13 septembre 2016

A lire dans le Point : la révolution de l'Audiovisuel Public vue par Fondapol

 Privatisation de France 2 France 2, suppression de France 3France 4 et France Ô et création d'une nouvelle chaîne culturelle libérée des contraintes d'audience.

la dernière note de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol
, un think tank proche des Républicains) contient des propositions capables de dynamiter une élection présidentielle. Et, pour ne pas faire de jaloux, on réserve le même traitement à la radio publique en réduisant le nombre de stations à trois. Le Point.fr vous résume les principaux points de ce document.
« Qu'est-ce qui justifie aujourd'hui, en 2016 (et non en 1945 ou en 1980), et plus encore demain, que l'État prélève de l'argent pour entretenir lui-même une offre audiovisuelle ? » s'interroge Olivier Babeau, professeur en stratégie à l'université de Bordeaux, auteur de la note. 
« Dans quelle mesure le libre jeu du marché ne pourrait-il pas obtenir un résultat au moins égal et à moindre coût pour la collectivité ? » ajoute-t-il. Pour lui, pas de doute : l'intervention de l'État « ne peut être justifiée que par une réelle valeur ajoutée ». Et cette dernière est, selon le rapport, parfois difficile à débusquer dans les grilles de programmes...

France 4 « absolument inutile »

Citant une étude de Médiamétrie en 2007 qui souligne la grande proximité entre les programmations de France 2 et de TF1, Olivier Babeau souhaite la privatisation « pure et simple » de France 2. Il estime qu'il serait « logique de faire de France 2 ce qu'elle est, à savoir une chaîne généraliste grand public financée par la publicité, au même titre que TF1 ». La vente de la chaîne permettrait d'éponger les dettes de FranceTélévisions et de Radio France...
Concernant France 3, dont la justification originelle était de « délivrer une information régionale », « il n'y a aucune raison pour que des chaînes locales ne puissent pas se développer en l'absence de relais publics », juge-t-il. « Le journal de 13 heures de TF1 est à sa manière un journal régional », relève avec humour la note, en référence aux sujets toujours très « terroir » du journal de Jean-Pierre Pernaut. 
Le sort de France 4 est scellé en une phrase : « Elle se définit comme une chaîne consacrée au divertissement, elle est donc absolument inutile. »
 Idem pour France Ô, elle doit disparaître : « Son public en métropole est à peu près nul et les territoires ultramarins reçoivent la TNT ». Et pour les chaînes restantes, il faut faire une cure : « Il n'est pas admissible que les comparaisons, à production égale, entre France Télévisions et les chaînes privées comme TF1 et M6 fassent systématiquement apparaître des rapports de 1 à 3 (voire de 1 à 4) dans les coûts de la filière de production », martèle le rapport.

Une nouvelle chaîne culturelle sur le canal 3

« Nous proposons de refonder l'audiovisuel public autour de quelques canaux pour la télévision et la radio », dans un système « entièrement indépendant de l'audience ».
Le canal 3, libéré par la suppression de France 3, devrait être attribué à une nouvelle chaîne culturelle, qui « organiserait ses programmes en complémentarité avec Arte et France 5 ». L'intérêt d'une telle chaîne serait de replacer la culture oubliée au centre de l'action publique. « La culture populaire n'a aucun besoin d'un acteur public pour être largement produite et diffusée. La culture élitiste, en revanche, a grand besoin d'une intervention publique », explique le rapport en prenant l'exemple de la musique populaire, présente partout « sur TF1, M6 ou W9 », face à la musique classique, « réservée aux spectateurs noctambules ».
Force est de constater que le triptyque fondateur du service public, « informer, cultiver, distraire », a été renversé. Les mauvaises langues diront même qu'il ne reste plus que le divertissement et l'information, sans la culture. « Qui a besoin de l'État pour se divertir en 2016 ? » s'interroge le rapport, qui rappelle que le service public fait déjà produire 71 % de ses contenus par des producteurs privés. Même la série à succès Plus belle la vie n'y échappe pas : elle est produite par Newen, filiale de... TF1. Évacuer le divertissement permettrait aussi de sortir du « mercato » des animateurs, payés à prix d'or pour rejoindre les chaînes publiques. Il en serait fini des Nagui, Michel Drucker ou autres Laurent Ruquier payés avec de l'argent public...

Rédaction unique pour les télés et radios publiques

Quant au sport, cher à France Télévisions, il est évident que des événements comme le Tour de France, les Jeux olympiques ou Rolland-Garros ne seraient pas enterrés par le secteur privé. Ils pourraient même coûter moins cher à produire, souligne malicieusement le rapport, car le jeu des enchères serait moins animé sans France Télévisions.
Du côté de l'information, la multiplicité des réseaux de communication fait qu'il est aujourd'hui « impossible » de museler les médias comme on pouvait le craindre il y a 30 ans. Toutefois, le rapport soutient « l'idée de la nécessité d'un organe public d'information » afin de « maintenir une liberté de parole qui risque de ne pas être présente dans des organes possédés par des intérêts privés ». Le rapport recommande la création d'une rédaction unique du service public en profitant de toutes les synergies possibles avec la radio publique, laquelle aura été réduite à trois stations. Il faudra alors faire mieux que la nouvelle chaîne télé Franceinfo, dont le tout premier sujet était un interminable reportage de terrain sur... la rentrée des classes : on a vu mieux pour entrer dans l'histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire