21 avril 2017

L'Outremer privé d'info : le vieux réflexe colonial du CSA !


Ma barbe de pâtre grec se hérisse de colère. 

Il y a des moments où les lois électorales élaborées par des technocrates et appliquées par des technocrates ressemblent à des crétineries coloniales par exemple cette loi appliquée par le CSA et expliquée sur son site :

Période de réserve
Aux termes de l'article L.49 du code électoral, à partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de diffuser ou de faire diffuser, par tout moyen de communication au public par voie électronique, tout message ayant le caractère de propagande électorale.
En métropole et dans les collectivités d’outre-mer où le scrutin est organisé le dimanche, aucune intervention imputable à un candidat ou à ses soutiens (temps de parole et temps d’antenne), de même que tout commentaire ou toute intervention de nature à avoir une incidence sur l’issue du scrutin, ne peut être diffusée à compter de zéro heure le samedi 22 avril.
Cette obligation est avancée à zéro heure le vendredi 21 avril dans les collectivités d’outre-mer où le scrutin est organisé le samedi : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon.
Les télévisions peuvent cependant diffuser des images consacrées au vote des candidats, dès lors que ces séquences rendent compte de tous les candidats et qu’elles ne donnent lieu à aucune intervention de leur part.
Il appartient aux radios et aux télévisions de veiller à ce que les programmes qu’ils diffusent soient conformes à ces dispositions, y compris ceux dont le signal est diffusé ou repris outre-mer.
Du coup, par exemple, les Guadeloupéens et les martiniquais qui votent samedi n’ont plus France Inter depuis jeudi soir et le vendredi plus de JT nationaux sur la 2 ou TF1…
Pendant que Arte diffuse tranquillement son journal, commentaires politiques compris ? mais quelle est donc cette pantalonnade ?…car c’en est une
On nous explique doctement à longueur de commentaires d’experts et de sommités bureaucratiques de France Télévisions, que l’avenir, voire le présent est fait de visionnage de la télé via internet ou son portable…

Ce qui reste parfaitement possible. 

Les Guadeloupéens ou les polynésiens se sont rabattus sur l’Internet pour écouter France Inter en direct ou France Info ou regarder les journaux nationaux de TF1 ou France 2… 

Ils ont pu apprendre ainsi qu’il y avait bien eu un attentat sur les Champs-Elysées ! 
Mais aux yeux des experts du CSA, même quand la loi est imbécile, cela demeure la Loi et non pas la priorité d’information des citoyens ! 

La Direction de l’Information de l’Outremer ( oui, il y en a une parait -il !) n’a pas non plus réagi ou ouvert les antennes à des informations cruciales ! 

Ah ce service public n’est vraiment plus celui du citoyen !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire