26 juin 2017

Sosthène : ses prières....

                                     

Peut- être ; en regardant mes chèvres se disperser dans la montagne à la recherche d’un brin de thym frais, ou en écoutant avec attention les coups de tonnerre de la mauvaise humeur des dieux là-bas sur l’Olympe…

Je repense à ce monde, lorsqu’il fonctionnait normalement.

 Ah oui, le monde de France Télévisions bien sûr…

Celui que j’examine du bout de ma lorgnette avec attention. 
Il y avait des journalistes passionnés qui partaient en reportage le matin dans les champs et les chemins. 
A la recherche du dernier sabotier ou de l’usine toute neuve. Ils partaient à deux ou trois, voire quatre quand il fallait un coup de lumière sur un reportage souterrain ou sous-marin. 

Il y avait ces réunions de rédactions passionnées où les idées se heurtaient à des convictions, où le rédacteur-en-chef était un journaliste, pas un manager…
Cela donnait souvent naissance, chaque soir, dans tous les coins de France à un journal régional admiré et regardé. 

Il y avait ce présentateur de Toulouse qui avait l’accent. 
Celui de Bordeaux qui parlait de corrida et de rugby. 
Il y avait comme un parfum d’aventures et quand on avait travaillé en fin de semaine, on allait boire un coup… 
Les « sports » prenaient le relais jusqu’au Lundi. 
La télévision de service public faisait son métier au plus proche des gens. 
Vous pensez que c’était ringard et que cela n’a plus lieu d’être ? 
Allez donc voir dans les montagnes d’Auvergne, dans les banlieues de Marseille, dans les villages de Bretagne…
Ils attendent toujours…
Les français et comme cela ne vient plus, ils regardent des chaînes de télé en plastique qui débitent de l’info en continu sans savoir la vie qu’il y a dans les territoires…
I
l y a cette jeune fille , sortie de l’école de journalisme, stagiaire, présentatrice depuis dix ans qui aimerait faire autre chose et à qui on ne propose rien parce que son N+1 ne sait rien, parce que son RH n’a plus de liaison avec son DRH qui bloque les mobilités parce que cela coûte cher , tout en affirmant que la mobilité, c’est l’avenir…. 
Il y a cet excellent reporter de terrain qui attend une mutation vers le service international à Paris depuis dix ans, quinze ans, ce directeur d’antenne qui clame haut et fort que le sport n’est pas un produit d’appel. 
Il y a ces incohérences, ces désillusions, ces silences hiérarchiques. 
Il y a ces riens qui grippent le tout. 
Ces directeurs sans idées mais plein d ‘ambitions pour eux, ces désordres quotidiens qui enlèvent à tous l’envie d’être meilleur : le monteur qui peaufinait son montage d’actu, le sondier qui mixait le sujet trois fois avant de trouver le son idéal, le reporter qui passait sa soirée au téléphone pour avoir un rendez-vous le lendemain… 
Il aura fallu la nomination de personnages peu reluisants ou de reine peu compétente pour annihiler cet enthousiasme et faire de dix mille professionnels passionnés une armée d’ombres…


AUjourd’hui, les grilles de rentrée vont être proclamées le 5 juillet par déclaration royale de Delphine Ernotte.

On sait déjà, qu’elles seront pauvres et sans imagination. 
On sait que des animateurs ne savent rien, que personne ne les a contactés, que, être un homme blanc et avoir plus de 50 ans est gage d’une condamnation à mort télévisuelle. 
On sait que le public est en train de fuir vers les chaînes privées…
A croire que les dirigeants de France Télévisions, tous débauchés des chaînes privées, ont été placés là par des calculs machiavéliques pour tuer l’audiovisuel Public. 

Caroline Got, qui n’a aucune expérience dans le domaine de la télévision, à part avoir occupé des postes de manager dans les petites chaînes privées et qui n’a aucune idée de ce qu’est réellement la télé, dirige la stratégie de France Télévisions avec le succès que l’on voit…
Elle est toujours là… 
Xavier Couture, en provenance de TFI… Passé comme Ernotte par Orange, qui ne fait rien ! 
Et ils sont si nombreux à ne rien faire et à venir du privé : la nouvelle direction des sports de France Tv ? 

Celle qui va faire passer Stade 2, émission-phare et repère de l’audiovisuel Public à une durée de 45 mn par semaine alors que France Télévisions possède la plus grande rédaction sportive de France…
Oui mais le sport…

Il y a juste les JO qui font parler dans les salons parisiens…

Tout est démesurément médiocre dans la gestion de France Télévisions… 
Jusqu’à ce soi-disant Mercato des présentateurs qui voient des cadres de France Télévisions aller dépenser de l’argent public, à croupetons, pour débaucher du privé des gloires éphémères : Thalassa, les matinales de la Chaîne toutinfo. Paradoxe révélateur : pour animer la tranche matinale d’une chaîne qui n’est pas regardée, on va chercher sur Europe 1 un journaliste, à grand frais, alors que cette hiérarchie ne donne aucune chance à une ou un journaliste parmi les 3000 de France Télévisions. 
A force de prier Zeus qu’il nous envoie Herakles nettoyer ces écuries d’Augias télévisuelles, c’est sûr que Jupiter entendra ces prières.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire