29 avril 2016

Un papier plein de bon sens du Professeur Sosthène Numerix



Chers amis,

Si vous nous lisez, c’est parce que vous utilisez le numérique, internet, et si vous croyez ce qui est écrit, c’est parce que cela est fait par des journalistes professionnels…

Quel est donc l’avenir de France Télévisions dans le numérique ???


Il est divers et varié...Il peut s’exprimer par la constitution de sites sur les programmes, sur la vente d’émissions de stock ou la rediffusion individuelle d’émission de flux…

Mais dans le domaine de l’Information, c’est une autre paire de manche !! 
En visitant une des écoles françaises du Numérique, je m’étonnais des possibilités de confusion et d’escroquerie : des sites apparaissent comme sérieux et ont la présentation d’authentiques journaux alors qu’ils ne débitent que des fadaises destinées à faire du « Buzz ». 

Mon interlocuteur me répondit que le Monde Numérique était un monde…Et qu’on pouvait parfaitement y inventer des règles ou des certifications. 
D’ailleurs, me précisa- t-il, il faudrait mettre en place un bureau de certification qui juge si tel ou tel site est crédible. Cette crédibilité se vendant ensuite auprès d’éventuels annonceurs…

Un filon ? Un filon en or que détient l’Audiovisuel Public dans son ensemble ! 
Un filon garanti par la carte de presse des journalistes qui y travaillent et qui donnent gratuitement à leurs publics une marchandise certifiée : l’information vérifiée et sérieuse !

Tout cela met en évidence le discours creux qui règne à France Télévisions... 
Le directeur d’une station d’une grande île de l’Outremer, qui ne doit sa nomination qu’au fait qu’il employât avec frénésie le mot NUMERIQUE dans son entretien avec Delphine Ernotte pour se faire nommer tint ce discours devant ses salariés :  « les deux cents salariés de cette station doivent devenir des collaborateurs du Numérique. Il ne faut plus de frontières entre les métiers ! Il faut créer du Buzz »
En clair : oubliées, les cartes de presse, les vérifications d’informations, leur évaluation, leur impact…
Oublié le travail de professionnels de l’Information : tout le monde peut écrire n’importe quoi !!
Du moment que cela fait du Buzz, donc de l’audience !!

Le nombre de clics est facile à atteindre. Il suffit de se souvenir que le mot SEXE est le plus employé par les internautes !!!

Les administrateurs et autres DRH ou ingénieurs ont cru découvrir le Graal qui leur permettrait d’inventer une nouvelle science : le Numérique et de pouvoir en gérer non seulement le tuyau mais aussi les contenus. 
En fait, à l’étude, les règles qui se mettent en place sont celles qui ont structuré la presse de tout temps : crédibilité de l’Information et écriture talentueuse.
Puis comme tout ce qui est gratuit est méprisable dans notre monde réel, il suffirait de vendre un droit d’accès aux informations de France Télévisions, même modique, pour quantifier réellement le public et rendre un vrai service public.

Le Monde, Médiapart, les Nouvelles de Mayotte, Sud -Ouest, toute la PQR est payante…

Pas tant pour les revenus que cela génère mais aussi parce que seule une information pour laquelle on paie est crédible dans notre Temps moderne. 
Elle est crédible parce que dégottée, trouvée, révélée, mis en forme par des journalistes professionnels ! 
Elle est donc VRAIE.
Une philosophie à l’opposé des doxas des dirigeants de l’audiovisuel public…
Ceux-là même qui ne jurent que par des Chaîne d’Info ! Quand il serait si simple de faire une Chaîne de l’Information… 
Mais cela est déjà une autre histoire.

Professeur Sosthène «  Numerix »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire