02 juillet 2016

Après la fête, la gueule de bois ...

FTV claque un fric monstre en fiesta... et pendant ce temps-là les virés se comptent. France Ô première visée.

Un "événement joyeux et collectif" (dixit Nilou Soyeux la 
dircom de FTV) destiné à présenter "les offres" - on ne parle 
plus de programmes mais d'offres ( on se croirait sur Orange)
 avec un angle tout particulier focalisé sur le soi-disant "nouvel
 état d’esprit" (encore la com). 

Pas certain que les personnels techniques de France Ô 
aient fredonné le "Il est là, le bonheur, il est là" interprété 
au Siège de France Télé par Christophe Maé que l'ex 
Orange avait chèrement embauché pour "ce rassemblement 
dit festif"! 

Au même moment Dominique Pantostier, chef de centre de 
Malakoff, avait justement convoqué des réunions avec les 
personnels techniques de France Ô pour leur donner des 
infos sur le travail à la rentrée avec, principalement, la 
suppression du JT de midi... il y aura moins de travail en 
plateau, à la rentrée. 

Résultat, les scriptes sont invitées à changer de métier ou 
chercher du travail ailleurs. "Il est loin d'être là, le 
bonheur, très loin d'être là" Les techniciens sont tous très 
inquiets car leur vacation va être réduite ! Comment vont ils 
remplir leur 35 heures avec deux heures de boulot par jour ? 

Qu'importe, Delphine Ernotte, pendant ce temps-là, danse 
un rock endiablé avec son directeur délégué aux effectifs et 
Philippe Torreton déclame la tirade de Cyrano de Bergerac 
sur un écran géant qui a coûté à lui seul le prix d'une 
maison, le tout sur fond de jongleurs et autre circassiens...
"Non merci" . 

Un fric monstre dépensé au Siège, des centaines de 
milliers d'euros claqués et des salariés qui perdent leur 
boulot... Les salariés de Malakoff sont écœurés !!!!! 
 "Ça rage sec à Malakoff !" explique une scripte....
 "C'est gerbant" ajoute une autre ! 

Les salariés de Malakoff qui ont déjà payé un prix lourd avec
la suppression de l'AITV - tant au plan financier qu'au plan 
humain - continuent de trinquer mais pas au buffet ernottien. 

Résultat, il y a déjà des salariés du site qui se "barrent", plusieurs journalistes ultramarins qui repartent outre-mer et plusieurs techniciens qui songent à 
demander leur mutation ! Résultat, le moral plonge mais 
l'ex Orange s'amuse !!! Depuis une dizaine de mois, 
l'indécence et le cynisme n'ont plus de limite ! 
Heureusement la chaîne publique d'info en continu 
(audience attendue 0,1% d'audience) qui en plus de ne pas 
être financée et n'a en réalité aucune existence juridique,
 devrait d'un coup de baguette tout arranger et ce alors que 
bon nombre de recrutements extérieurs ont déjà été 
effectués!!!! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire