29 mai 2016

A quoi sert FranceTélévisions Université ?

Cela fait plusieurs années maintenant que FranceTélévisions Université forme le personnel de cette grande maison.
C'est de Carolis, président de France Télévisions, qui a lancé en 2007 cette unité présentée comme un projet de développement str,atégique.
Nouvelles technologies, techniques de l'interview, stratégies d'antenne, management etc.
Avec des stages, notamment de formateurs de formateurs qui peuvent s'étaler sur plusieurs mois et sont sanctionnés par un diplôme.
On peut donc s'étonner compte tenu d'un engagement financier loin d'être minime, que des cadres fassent appel à des intervenants qui ne soient pas passés par locaux de la rue de Linois.
Pour preuve, la formation que va donner Muriel Barthelemy en Guadeloupe à la demande de la Directrice de la station.
Ne parlons pas de copinage, ce serait médisant.

(« L’information à Guadeloupe 1ère : Ligne  éditoriale et Orientations stratégiques » qui aura lieu :
 à l’Auberge de la Vieille Tour, 
le 31 mai - Salon « Ti-carbet »,
                                     le 1er juin 2016 - Salon « Ilet Gosier ») 
Au passage le plus bel hôtel de l''île. Guadeloupe 1ere a encore quelques sous à dépenser... 

On ne peut cependant que constater une proximité qui permettrait de cautionner de telles allégations.
Toutes deux ont travaillé en Guyane. Muriel Barthelemy ayant un temps quitté le service public pour rejoindre, comme Conseillère Presse, la députée guyanaise Taubira promue Garde des Sceaux.
A aucun moment, elle n'est donc passée par l'Université de FTV. Ce qui, on le concédera n'est certes pas une obligation mais amène à se poser la question de l'utilité du "bidule".

Intéressant par ailleurs de relire cet article de l'Opinion :


Jusqu’ici, tout allait bien. La semaine dernière, Muriel Barthélemi, conseillère presse de Christiane Taubira, annonce, par mail, qu’elle quitte le cabinet de la Garde des Sceaux, avec le sens de la formule qui prête à la flagonnerie : « Ces mois passés au cabinet me laissent le souvenir gratifiant d’avoir travaillé auprès d’une ministre de grande stature, gardienne infatigable des valeurs de notre République et des droits des citoyens », écrit-elle. Au demeurant, il s’agit du huitième départ au sein du cabinet depuis que Christiane Taubira dirige la Chancellerie.
Et Muriel Barthélémi explique encore, comme si de rien n’était, qu’elle retrouvera dès le 1er octobre son poste de journaliste à France Télévisions, au sein de sa « direction d’origine, celle de l’information régionale de France 3 ».
Emoi des salariés et des syndicats, alors que des discussions sur l’éthique ont justement lieu avec la direction de France Télévisions. « Cela nous a étonnés, explique un membre du Syndicat national des journalistes (SNJ). D'abord sur la forme, qu’elle annonce son retour comme cela, par un mail envoyé à l’ensemble des journalistes qui s’occupent des questions de justice, comme si cela coulait de source. Et il y a aussi une question de principe : le mouvement des journalistes qui vont travailler dans la sphère politique et qui reviennent ensuite pose évidemment un problème de déontologie. »
Le Syndicat national des journalistes (SNJ) s’est fendu d’un communiqué, qui sonne comme un rappel à l’ordre : « Nous, journalistes, exerçons une profession publique. Nous, journalistes, avons une mission au service du public. Nous, journalistes, devons éviter tout conflit d’intérêt et toute situation qui pourrait y mener. Nous, journalistes du service public, ne devons pas en être soupçonnables. » Le SNJ propose d’ailleurs « d'encadrer strictement » les détachements de journalistes et préconise même un « délai de carence » avant un retour à France Télévisions.
En attendant, Muriel Barthélémi devrait revenir à France Télévisions dans les prochains jours, comme rédactrice en chef au sein de la direction de l’information de proximité de France Télévisions.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire