19 décembre 2016

France 3 et les 12 apôtres : du lourd !!!



Tiens ! France 3 bouge encore !! 
On croyait le grand corps malade au bord du coma mais non !! 
Son directeur général a nommé ses douze apôtres pour entamer, croit-il, une résurrection… Mais il n’a pas fallu attendre trois jours pour voir que c’est raté.
Certes, la douzaine de directeurs régionaux nommés, à part deux ou trois cas habituels de psychopathes dépressifs affamés de pouvoir, sont plutôt de bons pros, journalistes de terrain, habitués à l’antenne régionale. De bonnes nominations, contrairement aux Premières qui sombrent dans l’immobilisme en désignant des directeurs régionaux souvent administratifs ou techniciens.
Non le problème n’est pas là : France 3 annule l’organisation par grands pôles et la remplace par une organisation calquée sur la réforme socialiste des régions puis, tout en organisant des rencontres avec le Public, (une idée de De Carolis)…tente d’approcher les Conseils Régionaux avec un contrat local d’objectifs et de moyens pour espérer en obtenir sans doute des subventions.. Tout en proclamant avec force et vigueur, que la part des programmes régionaux va augmenter jusqu’à 35 pour cent de l’antenne régionale !
Mais c’est quoi ce bazar ? Une couche de courants d’air sur un état gazeux !
En tout cas pas une réponse aux problèmes que pose France 3 à l’Audiovisuel Public et pas une volonté de réforme clairement affichée.
Sous couvert de proximité, France 3 a déployé un réseau au sol incohérent et impayable : des télés locales par « pays », des Bureaux départementaux, qui constituent un maillage inefficace et compromis.
Il y a plus de 25 ans, FR3 déployait des équipes de reportages dans tous les recoins des régions. 
Ces équipes mobiles partaient à la recherche de l’actualité, du petit magazine et de l’affaire à traiter. Avantage : les journalistes qui les composaient étaient totalement indépendants des pouvoirs locaux. 
Aujourd’hui les bureaux locaux sont composés de journalistes qui sont souvent compromis avec les structures politiques. 
Les reportages tournés illustrent juste la manchette la plus grasse du journal quotidien régional. 
Pas d’enquête, pas de vrai travail de terrain et des rédacteurs-en-chef régionaux qui ne les voient jamais et qui sont trop occupés à faire leur job de manager ! 
D’ailleurs France Régions n’a pas levé d’affaires ou d’enquête réelle (c’est à dire pas piquée à la PQR) depuis belle lurette. 
Journalisme peu efficace des Bureaux locaux, Locales produisant des journaux qui parlent surtout de la Mère Michel qui a perdu son chat ou des travaux de plaque d’égout de la rue principale… un schéma qui entraîne les rédactions régionales dans les tréfonds de la crédibilité. 
Plus de budgets, car on paye ce réseau de proximité et pour le financer on a sacrifié les grandes émissions qui fonctionnaient : « D’un soleil à l’autre », magazine agricole, Pégase, le seul magazine de l’aviation, Montagnes, des magazines de sports régionaux, etc…Des émissions réellement de proximité puisque proches des goûts et des préoccupations des habitants des Pays…
Bref, France 3 avait déjà sacrifié son âme pour s’agrandir. La Grenouille est devenue bœuf ou plutôt vache à lait : 3400 salariés !
Une masse ingérable et souvent inemployée. 
La direction actuelle a donc décidé d’en faire douze régions qui chapeauteront vingt-quatre antennes !!
En clair, appliquer un schéma administratif là où il fallait faire preuve d’imagination et envisager toutes les solutions, même extrêmes : donner un nouveau statut juridique à France 3 qui permette la création de Grandes Télés Régionales avec les moyens de rédactions nationales pour le Grand Est, l’Ouest, le Nord et les  Suds . 
Imaginer des conseils d’administration avec les assemblées élues du Vrai Pays. 
Imposer des exigences de qualité dans les productions audiovisuelles régionales pour qu’elles se retrouvent sur des marchés de stocks. 
Imposer de nouvelles règles pour avoir des rédactions efficaces, car le journal régional reste la locomotive de France 3, quelque soit la région. 
Bref au lieu de concocter un plan à douze apôtres dans un recoin de France Télévision, il aurait peut- être fallu prendre son temps et envisager une vraie réforme qui ne se cantonne pas à une tentative d’extorsion de fonds publics vers les collectivités locales , d’une entité juridique nationale, même si son autorité est déléguée localement. 
Si un Contrat d’Objectif et de Moyens est signé entre un Conseil Régional (qui n’a déjà pas d’argent) et une direction région de France 3. Qu’arrive-t-il, si, comme cela est prévisible, le contrat n’est pas respecté ?? on change le directeur régional ? on colle la Présidente au tribunal ? lequel ? On fait les gros yeux ? On regarde d’un air matois, les conseillers régionaux en charge de la question de l’audiovisuel public, se goberger au buffet et leur faire croire qu’ils sont importants alors qu’ils financent des émissions -bidons où des sociétés de productions obscures et régionales facturent des plateaux d’une heure avec quatre chaises de jardins et une table en plastique, 100 000 euros ??

Bon France 3 et ses 3400 salariés peuvent se rendormir…. Clairement cette réforme, pour le moment, n’a fait que douze heureux : les nouveaux épiciers- directeur régionaux !!

1 commentaire:

  1. Ce blog est impayable et aux indignations sélectives. Donc peu crédible. Quant aux premières d'outremer, les directeurs en place sont souvent de bons pro de l'antenne ( Polynésie nouvelle Calédonie St Pierre et Miquelon). Vos avis à l'emporte pièce vous decridibilisent. Dommage

    RépondreSupprimer