisuel est un marché. 
Un secteur industriel réel, pas une amusette pour Reine énervée en Goguette. 
Ramener l’audiovisuel public dans son champ de compétence, sur son territoire de l’Apprentissage, de la Formation, de la Culture, de l’Information réelle est une priorité. 

Zeus a laissé éclater une colère…Jupiter sait bien qu’elle est mauvaise conseillère. 
A-t-il déjà appelé Herakles pour nettoyer ces écuries ? 
Le Temps est compté. Jupiter sait aussi attraper Kairos par sa touffe de cheveux..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire