31 mai 2017

Sosthène..Bordel !!!


Du haut de ma montagne, je regarde mes chèvres…

Cela fait bien longtemps qu’elles n’ont plus besoin de berger.
C’est un peu comme dans la rédaction de France 2…
Elles travaillent toutes seules et parfois élisent un bouc !

France Télévisions me paraît bien étrange ces temps-ci. 
Un philosophe comique français de la fin du XXème siècle disait sur le travail des énarques : « Si on en met quatre à la tête du Sahara, au bout de deux ans, il faut y importer du sable »..c’est un peu cela pour la Grande Machine.

Fin 2014, le gouvernement confie à un énarque, ex-directeur financier de France Télévisions, dirigeant une mission interministérielle ad hoc, le soin de rédiger un rapport qui détermine feuille de route de France Télévisions pour les années 2015-2020.

Bien sûr, ce rapport dit un peu tout et son contraire mais il est passionnant.

l’ADAP ne peut être que d’accord avec son préambule :

France Télévisions dispose de tous les atouts nécessaires pour relever ce défi, et occuper la place qui est naturellement la sienne dans le paysage audiovisuel : celle d’un acteur de référence, offensif, innovant, et fier de fédérer autour de ses programmes le plus grand nombre de nos concitoyens.

Bien sûr cette feuille de route fait d’excellents diagnostics sur la fragilité de l’entreprise commune et donne quelques pistes mais… 

Le problème, c’est qu’en confiant la nomination des PDG de
l’audiovisuel public à un organisme technocratique, obscur
et manipulateur : le CSA, il est sorti du chapeau des 
nominations peu à même de diriger une société d’audiovisuel
 public. 

Madame Ernotte a bien lu le rapport mais un peu de travers. 

Par exemple, si le constat de diversification des écrans est bien établi, le rapport présente comme une hypothèse et seulement une hypothèse, le basculement du public vers les écrans mobiles. 

Alors que c’est devenu une priorité absolue de la politique de diffusion de l’information à France Télévisions. 

La préconisation de la création d’une chaîne de télévision publique d’information continue a aussi été mal appliquée.

On pouvait imaginer une chaîne - recueil et diffuseuse - des travaux de l’ensemble des rédactions de France Télévisions, nationale, régionales, ultramarines, sans un effort financier énorme. 
Là, dame Ernotte a voulu créer ex-nihilo une chaîne d’info, clone de celles qui existent déjà. 
Idem pour la S-VOD, traduisez la diffusion par abonnement payant de séries et de films. 
Le modèle financier de Netflix semble arriver à sa phase d’essoufflement. 
C’est le moment où Delphine Ernotte choisit de consacrer quelques millions d’euros d’argent public à la création d’une filiale qui s’essoufflera avant même de commencer… 
L’une des préconisations du rapport Schwartz est avant tout, de redonner confiance à l’ensemble de France Télévisions. Vu les lubies et les caprices de Madame Ernotte, cela semble bien mal parti. 

La nomination de Yannick Letranchant à la tête de l’Information est une bonne chose. 

C’est un professionnel avéré et reconnu. Mais que peut- il face à une réforme des rédactions qui n’est pas absolument pas applicable et qui ressemble à une véritable usine à gaz ? Le directeur de l’Information fera donc une chose prioritaire pour rassurer les journalistes : rien ! 

Coincé entre les oukases capricieux et féministes d’une présidente hallucinée et le grondement d’une masse énorme de journalistes, Yannick Le Tranchant arrive à la tête d’une principauté à réformer alors que la réforme entamée à France 3 date seulement de cinq mois et qu’il en a été extrait précipitamment. 

France 3 rebâti sur des critères administratifs et politiques qui n’ont plus lieu d’être.

On est encore loin d’une révolution salvatrice pour la chaîne des régions. 
Il y a du mouron à se faire. 

Pendant qu’au Siège de France Télévisions, on se demande pourquoi on va claquer 500 000 euros d’argent public pour descendre la présidente au 3ème étage et accéder à son caprice d’établir un open-space absolument pas opérationnel ou utilitaire (Cf http://medias-cgc.blogspot.fr/)… 

Quand la Reine des abeilles perd la tête, les bourdons en profitent. 

Outremer, le directeur exécutif chargé…Walles Kotra se promène au soleil. 

Après Wallis-et-Futuna où sa rencontre avec les chefs coutumiers a abouti au blocage de la station par la chefferie qui réclame un loyer exorbitant pour l’implantation de la station FTV sur les terres royales…

Le directeur du tourisme de France Télévisions est venu en Guadeloupe donner le départ...d’une course à pied sous l’œil goguenard de ses directeurs régionaux, les barons locaux, convoqués pour l’occasion de Guyane et de Martinique. 

Puis après un petit tour en Guyane, le directeur exécutif chargé des voyages et du tourisme tropical repartira à Malakoff où les personnels affichent une inquiétude grandissante quant à l’avenir de la structure, de France Ô et même des Premières. 

Il y retrouvera la directrice des programmes de France Ô, cette chaîne confidentielle qui, depuis des années, dépense au moins trente millions d’euros en coût de grille dans les programmes qui réalisent une audience frisant le zéro absolu. 
Une directrice qui devait quitter précipitamment ses fonctions vu son échec mais le poste confortable qui l’attend à France 2 ne sera pas prêt avant un an. 

Ah les plaisirs subtils de l’Oligarchie ! 
t
Dire que des hurluberlus, énarques souvent, veulent mettre en place une énorme société commune qui engloberait tout !

Je vous prédis en lisant dans les entrailles d’une mouette capturée sur le pont du Garigliano, que ça va être un beau … disons…désordre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire