16 avril 2017

Utilisation des intermittents à FTV et Radio France

Un rapport réalisé en janvier et qui sort maintenant sur l'emploi en fait des CDD.
A noter le néologisme "permittents" qui remplace celui de "pigistes permanents", une antinomie courante du service public...

Le rapport est articulé autour de trois parties et de vingt-quatre recommandations à l’intention de l’Etat, des partenaires sociaux ou des deux entreprises et dont seules les principales sont rappelées dans cette synthèse. Radio France et France Télévisions, principaux employeurs du secteur audiovisuel, ont un recours différencié aux salariés intermittents, dont une part limitée de permittents.
Le recours important de Radio France et de France Télévisions à l’intermittence est profondément lié à leurs activités et leur organisation d’entreprises décentralisées et en réseaux, à leur fonctionnement selon une économie de projets mais aussi à la structuration même de leur emploi permanent. 
Radio France, qui dispose directement de la quasi-totalité de ses outils de production, n’emploie pas d’intermittents sur les fonctions de techniciens, assurées par des permanents, mais des intermittents artistes et des intermittents exerçant des fonctions liées à la production radiophonique (producteurs, présentateurs, animateurs,…). 
 France Télévisions, pour sa part, dispose d’un outil de production important mais qui n’intervient que pour une part assez faible de la production diffusée et qui est un déterminant structurel de son recours à l’intermittence. Celui-ci concerne quasi exclusivement des techniciens, pour des fonctions liées à la production (monteur, preneur de sons,…), à la conception des émissions ou à l’intervention à l’antenne.

la suite sur : file:///C:/Users/user/Downloads/Rapport-IGAC-IGAS_recours-intermittence-FTV-Radio-France_201701.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire