09 mai 2017

" Ordo ab Chao ", l'Ordre naît du Chaos....


Par Zeus !! 
Quelle vague ! 
Quel raz-de-marée ! 
Le Président Macron est en place ! 

Mais c'est étrange de voir un ouvrier au sommet de l’échelle sans outil, sans pot de peinture ! 
Pour l’instant le paysage politique français ressemble à notre pastitsio: ce gratin de macaroni( forme italienne du Macron ?) et de viande hachée.. 
Un mélange subtil mais un beau désordre. 
Allez ! "Ordo ab Chao", il va falloir faire le ménage et remettre l’église au milieu du village. 

Un Parlement digne de ce nom, des négociations pour gouverner autrement que par ordonnances et des vrais projets pas des yaka-fokons ! 

Retour à l’audiovisuel Public et à ses dirigeants si mal nommés. 
Le message de Macron est clair : « Finie la République des privilèges !! « 
Ces privilèges qui ont permis à des candidatures fabriquées dans les alcôves et salons parisiens de copains et de coquins d’être acceptées et propulsées par un organisme amoral : le CSA et adoubées par le sommet d’un parti socialiste aujourd’hui en pleine déshérence. 
Cela n’arrête pas madame Ernotte qui lance un regard éperdu vers le nouveau Président de la République…
Il va juste falloir observer combien de temps l’équipe présidentielle va rester fidèle à ses principes. 
Car si on applique à rebours le principe de réparation. C’est-à-dire qu’on examine la candidature de Madame Ernotte à la Présidence de France Télévisions, ses soutiens et ses tactiques délétères : on peut remettre le compteur à zéro.
Madame Ernotte, en une vingtaine de mois, a fait preuve d’amateurisme dans le domaine de l’audiovisuel, d’indécision, de mauvais choix de collaborateurs et de mauvaise gestion des hommes, des moyens et des objectifs. 
Bon ! N’en jetons plus le panier est plein.
La situation est encore plus cruelle, à la fois pour cette PDG, mais surtout pour ses personnels démotivées par l’absence de vrai projet, de vrais idéaux. 
Comment en fournir, en écrire quand on ne connait rien de rien à l’audiovisuel public ?  
Fatigant de se répéter et de voir que les choses continuent. 
Dans les faits : des directeurs ineptes et souvent incompétents s’échangent les postes en se haussant du col…
Des cadres intermédiaires, rédacteurs-en-chef ou chefs de centre, sont nommés à l’aune de leurs bonnes mines et relations privilégiées…
J’ai des exemples précis…Tiens le dernier en date ! Ce rédacteur-en-chef, nommé à 68 ans et demi, patron de la rédaction d’une station des Antilles, en provenance directe d’une rédaction nationale de France 3 où il occupait un placard !
Quelle ironie ! 
Cooptation, consanguinité, complicité, privilèges…
Et les exemples sont nombreux : directions hypertrophiées et incompétentes, rédactions amorphes, sans imagination, directions de l’Information immobiles et inutiles, audiences en berne, sauf exception. 
La grande Machine est en panne. Un gaspillage énorme d’argent public, d’idées, d’imaginations…Tout simplement parce qu’une machination politique a mis en place des personnalités arrivistes ! 

C'est encore plus cruel quand on lit le dernier courrier de Pascal Joseph…
L’homme, un professionnel reconnu par tous, a été écarté de la compétition faussée organisée par le CSA… Pour mettre en place une candidature factice et dangereuse ! 

Alors, Macron Président, le ménage et la réforme seraient assez simples à mettre en place. 
Le mandat des dirigeants de l’audiovisuel public est arrêté. 
La commission culturelle du Parlement (Sénat et Assemblée nationale) sélectionne les candidatures (projet, compétences) et ce sont les conseils d’administration qui choisissent in fine et nomment leur PDG…C'est très simple, pas coûteux, rapide et une excellente réforme pour remotiver les personnels. 
Pour France Télévisions, l’enjeu est clair : 10 000 salariés et 3 milliards d’euros !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire