03 novembre 2016

Sosthène : le vaisseau s'enfonce ....

                           


Le Titanic audiovisuel « France Télévisions » aurait- il touché un iceberg ? 
Une direction qui n’est plus sur la passerelle. 
Les soutes à combustible financier vides. 
Des officiers incompétents. 
Des caps contradictoires : faire des économies, faire de l’audience, acheter des émissions hors-de-prix à des sociétés de production qui roulent sur l’or public, demander plus à moins de personnels… 
Enfin, plus personne ne comprend la logique qui anime ce qui reste de l’équipe dirigeante de France Télévisions dont l’échec est patent et public !
La suppression d’émissions anciennes et reconnues porte enfin ses fruits. Tout comme l’ahurissant ballet de décisions idiotes, de projets irréels, de postures politiques …tout cela pour aboutir à un séminaire qui définit une règle : faire comme TF1 et M6 !!!
Le plan de réforme de France 3, soumis aux partenaires sociaux, réduit le nombre de régions à 13 et installe un seul Comité d’entreprise…
Quelle est donc cette stratégie bâtie sans vision ni raison ? Quel impact sur le service public ? sur l’audience ? Pourquoi cette réforme sortie du chapeau…
Entendons-nous bien…L’ADAP n’est pas contre les réformes et les mesures d’économies mais logiques et transparentes et issues d’un véritable examen des besoins en audiovisuel public de la France des régions, des zones économiques, des aires de vie. 
Le service public doit évidemment s’adapter mais loin des diktats de la volonté de plaire à quelques haut-fonctionnaires ou hommes politiques, dans la pénombre des cabinets…
Une réforme qui concerne trois mille salariés de l’audiovisuel public et soixante- cinq millions de français, ne devrait-elle pas faire l‘objet d’un examen public, de rencontres avec les élus locaux, régionaux, nationaux, les associations, les partis… 
Bref : un fonctionnement républicain et démocratique ?
Un projet de réforme, issu d’une équipe dirigeante qui s’est si souvent trompée, est-il crédible quand il se fait sans un accord collectif et universel, alors qu’il concerne la vie commune de la République ?

« Faire quelque chose sans nous…C’est le faire contre nous !! » Mandela rappelle la réalité de cette vérité première…
On peut se demander, devant l’afflux de mauvaises nouvelles en matière d’audience, de finances, devant la caricature du Service Public qu’offre le spectacle navrant des émissions politique de France 2, devant l’absence de compétences, devant l’amateurisme de la Présidence, si le personnel de France Télévisions va rester encore longtemps amorphe et silencieux ? Ces dix mille salariés seront-ils des lanceurs d’alerte républicains ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire