15 octobre 2016

Outremers… à l’envers ! Sosthene

Les antipodes audiovisuels français marchent sur la tête…

Côté direction, Walles Kotra, sait aller au rythme sage et patient de la coutume kanak. 
Cela fait trois semaines que son DRH et son Grand Chambellan lui ont sélectionné quatre candidatures pour chaque poste de directeur régional : celui de Tahiti, non-pourvu depuis des mois, et celui de Saint-Pierre- et-
Miquelon…
Les deux archipels où le parti socialiste reste très actif pour tenir la main qui désigne la personne idoine. 

Est-ce l’approche de la Présidentielle et son résultat certain, après le suicide politique du président de la République qui explique le retard du directeur ?  
En tout cas, la bonne décision est remise à une date ultérieure. 
Il est vrai que nommer un directeur régional est un acte politique : on nomme quelqu'un de confiance qui appliquera des décisions prises à des milliers de kilomètres tout en maintenant la paix sociale et des audiences correctes. 
Enfin théoriquement…

Ainsi, La Réunion qui devient championne de France de l’audiovisuel public pour la chute de ses audiences. 
Après tout quoi de plus normal : on nomme comme directeur régional, un administrateur. 
En politique, il est l’ami du conseiller pour l’Outremer du Président de la République. Mais en Audiovisuel, on peut se poser des questions sur sa compétence.
Il sait peut-être diriger un service administratif mais une station de radio et de Télévision, c'est une autre paire de manches. 
Les audiences de Réunion Première viennent de passer sous la barre des dix pour cent. 
A Paris, on a cru à une erreur mais non !
Budget de la station : 31 millions d’euros pour plus de deux cents personnes au salaire indexé, mais rendu : 0 !!

Il faut dire que dans la région la plus sportive de France, où Dimitri Payet a poussé le ballon comme des dizaines de milliers d’autres, où il y a le plus de licenciés sportifs et de fédérations, il n’y a pas de retransmissions sportives. 
Pas de basket, pas de handball, pas de tennis, pas de foot régional, ni en radio, ni en télévision. Pas de service des sports digne de ce nom. 
Des journaux bourrés de reprises de France 2, d’info institutionnelle, et surtout peu de faits divers. 
Le tout assaisonné de programmes locaux à faire rougir Danielle Gilbert ! Bref, Réunion Première est une réussite : une station régionale qui donne au public, ce qu’il ne veut pas voir !

Mais juste devant, pour 25 millions d’euros annuels, nous avons France Ô, en recherche perpétuelle d’identité et d’un téléspectateur de plus, une petite chaîne perdue dans le désert de l’audimat accompagnée par la petite dernière : franceinfo : ( Merci Renault !!!) qui rejoint ses
deux chaînes sœurs dans les abysses insondables de l’audiovisuel public, là où ne brillent plus les écrans et où les télécommandes ne fonctionnent plus mais où les factures arrivent : budgets additionnés de ces trois échecs : environ 90 millions d’euros…d’argent public…par an !!

Sosthène

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire