08 janvier 2017

Sosthène : la Télévision publique au service de la Formation...vaste programme



Il fait froid sur la Mer Egée… et sur l’audiovisuel public. 

Je me drape dans ma toge en me disant que Télévision est un mot aux racines grecques : « Tele » , de loin en grec classique… Vision de  Loin… C’est vrai que de loin, on voit mieux. 
Tenez !  d’ici je devine mieux ce qui se passe sur les bords de Seine. Et je vois l’audiovisuel public, comme une galère aux multiples rameurs plantée dans les sargasses des audiences les plus basses qu’il n’a jamais connues. 
Quel dommage ! Quel outil ! 
Que des continents nous envient… et je voudrai dire, comme ce général qui dit non ! que nous avons perdu une bataille mais que nous n’avons pas perdu la Guerre. Que des gouvernants de rencontre ont pu céder à la panique, oubliant l’honneur, livrant l’audiovisuel public à la servitude. 
Mais des Forces immenses n’ont pas encore été mises en oeuvre et cette guerre pour la survie de l’audiovisuel public n’est pas encore perdue : 
le Talent, l’Imagination, la Volonté et la Révolte aussi doivent remonter vers le haut…
Ma toge s’envole, dites donc ! 
Mais remettons le temple de Zeus au milieu de la cité ! Oui ! il va falloir des projets pour redonner à l’audiovisuel public sa dimension de référence. Il va bien falloir graver à nouveau au fronton de nos magazines, de nos émissions, le rappel de ce que nous sommes : Au service du Public !

La Télévision est bien cet écran qui relie l’ensemble de la population française. 
Si  les chaînes privées ont pour objectif d’augmenter sans cesse et sans scrupules leurs audiences pour justifier les factures qu’elles émettent à destination des acheteurs d’espaces publicitaires, ce souci  n'entre pas en ligne de compte pour les dirigeants de la Télé publique…
Mais alors que faire de cet espace de liberté et  avec quel  budget ? 
L’audiovisuel  public doit répondre aux besoins et non aux demandes des français.
Par exemple, le problème qui est commun à toute la société est l’Emploi et ses corollaires : la formation professionnelle et la mobilité.
Avec le maillage du réseau de France 3 : 116 implantations sur le territoire national auxquelles il convient d'ajouter les neuf stations des Premières de l’Outremer et leurs ténéments.
Comment ne pas imaginer utiliser ce réseau pour contribuer à la lutte contre le chômage ?

Une demi-journée d’antenne du réseau national consacrée à la diffusion d’offres d’emploi, aux moyens d’y accéder, aux trucs pour y accéder, aux conseils de formations… une demi-journée réalisée en coproduction avec  Pôle Emploi. Le service Public de l’Audiovisuel, engagé avec ses moyens de productions contre le fléau du chômage…

Sur ces antennes ne pourrait-on pas installer des émissions spécialisées de formation professionnelle par grands secteurs : un magazine agricole, un magazine de la mécanique et de  la carrosserie automobile, des techniques du bois, de la boucherie, de la boulangerie, les métiers de la santé, ...
Ces émissions pourraient diffuser des reportages inhérents à leurs filières pour informer et former, des annonces, des idées de créations d’entreprises, des incitations à s’engager dans ces filières… Informer et former…
Bien sûr ce n’est pas glamour ! Ce n’est  la télé à paillettes, ce n’est pas le reportage de guerre mais c’est le reportage sur le front du chômage, c’est l’utilisation des outils du journalisme et de  la télévision publique pour servir la population.
Par outil on peut aussi entendre l’internet du service public, celui des « news », on pourrait l’utiliser aussi dans ce domaine de la promotion des métiers, de la diffusion des annonces...

Paradoxe des temps quand un outil privé : « le Bon Coin » devient champion de la lutte contre le chômage et que la télévision publique n’accorde aucune importance au Peuple des Gueux : les 6 millions de chômeurs de longue durée. Qu’ils échappent à la télé privée puisque les pubs ne leur sont pas destinées : ils n’ont que peu d’argent pour acheter, c’est convenu mais que l’Audiovisuel ¨Public les ignore de façon méprisante…C’est un comble !

Comme est ignoré le peuple immense des anciens, des retraités, des actfs aux tempes blanchies. 
Quelle chaîne de service public consacre une heure par semaine aux lecteurs de « Notre Temps » ?
Pourtant l’INSEE est formel : 

Au 1er janvier 2016, la France compte 66,6 millions d'habitants. Avec l'allongement de la durée de vie et l'avancée en âge des générations du baby-boom, le vieillissement de la population française se poursuit. 
Les habitants âgés d'au moins 65 ans représentent 18,8 % de la population, soit une progression de 3,7 points en vingt ans. La hausse est de 2,8 points sur la même période pour les habitants âgés de 75 ans ou plus, qui représentent près d'un habitant sur dix au 1er janvier 2016. 
En revanche, la part des jeunes âgés de moins de 20 ans a reculé de 1,7 point dans le même temps pour s'établir à 24,6 % au 1er janvier 2016. Les habitants âgés de 20 à 59 ans représentent, pour leur part, un peu plus de la moitié de la population, soit une baisse de 3,2 points en vingt ans.

Alors, pourquoi les directeurs de chaînes publiques et la Présidente de l’audiovisuel public  n’orientent leurs discours et projets programmatiques que vers les jeunes, voire les enfants et uniquement en termes de distraction, jamais de formation ou d’information.

Est- il normal que sur l’ensemble des chaînes de service public, il n’y ait aucune émission de vulgarisation scientifique en liaison avec les grands organismes de recherche français ! 
le CNRS, l’IFREMER, Le CIRAD, l’INRA, l’IRD, l’INSERM, l’Institut Pasteur,  le CNES qui au-delà de leur savoir-faire, ont un obligation légale de Faire-savoir, de vulgariser leurs recherches, leur résultats. 

Quel autre endroit que la Télé publique pour le faire…Celle qui s’adresse aux 67 millions de français !

L’Information et la Formation du citoyen français sont intiment liées. Alors pourquoi avoir réfléchi à une chaîne « tout info » qui fonctionne grosso modo comme les autres robinets d’eau tiède, alors qu’une chaîne consacrée à l’Information expliquée sans cesse était possible. 
Je suis citoyen, je veux qu’on m’explique le Brexit, qu’on m’explique les raisons de la Loi, qu’on m’explique la guerre en Syrie, qu’on m’explique les entreprises de l’Agriculture, qu’on m’explique.. Je veux savoir pour être debout !

Et là il ya de la motivation, de l’énergie, du texte, du verbe, des idées pour tous les journalistes français de l’audiovisuel public, les milliers de journalistes français de l’audiovisuel public...
Consacrer une chaîne à ce travail de Formation-Information n’était pas une tache infaisable. Seulement ce n’est pas glamour pour les hiérarques de l’Info à paillettes…  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire