15 septembre 2016

15 ans ou la faute du Service Public de l’Audiovisuel…

15 ans ! 
Les deux apprentis-jihadistes parisiens , dénoncés à longueur de JT ou de journaux radio ont quinze ans…
Le lycéen fou qui tente d’assassiner sa condisciple de quinze ans à Villefranche-sur-Saone avait quinze ans et a fait la une de tous les journaux..
Yohan avait quinze ans : lycéen. 
Il attendait son bus à la sortie du Lycée. 
Un autre gamin , déscolarisé, surgit. 
Il a quinze ans. Il exige le téléphone de Yohan, qui refuse. Il sort un couteau et le plante dans la poitrine puis dans la gorge de Yohan qui agonise sur le trottoir. La scène va être filmée et diffusée par les autres lycéens. 
C’est dans un département français que cela s’est passé. L’émotion a été immense ! Les élus, la population, les parents sont encore en train de manifester. Le ministre de l’Intérieur va venir sur les lieux ! Des forces de l’ordre ont été envoyées en renfort !
C’est bien dans un département français que cela vient de se passer : en Guadeloupe !
Couleur de peau ? Mort au kilometre ? Distance illusoire ? Pourquoi aucun médium national de service public n’en a parlé ?
Ni Radio France, ni Radio France Internationale, ni France 2, ni France 3, ni France Info : avec ou sans les points ?
Quel est donc ce service Public ?
Comme le disait un journaliste de Guadeloupe Première ( Service Public) ,qui a largement traité, heureusement, cette affaire,
« Il flotte sur la Guadeloupe, l’ombre d’un lycéen assassiné ! »
Une ombre évanouie pour les rédactions nationales du service public de la Radio et de la Télévision.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire