19 juillet 2017

Sosthène : le temps du cauchemar


Je vous écris depuis le fond de mon tonneau, enfin celui de Diogène. 
La Reine des abeilles me refile le bourdon !
Je viens d’apprendre par un de mes messagers du Huitième étage de France Télévisions que la Reine voulait se faire Impératrice !
La Présidente de France Télévisions, qui se veut plus macronienne que Jupiter lui-même, se verrait bien dans la toge impériale de Présidente de tout l’audiovisuel public !
Certes le Président de la République a du noter dans un de ses programmes qu’il n’était pas idiot de penser à quelques rapprochements mais de là à imaginer une grande, énorme, machine qui rassemble la Radio, les archives, les télés, l’audiovisuel extérieur de la France, c’est impossible !
Cela coûterait des sommes énormes en ajustements, rattrapages salariaux, gestions des personnels, et mettre dans un seul baril toutes les missions des audiovisuels, c’est hallucinant ! 
Mais la Reine y croit mais dans le même temps déclare devant les élus de l'Assemblée que "la France a loupé le coche" pour bâtir une " BBC à la française" ! 
Qui peut donc lui faire croire qu’après avoir démontré autant de méconnaissance des mécanismes de l’audiovisuel, elle puisse grimper sur les marches d’un trône manifestement trop grand pour elle ! 
Il y a eu d’abord ce mercato ridicule au cours duquel Pujadas a été viré comme un malpropre alors que son édition était, enfin, reine du 20h…
puis ce galimatias autour des animateurs, puis les non-signatures des contrats de production, puis l’apparition d’une grille de rentrée sur France 2 si affligeante qu’on a du mal à croire qu’elle est issue du service public. 
Les chutes d’audience risquent de se poursuivre avec une conséquence pour France 2 : le chiffre d’affaire de la pub avant vingt heures, qui enregistre déjà un manque à gagner de dix millions d’euros, va connaître une chute jamais atteinte, jamais rattrapable…
La rentrée de la Chaîne de la Nation comme le clame Mathusalem Couture le directeur des chaînes, risque de se finir à la bière ! 
Déjà, je ne vous dis pas le moral du troupeau de chèvres de la rédaction : c’est l’armée française en septembre 40 !
Bon une chance pour les rédactions nationales : Delphine a annulé son projet de s’installer au 3ème
Elle a vu que Journaliste, c’était un job dangereux depuis que deux de ses mercenaires, excellents professionnels, se sont faits tuer à Mossoul. 
Le tribunal dira sans doute quelle est la part de responsabilité de la PDG de France Télévision dans cette histoire mais le protocole d’envoi de reporters en zone de guerre est formel : l’ordre de mission est signé du Président. Et si cela n’a pas été le cas, c’est que France Télévisions ne fonctionne plus et que c’est la preuve du Grand Bazar…
Aux magistrats, devant les plaintes des familles, d’en tirer les conclusions. 
La Reine Ernotte est vraiment la Reine de pique. 
Vous savez celle qui hurle « Qu’on lui coupe la tête !! » dans Alice au Pays des Merveilles .
Pour redresser les comptes de FTV, elle exige la destruction de deux cents emplois cette année. 
On en est pas à une incohérence près, elle autorise dans le même temps l'embauche d'une centaine de professionnels pour France Info TV et recrute un journaliste de l'AFP pour encadrer le 19/20 !
Deux cents ETP supprimés sur dix mille…
Pas grand-chose me direz -vous ? 
Mais dans le même temps elle autorise la création de postes de directions : des directeurs adjoints aux RH parce que les directeurs nommés ne connaissent pas le domaine !
Et puis après tous ces Plans de départ… »
Il ne reste rien , pleure un DRH , elle veut quoi ? 
Qu’on tue des salariés ? » 
Pour les outremers, la Reine a imaginé autre chose : chacune des neuf stations devra supprimer trois ETP. 
Là, c’est dans l’encadrement, qu’elle ordonne que ce soit fait : on supprimera donc dans chaque station le directeur des antennes radio et le rédacteur en chef radio. 
Les trois médias : télévision locale, radio, internet obéiront à seul Directeur des contenus et à un seul rédacteur en chef….
Vaste blague : déjà que le rédacteur-en-chef dans la plupart des stations est débordé par la gestion seule d’une rédaction télé, comment fera-t-il pour harmoniser trois rédactions dont le fonctionnement est différent, le rythme dissemblable et l’écriture complètement différente ? 
Il y aura des adjoints ? 
Mais qui feront le boulot de rédacteur en chef sans en avoir le titre ni le salaire, mais à leur tour sans adjoint…
Donc pas de 24/24, ni 7/7 et puis l’info locale, tout le monde s’en fout. 
A la Réunion, le directeur gambade de joie : il a un bilan équilibré financièrement…
Bon, il a supprimé cinq ETP, reculé le paiement des factures et réécrit les lignes comptables mais les rédactions ont le moral dans les chaussettes et les audiences sont catastrophiques !
Mais bonne nouvelle pour ces outremers, la direction veut renouveler le parc de camions-régie. Il y en a pour sept à dix millions d’euros. Seul problème, faute de production locale, ils ne bosseront pas beaucoup...
Bon au moins, ils ne seront pas usés !
La Reine des abeilles lasse tout le monde, y compris ses services de soutien, ses abeilles ouvrières les plus proches. Tout le monde attend le Messie : le directeur général qui devrait être imposé par le Ministère de la Culture. 
Devant le désordre et la gabegie, il serait temps que Jupiter envoie Hercule !
Du côté de France 3, les stations se désespèrent. 
La réforme ernotienne en a fait naître 24…
Des territoires audiovisuels calqués sur les zones administratives !
Sans réflexion, sans concertation, sans argent, sans projet. Les stations s’endorment, s’ennuient alors qu’elles devraient accompagner les politiques publiques, être au service des chômeurs, des handicapés du troisième âge isolé dans les campagnes, fabriquer du lien, refléter l’économie régionale, réaliser des vrais journaux de très grandes régions. 
Il ne se passe rien. 
Ou plutôt si, maintenant, qu’il y a 24 stations, il y aura 24 Comités d’établissement, 24 CHSCT, 24 millions de raison de se ronger les ongles…
Pas sûr que cela arrange les syndicats de France Télévisions. 
L’un croit être une organisation révolutionnaire tout en confortant l’ordre établi, sans poser de question. 
L’autre envoie des tracts-lettres dégoulinants d’amour baveux pour la Présidente : les zélotes de la Dame de pique ! 
Et le troisième se déchire entre anciens et modernes. Bref, pas d’opposition pour la Reine des pommes…
C’est une chance pour elle, qui peut dire n’importe quoi, sans opposition.
Le Numérique par exemple. La Reine voudrait que tous les français, les soixante- sept millions de français qui ont le droit de regarder la télévision de service public se servent de leur smartphone pour mater des bouts de programmes baptisés France Télévisions. 
Hé dis donc, la Fracture Numérique existe bien, camarade !
Ceux qui ont l’argent pour se payer un abonnement téléphonique regardent sans doute ce qui leur plait mais la grande majorité des jeunes ont accès à une info douteuse de sites foireux. 
Et la facture d’abonnement à une box, en plus de la redevance commence à devenir lourde pour beaucoup de français. 
Et puis ce n’est pas le métier de France Télévisions de faire dans la téléphonie. 
Ce n’est pas l’objectif de ce fantastique outil industriel construit pour informer et former les citoyens qui, entre des mains ignares et malhabiles, est en train de se perdre…

Nos cousins aborigènes d’Australie vivent dans le Temps du Rêve…
A France Télévisions, c’est le Temps du Cauchemar. 

Tout se voit avec l'enregistrement de l'audition : mensonges, incohérences, exagération, création d’une chaîne touteinfo bidon qui n’est pas regardée, création d’un service de SVOD qui ne vendra pas à des citoyens déjà ponctionnés par l’impôt et la redevance, le droit payant d’œuvres déjà acquises par de l’argent public

Et puis ces nouveaux députés n’ont pas l’air d’avoir envie de se faire rouler par une dame nommée grâce aux manœuvres douteuses d’apparatchiks du régime présidentiel précédent au détriment de vrais professionnels de l’audiovisuel. 

Et puis, il y a un peuple silencieux qui attend une délivrance : les dix mille salariés de France Télévisions. 

La fin du Temps du Cauchemar ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire