27 septembre 2017

Philippe Meyer gagne son procès contre Radio France


"Le Nouvel Esprit Public", animé par Philippe Meyer sous forme de podcast, pourra garder son nom, par décision de justice, contrairement à ce que souhaitait Radio France qui estimait que ce titre lui appartenait.

C'est Sandrine Treiner, la directrice de France Culture, qui avait écarté de l'antenne le producteur de l'émission politique "l'Esprit Public".
Philippe Meyer a déjà réussi à lever une souscription de 50 000 € lui permettant de poursuivre son émission sur le Net.

25 septembre 2017

Suppression des locales de France 3 : ça bouge !


Visiblement, la suppression des locales de FranceTélévisions, voulue par la Présidence, passe difficilement.

D'aucun se posent la question de savoir si, alors que la décision a été prise longue date, c'est de bonne politique de la mettre sur le dos de Bercy ( les fameux 50 millions d'économies...) et donc du gouvernement, où les hiérarques de FTV ne sont plus en odeur de sainteté.

Un peu d'histoire : ces locales sont nées de la décision de Marc Tessier, alors Pdg de FranceTélévisions pour faire pièce à M6 qui avait décidé de lancer quelques stations décentralisées en province.
Cependant cela ne s'était pas fait sans douleur. On a déshabillé Paul pour habiller Jacques. 
Autrement dit, on a supprimé un certain nombre de magazines des éditions régionales pour fabriquer ces mini-JT qui, dans certaines régions n'avaient aucune audience. Seules s'en sont sorties celles qui avaient une forte identification régionale en Alsace en Bretagne ou dans le Sud-Ouest.
C'est de là d'ailleurs que part la fronde avec une pétition à la clé. Ce qui est reproché c'est non seulement la suppression de ces locales mais surtout la forme dans laquelle la décision a été transmise aux principaux intéressés qui se trouvent plac"s devant le fait accompli , le fait du Prince ou ici de la Pincesse arc-boutée sur la sûreté de son jugement...
Adressée à Direction de France Télévisions

Non à la fermeture de France 3 Périgord !

Le couperet est tombé. Après des mois d’inquiétudes, la suppression de toutes les éditions locales de France 3 a été annoncée pour 2018.
France 3 Périgords c’est, depuis 14 ans, 7 minutes d’informations locales dédiées à l’actualité de la Dordogne, diffusées tous les soirs à 19h15, du lundi au vendredi.
C’est aussi une équipe de 11 personnes qui travaille au quotidien pour informer les Périgourdins sur ce qui se passe près de chez eux.
A Paris, il a été décidé de supprimer ce service public de proximité.
A partir de 2018, ou même avant, car nous n’avons pas encore d’information précise sur le programme de démantèlement, l’actualité locale sera noyée dans le journal régional. C’est Bordeaux qui décidera  de l’intérêt, ou non, de réaliser un reportage en Dordogne.
Une information, qui sera au rabais, car la suppression des locales s’accompagnera d’un plan social déguisé, avec le remplacement d’un départ sur deux.  
Moins de reportages, moins de temps d’antenne, les spectateurs périgourdins n’ont rien à gagner à cette disparition programmée.
R.I.P. Le slogan de France 3 : « De près, on se comprend mieux » !
Soutenez votre information de proximité, signez la pétition !

23 septembre 2017

Surprenant : pas un dirigeant de FTV aux Antilles!

Comme chacun le sait, il y a eu quelques événements d'importance dans les Caraïbes ces dernières semaines.

Guadeloupe 1ère a été, du début à la fin, sur le pont vingt quatre heures sur vingt quatre.
Que ce soit les équipes télé, celles de Radio et d'Internet, tout le monde a travaillé d'une manière exemplaire.

On peut donc légitimement d'étonner que, aucun des dirigeants de France Télévisions n'ait cru bon faire le déplacement. 
Ni la Pdg, ni le Directeur délégué chargé de l'Outremer ne sont venus apporter un soutien, qui, même s'il n'est qu'amical, aurait été apprécié par les près de deux cents collaborateurs de la station qui ont travaillé en Guadeloupe jour et nuit.
C'est vrai aussi que c'est moins glamour que le Fifo, le Festival du film d'outremer qui se tient à Tahiti où le ban et l'arrière banc de la Direction étaient présents....

20 septembre 2017

Remontée des audiences pour le JT de F2


                                                           

Sans atteindre les audiences réalisées par Pujadas juste avant son éviction, le journal télévisé de France 2 réalise de beaux scores face à son éternel concurrent TF1.

Hier soir, c'est seulement 400 000 télé spectateurs qui séparaient les deux éditions :

5 600 000 fidèles de Gilles Bouleau contre 5 185 000 pour Anne-Sophie Lapix soit respectivement 24,3 et 22,4 % de PDA.

16 septembre 2017

Rédaction Outremer de Malakoff : recrutement orienté ?


France Télévisions se  targue, par le biais de différents organismes dont son Université, de promouvoir le personnel qui souhaite évoluer ou tout simplement changer d'activité.
Extrêmement louable et pour beaucoup cela a abouti effectivement à ce que l'on pourrait considérer comme une véritable promotion.
Le CFPJ fait partie de ces organismes reconnus par la profession et par FTV. Les journalistes en effet souhaitant passer de l'écrit à l 'audiovisuel y trouvent des stages tout-à-fait adaptés. 
C'est également valable pour les techniciens qui ont envie de changer d'horizon et qui souhaitent faire des reportages.
Il est donc surprenant que la rédaction "nationale" ultramarine sise à Malakoff ait rejeté la candidature d'une jeune femme antillaise qui a commencé sa carrière comme script puis comme monteuse pour enfin s'offrir et ce n'est pas donné, un stage couronné de succès rue du Louvre, au CFPJ.
D'autant plus étonnant qu'un syndicat dont on se demande à quoi il sert alors qu'il devrait d'abord défendre celle ou celui qui se trouve démuni face à une direction, s'y est également opposé.
W. Kotra
Le dossier est entre les mains de Wallés Kotra le patron de l'Outremer à France Télévision et de Yannick Letranchant le Directeur de l'Information du Groupe.
A suivre...

15 septembre 2017

Thermodon ? Non la Seine !


Thermodon ? Non la Seine ! 

Bonne nouvelle pour un grec mâle : les amazones n’habitent plus le long du Thermodon mais bien le long de la Seine, à France Télévisions…

Ouf c’est loin du Péloponnèse ! 
Car elles ne sont pas faciles les amazones ! 
Elles rendent les enfants mâles aveugles ou boiteux pour les utiliser comme serviteurs. 
Elles chassent les beaux mâles dans les tribus avoisinantes pour en faire des reproducteurs. 
Moi-même, je n’ai dû mon salut qu’à des fuites effrénées devant certaines harpies audiovisuelles. 
Devenu très vieux, je ne risque plus rien… 

A la différence de Pujadas, comme le dit la Reine des Amazones de France Télévisions, Delphine Ernotte, elle l’a viré…
Non pas parce qu’il ne faisait pas son travail, qui était excellent mais parce que c’est plaisant pour une amazone de virer (castrer ?) un homme qui se croit reconnu et protégé par sa qualité professionnelle. 
Cet aveu de la Présidente dans les colonnes d’un magazine est ahurissant. 
Tout autant que sa méconnaissance de l’audiovisuel. Delphine Ernotte reste persuadée que, parce qu’il est présenté par une femme, le journal de 20h de France 2 va remonter dans les sondages ou que les émissions de l’après-midi, parce qu‘elles sont présentées par des femmes sur des thématiques de femmes, cela va faire aussi remonter les audiences !

Bon la réalité est cruelle pour les amazones : les chiffres d’audience ne sont pas bons et le chiffre d’affaire perdu de la publicité pour France 2 est devenu irrattrapable. 

A ceci se rajoute l’avertissement logique de l’état : il y aura 80 millions d’euros en moins pour l’audiovisuel public dont 50 pour France Télévisions, sans renégociation du Contrat d’objectifs et de moyen ou alors 37 millions. 

La valse des chiffres fait tourner la tête. 
La Ministre de la Culture, qui n’est pas une politique, veut réformer la redevance…un jour. 
Il faut dire que ce serait unique dans l’histoire de taxer encore plus des français écrasés par l’impôt sous prétexte qu’ils n’écoutent plus la radio sur un poste de radio ou ne regardent plus la télé sur un poste de télé…
Taxer les propriétaires de tablettes et smartphones et d’ordinateur ? 
Impossible, les fabricants et distributeurs s’y opposeront. Taxer à la naissance tout citoyen français pour qu’il paie la redevance audiovisuelle ? 
Pourquoi pas mais il faudrait d’abord, pour que cela ne provoque pas une révolution, s’assurer que les entreprises de l’audiovisuel public soient dirigées par des gens compétents, ce qui est loin d’être le cas. 

Madame Ernotte explique dans un magazine que ce qu’elle dirige « n’est que de la télé, ce n’est pas comme piloter une centrale nucléaire… ». 

C’est clair que si elle pilotait une centrale nucléaire comme elle tente de conduire France Télévisions, tout le monde en serait à la bougie ou ce serait Tchernobyl à tous les étages ! 

C’est quand même méprisant de dire cela : je pense aux dix mille salariés de France Télévisions pour qui la télé est une passion dans sa création, sa mise en image, ses idées, sa diffusion, son utilité au public, aux publics. 
Que dire d’une présidente qui pense que l’Education, la Culture, l’Information, la Formation, diffusées sur les écrans par le service public ne sont pas aussi importants pour la construction et l’évolution de la société qu’une centrale nucléaire ? 
Bizarre que le gouvernement tolère cela.

La fonte du trésor de France Télévisions bloque le fonctionnement de la télé mais quelques millions d’euros comptent ils vraiment quand on distribue près d’un milliard aux sociétés de productions privées, dans d’obscures conditions ? 
Il y a des champs d’économies à labourer du côté de France Télévisions.

Le problème n’est pas le même pour Radio France. 


Radio France n’achète pas de programmes et les économies vont être structurelles. 
Par exemple, Radio France qui a mis en place une stupide et inutile radio d’urgence dans une île des caraïbes est clairement récompensée de ce geste de soumission vis-à-vis du Ministère de l’intérieur ! 
Elle n’aura plus les moyens financiers de le faire !

Pour France Télévisions, la voie est claire : il faut supprimer plus de deux cents postes cette année. 
Le plan de départ qui prévoyait une embauche pour deux départs à la retraite n’a pas fonctionné du tout : à peine une trentaine de candidats sur 450 salariés identifiés
Outremer, il va falloir supprimer 23 postes dans les neuf stations ! 
Là où des pigistes attendent parfois une intégration depuis cinq ans, sept ans, dix ans, il n’y aura rien ! 
Rien pour RFO et rien pour FR3 (Ca fait du bien de reprendre les anciennes appellations, du temps où les chaînes fonctionnaient bien). 
Les intérimaires pourront attendre quelques années avant de voir une lumière se poindre. 
Dans ce désert financier, on voit des initiatives, comme autant de cactus épineux. 
Prenez par exemple, la directrice inénarrable et trop connue pour ses manœuvres de basse politique à la tête de France 3 Nouvelle Aquitaine, qui veut fourguer au Conseil Régional, une télé régionale baptisée NAQ TV…Nique TV plutôt. 
Elle proclame que grâce à l’argent de la région, donné les yeux fermés par d’innocents conseillers régionaux, transformés en troupeau de brebis pyrénéennes prêtes à être tondues, France 3, sous sa direction éclairée et quasi nord-coréenne, va faire une nouvelle télé « 100 pour 100 régionale » avec les mêmes moyens. 
Ah bon ? je croyais que c’était déjà dans l’ADN, le COM, la mission de France 3 Nouvelle Aquitaine, de faire de la télé régionale. 
Vouloir faire payer deux fois les citoyens français du Sud- Ouest pour la même marchandise, ça frise l’escroquerie. Vouloir utiliser sa filiation politique, la directrice est socialiste et était proche de Martine Aubry pour circonvenir les socialistes béats qui dirigent la région aquitaine, c’est du Grand Art de petite magouille !
Si c’est toute la politique de réforme que l’équipe de direction « Ernotte » a dans sa manche, cela ne va pas aller très loin...

Ah vivement le ménage dans ces écuries d’Augias de France Télévisions !

Zeus ou Jupiter s’attaquera- t-il au repaire des Amazones ? 

Il va falloir qu’il envoie Hercule ? Herakles comme on dit en Grèce. 
Il sait nettoyer les écuries d’Augias et pourra tuer Hippolyte, la Reine des amazones pour lui arracher sa ceinture magique. Celle qui sert à changer les chaînes !

14 septembre 2017

Pujadas : un "employé" pour Ernotte



A paraître dans le magazine Society, aujourd'hui un long entretien avec la Présidente de France Télévisions qui revient sur sa décision de renvoyer Pujadas et la façon dont l'entretien s'est déroulé.
Pour elle, "l'employé" qu'était le responsable du JT de la 2, a été surtout ulcéré d'avoir été mis à pied par une femme.
Ça vire à l'obsession pour la Pdg. 
Ceux qui ont un différent avec elle sont forcément d'affreux machos, probablement suprématistes.
C'est également une façon de se défendre de la dégringolade des audiences du JT présentée par sa protégée Lapix qui, à l'inverse de Pujadas n'a pas la direction globale du journal qu'elle présente, en fait comme l'on dit dans le métier, c'est le passe-plat qui ne lui permet surement pas  de jouer pleinement de ses qualités.

13 septembre 2017

Emmanuelle Sodji France 24 et TV 5 Monde privée d'accréditation au Togo


Unanimité dans la Presse française pour condamner l'attitude du gouvernement en place, au Togo qui a retiré son accréditation à Emmanuelle Sodji.

Celle-ci ancienne collaboratrice de l'AITV (l'Agence Internationale de Télévision) dépendant de France Télévisions avant sa dissolution, travaille pour la chaîne d'information en continu France 24 et pour TV 5 Monde.
Les deux sociétés ont protesté auprès du gouvernement togolais, pour l'instant sans résultat.
Le "crime" de cette journaliste d'expérience et de terrain : avoir relaté l'organisation de l'opposition dans les récents événements de Lomé notamment des manifestations dans le centre-ville.


Bignolas et Perri : la mémoire courte ...


Deux journalistes sympathiques et talentueux mais qui ont fait preuve ces jours-ci d'une absence de mémoire.
L. Bignolas
En effet, l'un comme l'autre ont oublié le temps où, pour le premier il a été content d'arriver sur France Ô quand il a démissionné de France 3 (JT et Thalassa) et le second, les nombreux journaux télévisés nationaux qu'il a présentés sur la télévision d'Outremer, RFO.

Pourquoi cette parenthèse ? Parce que l'un comme l'autre se sont pâmés ( dans Télé Matin pour Laurent Bignolas et C dans l'air pour Pascal Perri ) sur la mise en place par Radio France d'une station de radio pour couvrir les îles du Nord, St Martin et St Barthélemy.
C'est, encore une fois, passer sous silence le travail réalisé à jet continu et vingt quatre heures sur vingt quatre, en français et en créole, par les rédactions de Martinique et Guadeloupe 1ère.

12 septembre 2017

Budget audiovisuel public : des trous supplémentaires dans la ceinture !


L'Etat demande aux sociétés de service public de se serrer la ceinture.
A titre indicatif, 50 millions pour FranceTélévisions et 20 millions pour RadioFrance.
De fait, pour ce qui concerne ces deux sociétés, leurs budgets sont extrêmement difficiles à contenir.
Par ailleurs c'est également là une entorse au fameux COM (Contrat d'Objectifs et de Moyens) qui est l'Alpha et l'Omega des financiers de ces entreprises. Un contrat établi pour cinq ans, très contraignant.
Les négociations si tant est que l'on puisse qualifier des entretiens parfois tendus à l'extrême, comme cela a été le
M. Schwartz
cas entre Marc Schwartz et Delphine Ernotte, il y a quelques jours, tournent au cauchemar pour cette dernière.
Schwartz ayant été le grand argentier de FTV sait de quoi il parle maintenant qu'il est le DirCab de la Ministre de la Culture.
Radio France est déficitaire depuis 2014 et vise le retour à l'équilibre en  2018. 
France Télévisions a rétabli ses comptes en  2015 et en  2016. 
Toutes les sociétés de service public sont obligées de faire des réformes : structurelles, sur les salaires, les productions et les achats...
A côté de cela on peut s'étonner du lancement d'une chaîne toutinfo, dans laquelle sont associées France Télévisions et Radio France, dont la lisibilité est quasiment nulle. Le coût de grille annoncé visiblement étant de l'avis des spécialistes "bidon" soit vingt millions d'euros qu'il convient de multiplier par deux.
La tache va être rude pour Matthieu Gallet et Delphine Ernotte pour rentrer dans les clous.
Tous deux souhaitaient une réforme de la redevance, c'est un non sans équivoque qu'ils ont essuyé de la puissance publique.

INFO TV MAGAZINE - Le philosophe et essayiste Michel Onfray ne participera pas à L’Émission politique

Michel Onfray claque la porte de L’Émission politiquesur France 2


Il y a quelques jours, France 2 annonçait l'arrivée du philosophe Michel Onfray dans "l'Emission Politique", présentée par la journaliste Léa Salamé. 
 David Pujadas parti, l’émission faisant l’objet d’une nouvelle formule, l’intellectuel, passionné de politique, devait commenter les propos de l’invité et de l’actualité dans L’Émission politique, la suite, la seconde partie du programme diffusée en deuxième partie de soirée. Lancement le 28 septembre autour du Premier ministre Édouard Philippe.
Coup de théâtre lundi soir. Michel Onfray écrit, dans un mail envoyé à la rédaction de TV Magazine 
«La production n’ayant prévu ni contrat ni rémunération, je n’ai pas donné suite à cette aventure». 
De s’étonner alors que l’on pense bénéficier chaque mois de l’expertise d’un personnage aussi renommé sans contrepartie aucune. 
Il ne s’agit en effet pas d’une invitation ponctuelle, motivée par une actualité particulière, comme la sortie d’un livre, mais bien de la participation régulière d’un expert à une émission sérieuse, diffusée qui plus est sur une chaîne du service public.

11 septembre 2017

Radio France recrute l’ex-conseiller parlementaire d’Audrey Azoulay

11 SEPT. 2017, PAR WASSINIA ZIRAR



Conseiller parlementaire au cabinet de l’ex-ministre de la Culture Audrey Azoulay entre février 2016 et l’alternance de mai 2017, François-Stéphane Hamon
a été nommé responsable des relations parlementaires et européennes du groupe Radio France, présidé par Mathieu Gallet.
Titulaire d’un master de science politique, François-Stéphane Hamon a débuté comme collaborateur parlementaire du sénateur de l’Aisne Yves Daudigny (2009-2012), avant d’intégrer les cabinets ministériels, où il a d’abord conseillé Thierry Repentin au ministère délégué à la Formation professionnelle et à l’Apprentissage, puis au ministère délégué aux Affaires européennes, sur les questions parlementaires (2012-2014).
En mai 2014, François-Stéphane Hamon devient le conseiller parlementaire de Jean-Marie Le Guen, toujours au secrétariat d’État chargé des Relations avec le Parlement, jusqu’en février 2016.

Radio France veut émettre sur les îles du Nord, ça bouge à FTV !

Depuis le dimanche trois septembre, il y a des journalistes de Guadeloupe Première sur Saint-Martin et Saint- Barthélémy, en télévision et en radio. 

Dès que le cyclone Irma a été annoncé, la direction de la radio a pris des mesures et envoyé des renforts au correspondant des îles du Nord déjà sur place. 

Guadeloupe Première fait partie de ces neufs radios de France Télévisions disséminées dans tous les territoires ultramarins. 
Radio France n’a jamais souhaité que ces radios si lointaines et si étrangères dans les contenus et cultures lui soient rétrocédées. 
Guadeloupe Première a une audience fantastique en Guadeloupe. 
C’est une radio qui honore parfaitement sa mission de service public. 
Une convention la lie à l’Etat pendant ces catastrophes météorologiques : la radio en FM étant le seul moyen de liaison pendant ces événements climatiques. 
On ressort le bon vieux poste à transistor. L’antenne de Guadeloupe Première a été consacrée à Irma. 
Des animateurs, des journalistes professionnels ont relayé les messages d’urgence de la préfecture, lancé les appels, mis en exergue les gestes courageux et les appels de détresse. 
Ils n’ont pas dormi, ils n’ont pas pris de repos depuis le 4 septembre ! 
L’antenne est ouverte. Les journalistes ont fait des correspondances pour…France Inter !

Et là ! Qu’entend -t-on du côté de France Inter et de Radio France ?

France Info va mettre en place une radio locale, gérée depuis Paris. 
Une radio de l’urgence pour Saint-Martin et Saint Barth, dans une zone où France Info n’a jamais émis, où c’est une radio inconnue. 
Thème de l’action : »le service public de la Radio vient au secours des saint-Martinois et des saint-Barths » Avec des journalistes sur place et des émissions en direct depuis…Paris !
Sans aucune concertation avec Guadeloupe Première.

S. Bijoux
W. Kotra
La direction de la Radio s’est donc retournée vers la direction

générale des outremers. Walles Kotra (Directeur des Outremer 1ères et de France Ô) et Stéphane Bijoux (Directeur de l'Information) ont interpellé leurs homologues de Radio France. 

Réponse de Radio France :  Vous n’avez qu’à nous faire un journal en créole !

« Trous du cul !! » en créole guadeloupéen se dit, à peu près, Kouyamama »...

C’est le seul mot qui peut caractériser dignement ces fonctionnaires parisiens de Radio France. 

En 2017, comment peut- on être aussi légers dans la dépense d’argent public pour une opération nulle et non avenue, comment peut- on être aussi méprisant avec des professionnels de la radio de service public qui sont en Guadeloupe et à Saint-Martin toute l’année ! 

C’est la seule vision qu’ont ces blancs métropolitains dans les bureaux climatisés de la Maison Ronde sur les bords de la Seine, envers des noirs dans leurs îles ? 
Y-a-t-il vraiment un Gouvernement dans ce pays ? 
Une égalité ? une Liberté ? Une fraternité ? 

Il faudra faire une Radio Delgres ( né le 2 aout  1766 à St Pierre est mort en 1802 à 35 ans,  est une personnalité de l'histoire de la Guadeloupe . Colonel d’infanterie des forces armées de la Basse-Terre et abolitionniste, il est connu pour la proclamation anti-esclavagistes signée de son nom, datée du 10 mai 1802, haut fait de la résistance de la Guadeloupe aux troupes napoléoniennes). pour être entendu ?

Celui-ci nous avait échappé...billet de Stephane Hoffman dans le FigMag


Nouvelle tête à la Direction de la Com de FTV


Une claque pour France Télévisions de la part de Radio France


On peut se demander à quoi servent les stations de radio de Guadeloupe et de Martinique dépendant de France Télévisions via les Outremer 1ère, qui ont abattu un travail considérable ces derniers jours avec des heures de direct quand l'on apprend que Radio France vient de décider de créer une radio spécifique pour les îles du Nord.

Les journalistes et correspondants des deux stations antillaises connaissent parfaitement les lieux, souvent les personnes et sont capables, eux, de mener des interviews en créole...

Mais non, il y a toujours une espèce d'aspect "colonial" dans ce type de décision. Les "fédéraux" descendent et les locaux sont considérés comme quantité négligeable. Attristant en 2017 !

N'y aurait-il pu y avoir concertation avec Radio France pour "mutualiser" c'est le terme à la mode, les moyens ?
Les deux Pdg s'entendent assez bien quand il s'agit de rouler dans la farine les élus des Commissions Culture du Sénat et de l'Assemblée Nationale.

Radio France lance une radio d'urgence pour les populations de Saint-Martin et Saint-Barthélemy : "Urgence Info Iles du Nord"

Informations pratiques, messages de prévention et points météo complets : Radio France met en place dimanche une radio spéciale pour les habitants des îles Saint-Martin et Saint-Barthélemy touchés par les ouragans Irma et José.

Sosthène : Notos et Irma !



J'ai quitté ma montagne pour étudier à Athènes quelques jours. 
J'y ai croisé Jupiter et nous avons papoté de télévision mais comme Irma arrivait j'ai travaillé dans la tour d'Andronicus de Cyrrhus, la Tour des Vents. 
J'avais bien prévu qu'Irma serait un ouragan extraordinaire puisque portée par Notos .  
C’est Notos qui a poussé Irma vers le Nord. 
Notos est le dieu du vent du sud, un anemoi dans la culture grecque. 
Notos est représenté portant un vase d'eau qui se déverse pour symboliser les pluies torrentielles qui arrivent sur les îles. 
Eole l’ a envoyé travailler et dans notre histoire à nous les grecs, quand Eole, le Roi des vents, libère ses sujets sans l’autorisation de Zeus, ils deviennent ouragans. 
Voilà la seule explication fantastique de la série de cyclones qui touche l’Amérique centrale mais cela rentrera dans l’ordre puis bientôt Jupiter est sur Zone. 
On verra si un Président de la République calme les caprices des Dieux ! 
En Grèce aussi, on a des tremblements de terre, des tempêtes et les colères des dieux peuvent araser une ville, ou un continent comme l’Atlantide.
C’est pour cela que de la Tour des Vents, j’ai suivi avec attention Irma, puis José sur les écrans des télévisions françaises… 
Bon, il y a BFM qui a un débit ahurissant. 
Sa logorrhée est devenue diarrhée verbale. 
Il y a LCI et TF1 qui ont été les premiers. 
TF1 a prépositionné des équipes d’une société de production martiniquaise en Guadeloupe, avant le cyclone. 
En Guadeloupe, la Première locale a envoyé deux équipes de radio et télévisions à Saint Martin et une équipe à Saint-Barth : un boulot excellent pour la télé et la radio locales de service public malgré un manque de moyens évident. 
Un travail qui n’a pas intéressé de prime abord France 2. Le jour d’avant, ils ont diffusé deux images d'un magasin de bricolage à Pointe-à-Pître.
France Info TV a, semble-t-il, tenté de transformer tout cela en gros coup mais rien à faire : pas de public et de plus, France Info n’est pas diffusé dans les outremers dont les publics sont sensibles à la cause cyclonique. La chaine info de service public est restée de service restreint.

Puis au fur et à mesure que l’Ouragan est arrivé, les chaînes publiques se sont réveillées ! 
On croyait qu’avec tous les projets de réforme de la rédaction nationale, on allait voir ce qu’on allait voir ! 
Ben non : 
France 2 a envoyé ses super-équipes de son côté pour filmer les pillés de Saint-Martin. 
France 3 a envoyé une ancienne gloire de l’écran pour servir la soupe à la ministre et filmer…les pillés ! 
France 4 a envoyé une équipe qui traînait parmi…les pillés. 

Mais il ne doit pas y avoir de volontaires parmi les 800 journalistes de la rédaction nationale de France Télévision s(ex-France 2, France 3) car l’équipe de France 4 était celle d’une équipe de production privée qui travaille pour « C dans l’air ». 
Ah ! oui, il n’y avait personne de France Ô ! 
Ouf ! Il faut dire que la chaîne des outremers a une telle baisse d’audience dans les programmes et dans l’Info que c‘en est dramatique ! 
Même avec un nouveau décor, pour faire comme France 2, l’actu des outremers empilée n’importe comment n’intéresse personne, sondages à l’appui. 
Quant aux émissions spéciales Irma de France Ô, même la chaîne parlementaire était meilleure ! Indigent. 
A croire que le sous-directeur de l’info des outremers ne s’intéresse plus à son travail ou qu’il veut que son directeur passe pour un satrape kanak assoupi et inefficace. 
Ah ces haines entre ultramarins ! 
Cela coûte cher à au budget de France Télévisions pour rien !

Pour en revenir à l’envoi de cohortes d’équipes de reportages depuis Paris : promis ! Juré ! Si on a fait une réforme des rédactions, c’est pour mieux coordonner les moyens ! 
Quelle pantalonnade ! 
Il y a vraiment une Direction de l’Information à France Télévisions ? 
Quelle est la structure, au-dessus des rédactions, qui coordonne, qui envoie, qui commande, qui dirige le travail des équipes sur le terrain meurtri de Saint-Martin : Il n’y en a pas !
Bref le foutoir…Mais de façon subtile. 
Un choix débile d’un point de vue journalistique a été fait : regrouper les deux énormes rédactions de France Télévisions sur Paris (800 journalistes). 
L’une et l’autre travaillait chacune pour leur écran, leur chaîne : France 2 et France 3. 
Deux chaînes un peu concurrentes mais en tout cas qui n’avaient pas la même écriture ni le même public. 
Un ahuri a conçu le projet de fondre ces deux rédactions en une seule pour économiser... Economiser quoi ? 
Et bien par exemple : on n’envoie qu’une seule équipe de reportage et elle fait deux sujets, un pour chaque chaîne. 
Ce qui est rigoureusement impossible techniquement et littérairement. Donc les chaînes, pour approvisionner leurs journaux continuent à envoyer leurs propres équipes. 
Mais la réforme est toujours là…
On fond les services en une seule entité qui ne fonctionne pas. 
Mais il faut réformer pour réformer ! l’armée des journalistes de France Télévisions à Paris a bien du mal à se motiver et cela se voit sur le terrain. 
Les équipes de TF1 abattent un travail fabuleux et organisé quand celles du service public se croisent et s’entrecroisent !

Au bout du compte, il y a un vrai résultat : le 20 h Lapix de France 2 a perdu un million de téléspectateurs en quelques jours ! Comme quoi un décor et une dame blonde et mûre, cela ne fait pas un succès !

La même chose arrive aux programmes, aux émissions de flux de l’après-midi de France 2 : la chute. 
Faut dire que l’on ne peut pas vraiment dire que ces émissions soient le reflet de missions de service public, de celles qu’on attend de chaînes de télévisions dont le pays est actionnaire.
Je n’ai pas vu cette émission scientifique qui explique les cyclones, la caraïbe, Saint-Martin et Saint-Barth, qui rappelle que les français sont en Guadeloupe ou en Martinique depuis 1513. J
e n’ai pas vu cette émission consacrée aux programmes scolaires ou universitaires cette année ! Je ne vois rien…

 Jupiter a donc rendu visite aux dirigeants d’Athènes. La plus vieille capitale du Monde. Les grecs ont encore beaucoup de chose à apprendre au monde, à l’Europe, aux bergers caprins, aux télévisions de service public…