10 juillet 2016

RH : une remise en question ?


Les Ressources Humaines sont un département assez délirant à France Télévisions. 
Obscur, incertain, parfois glauque, souvent incompréhensible, les RH, RRH DRH, renvoient un portrait de l’entreprise halluciné ou hallucinant c’est selon. 
Laisser en place des rédactions locales à France 3, alors que leurs journaux ne sont pas regardés ou émis est une absurdité mais les fermer à l’occasion de vacances, en catimini, au coup par coup, en se faisant passer pour des as du management cela frise le crime de Harcèlement ! 
Ne pas accompagner, ne pas réformer, ne pas diriger est une faute.
En Martinique, l’intitulé de poste d’un Chef de centre (la personne qui dirige techniquement la station en radio, en télévision et dans le numérique) stipule qu’elle doit avoir HUIT ans d’ancienneté. Pourquoi huit ? pourquoi pas sept ou dix ? 
Les initiés comprendront que le poste est destiné à une personne précise et que le DRH dresse des critères pour faire venir sa connaissance…
Ailleurs, un directeur promeut un rédacteur-en-chef régional en radio. Sans publication de poste, sans examen des candidatures à l’intérieur -même de l’entreprise-, sans respecter la procédure RH mise en place par …la DRH !!
Les fissures deviennent des failles à France Télévisions. 
Que se passe-t-il ? 
Quand le secteur des ressources humaines n’arrive plus à coordonner son action, à mettre en place des règles simples, justes et légales, il se prépare quelque chose ! 
Quand le trou abyssal des finances de l’entreprise est couvert d’un voile doré et qu’on embauche à tout va pour créer une chaîne de télévision tout info, quand l’entreprise devient la cible des critiques acerbes du ministère de l’Economie, quand les personnels sont désemparés…c’est que quelque chose va se passer. 
600 postes seraient supprimés l’année prochaine à la demande de la Présidente, dont 60 postes outremer : des postes supprimés sur des départs en retraite…
Et si ce n’était que l’arbre qui cache la forêt. L
es DRH de France Télévisions sont bien à la peine ces temps-ci...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire