30 novembre 2021

Appel pour un Service public audiovisuel en Guadeloupe !!!

Appel pour un Service public audiovisuel en Guadeloupe.

On se demande ce qui se passe en Guadeloupe. 

La télé devient folle. D’abord la Télé privée : Canal 10 dont les barragistes et les syndicalistes forcenés ont fait leur télé officielle, sans contrôle du CSA, sans pudeur. 

Canal 10 démolit du gendarme et du policier à longueur d’antenne et porte aux nues les bandits des barrages et les politiciens véreux comme le Président de l’assemblée régionale qui tient des propos hallucinants en créole en direct : « s’il n’y avait pas l’Etat, on construirait des zones d’amusement pour les jeunes en bord de mer au lieu de protéger des tortues et des baleines .S’il n’y avait pas les lois qui nous embêtent on pourrait faire des circuits automobiles dans les mangroves protégées, on pourrait abattre des forêts tropicales pour construire des logements pour les jeunes »

Canal 10 diffuse sans vergogne des images en direct de ces terroristes de barrage qui affament et étouffent la Guadeloupe avec des commentaires honteux de pseudo-journalistes sans carte de presse ! 

La puissance publique ne fait rien ! 

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ne bouge pas un poil malgré les plaintes. Mais il ne bouge pas non plus quand Guadeloupe Première diffuse dans son JT, des reportages partiels et partiaux : « Les élus ont fait bloc et ont refusé de rencontrer le Ministre des outremers ! Faux ! 13 maires sur 32 ont accepté de venir travailler avec Sébastien Lecornu ! 

D’ailleurs dans ce JT on présente la protestation des élus avant même la parole de l’Etat ! 

Des journalistes de hasard et de pacotille diffusent des reportages faits sur les barrages, honteux et partiaux, où les gangsters qui trônent sur les ordures, Beretta à la main, passent pour des héros, jeunes et incompris !

Aucune parole n’est donnée aux victimes, aux hôpitaux bloqués, aux guadeloupéens qui meurent faute de soins, aux lycéens qui n’ont plus cours, aux gens qui n’ont plus d’essence. L’Antenne radio est littéralement ouverte à n’importe quel ahuri qui déclame la révolution, la haine des blancs, la nécessité de la revole «neg debou » contre «  l’esclavage »…

Cela pourrait se comprendre mais Guadeloupe Première est une branche de France Télévisions. 

C’est notre argent, la redevance, qui paie le budget de Guadeloupe Première. 

L’état qui nous représente est l’actionnaire unique de France Télévisions et donc de Guadeloupe Première. C’est l’argent public qui paie les salaires indexés des 182 personnes qui travaillent dans la station de Moudong à Baie-Mahaut et ce sont ces antennes, radio, télé, internet qui débitent des diatribes anti-état, anti-gouvernement, anti-Lecornu !

Un scandale aggravé par le fait que plus personne ne contrôle la rédaction de Guadeloupe première. La directrice des Outremers se planque à Paris. Elle a envoyé deux énergumènes, un soi-disant directeur de l’Information et un autre directeur du Net, qui ne connaissent rien ni personne et qui, surtout, n’ont rien fait !

C’est un scandale public ! 

Que nous payons, nous citoyens français avec notre argent : la Redevance audiovisuelle.  

Nous demandons donc la reprise en main immédiate de la station TV Radio Internet de Guadeloupe Première. La fermeture des émissions radio en direct. La suspension en attente disciplinaire des « journalistes « qui ont diffusé de fausses informations à dessein et qui ont enflammé et justifié les exactions des gangsters sur les barrages…

 

Collectif CITOYEN ADAP-Association de Défense de l’Audiovisuel Public.


Le Figaro : Ernotte, comme d'hab, une autosatisfaction permanente !

 


27 novembre 2021

Madiba : la boloko lave plus blanc que blanc !

                                                        
Depuis le début de la crise aux Antilles, la boloko, directrice générale exécutive à plume, qui dirige (?) le pôle outre-mer est aux abonnés absents. Aucune initiative, aucune communication, c'est sa nouvelle visibilité.

Les directions locales tanguent sous la pression de la rue et des exigences du pouvoir central.

Les rédactions sont livrées à elles- même. Aucun cap donné par la direction de l'information.

 

Les journalistes sont gazés par les forces de l'ordre quand ils sont sur les barrages et pris pour cibles quand ils sont derrière les gendarmes.

D'un côté ou de l'autre ils font le Job, leur job de service public.

 

Certains enchaînent sans broncher les jours de non-repos. Ils sont accusés de parti pris sans aucune réaction de la hiérarchie sinon l'envoi cette semaine de 2 cadres parisiens sans aucune utilité pour eux sur le terrain.

 

Le directeur de l'information des outre-mer et le directeur du portail sont venus sur décision de la boloko pour ce qu'il faut bien appeler une reprise en main des rédactions.

 

Deux bons blancs venus apporter la voix de la France et ramener les journalistes dans le droit chemin. 


Bon ! d’accord, ils n’ont jamais été eux- même des prodiges du Journalisme contemporain. Au contraire : flagorneurs, médiocres plumitifs et opportunistes, de vrais Rastignac à la petite semaine promus par la Politique, l’un, c’était Les Républicains et l’autre LAREM. Maintenant, ils font semblant de donner des leçons et surtout sont venus ne rien faire avec Panache dans les stations antillaises. 

S’ils avaient rencontré les préfets, ils auraient su qu’en Guadeloupe la couverture des évènements a été donnée aux journalistes Antivax de la station en télévision et que les émissions à antenne ouverte qui relaient la parole, sans aucun contrôle, des auditeurs, sont de véritables brûlots dignes des pires réseaux sociaux.

 

La voix de la France Télé on l'a entendue dans les reportages faits par les équipes de France 2 à Mayotte pendant la semaine de l'outre-mer et diffusés dans les JT de la chaîne.


On a appris qu'il y avait sur ce territoire des bons blancs qui défendaient les tortues et protégeaient les lémuriens. 

En face les méchants bantous mahorais musulmans qui mangeaient les premières et dressaient leurs chiens à chasser les seconds. A revoir en Replay .

YA BON BANANIA.


Pas un mot du directeur de l'info des outre-mer, bien raccord avec ses collègues blancs.

 

Pas un mot de la boloko qui lave plus blanc que blanc. 


Il ne faut pas oublier que c'est elle, la guadeloupéenne, qui a chassé les Antillais des postes de Directeur Régional aux Antilles, elle qui a nommé des blancs partout aux commandes de l'information et de l'internet pour l'outre-mer. 

Aucun ressortissant d'outre-mer n'est compétent à ses yeux pour occuper les postes. Pire selon sa paranoïa : il faut s'en méfier. 

Ne voulant pas de nègres autour d'elle, elle nomme des blancs à tous les postes, voila l'expression visible de sa créolité. Et dire qu'on pensait au début qu'elle allait favoriser le petit peuple d'outre-mer trop longtemps écarté.


Tropiques amères, elle est la pire « géreur » d'habitation que le pôle n'ait jamais connu.

Quelle honte, quelle déchéance !

Que fait elle pendant que ça brûle aux Antilles et que la tension monte en Nouvelle Calédonie ?

Elle se prépare à aller en mission sur le terrain.

 

Billet d'avion pris, programme arrêté, passeport en poche, valise bouclée, elle s'apprêtait à partir passer le week-end à Tahiti.  Preuve de son courage inouï qui n'est pas sans rappeler l'attitude toute aussi courageuse d'un DG précédant qui avait fui la Guyane alors que la station était en grève.

 

Minm bèt , minm pwèl ,  même bête, même poil et même initiale : G .

 

Grosse surprise hier : VOYAGE ANNULÉ !

 

Sur ordre du 8ème étage de FTV probablement.  

 

Adieu vahiné lascive comme elle les aime, yukulélé vespéral, poissons au coco, colliers de fleurs et week-end au lagon.


Rété a kaz'arw ti ma fi . Shame on you.

 

Week-end à Versailles quand même, on est boloko en RAV 4Toyota hybride - acheté avec l'argent du contribuable, en pleine crise du pouvoir d'achat en France et en outre-mer - ou on n'est pas.

Pas aidée la Présidente de FTV avec des boulets comme ça.

 

 Mais pour en revenir aux stations de radio, de télévision et d’internet des Antilles, à la question de l’Autonomie Future de ces territoires, il y a bien sûr la conséquence directe sur laquelle on planche Rue de Valois, qui ne veut pas être en reste au niveau de la politique autonomiste. 

C’est le Moment rêvé pour le Ministère de la Culture, de soutenir la » Kultur Gwadeloupeen » en refourguant au futur Pays d’Outre-mer…sa station de télévision et ses personnels si compétents !


26 novembre 2021

Censure sur les événements guadeloupéens par Guadeloupe la 1ère !!!

La lettre ouverte d'un confrère de Guadeloupe la 1ère qui a vu son papier censuré par la rédaction en chef de la station ultra-marine dont on ne peut pas dire que le courage soit la première des vertus !

A méditer ...

Récupéré sur FaceBook :

[09:33, 25/11/2021] Ronan: Bonjour,

On me reproche d’avoir été provoquant dans mes papiers en affirmant que la gendarmerie, comme la Police Nationale, avaient fait un excellent travail en dégageant des barrages de véhicules incendiés par des groupes de délinquants encagoulés et souvent saouls ou drogués.
C’est une observation que j’ai pu faire mais surtout je tiens à préciser que les Forces de l’Ordre en France et en Europe, ne sont pas un parti politique ou une organisation aux ordres de politiciens.
En Guadeloupe, les forces de Police et de Gendarmerie protègent ma Liberté.
Car les seuls qui confisquent nos libertés sont les quelques voyous qui trônent sur des barrages qui n’ont aucune justification politique.
Les barrages sont les chaînes d’une soumission, d’un esclavage contemporain.
Ils empêchent de vivre, de se nourrir, de se soigner, d’installer une morale.
Les barrages sont des actes criminels contre ma liberté de citoyen dans la République. Alors je suis reconnaissant aux Forces de l’Ordre, d’une République démocratique, d’agir pour me protéger et protéger les populations.
Sur ces mêmes barrages, des voyous, une fois rentrés chez eux, m’envoient des menaces par les réseaux sociaux.
Menaces de mort. Menaces sur mes collègues PTA (ndlr Personnels Techniques et administratifs) ou journalistes de Guadeloupe Première…qui assument la mission d’être un service public, parfois vilipendé, mais qui se doit d’être probe et honnête.
Là aussi, les Forces de l’Ordre de notre République mettront un terme aux menaces.
Vouloir faire taire un journaliste, une voix, une liberté de parole est symptomatique d’une société dégradée et dégradante.
Et là, je pense très fort à mes confrères Haïtiens proches, poursuivis par la violence des gangs et je remercie la République d’avoir interposé entre ma liberté et la violence aveugle...les Forces de l’ordre Républicain.
Ronan PONNET
Journaliste Grand Reporter

25 novembre 2021

France Info : préavis de grève !

 08:21

Un préavis de grève a été déposé pour le 30 novembre afin d'obtenir des embauches "à la hauteur des missions" 

Montée d'adrénaline àFranceinfo.fr,   culture et Franceinfo Afrique où un préavis de grève a été déposé  pour le 30 novembre, ont annoncé les organisations syndicales SNJ et SNJ-CGT. "SNJ-CGT et SNJ appellent l'ensemble des journalistes et personnels administratifs de franceinfo.fr, franceinfo Culture et franceinfo Afrique à cesser le travail à partir du mardi 30 novembre 2021, 00h01, pour une durée de 24 heures".

Les salariés "exigent des effectifs à la hauteur des missions, toujours plus nombreuses, qui leur sont confiées", ont expliqué les syndicats. 

Dans le préavis, les syndicats donnent des exemples de nouvelles tâches confiées à la rédaction de Franceinfo.fr "à effectif constant", comme par exemple la participation au "Vrai ou fake", l'espace de fact-checking et de lutte contre les fausses informations et les rumeurs.

Ils soulignent également que "la couverture de l'élection présidentielle et des législatives se traduit déjà par une sollicitation supplémentaire de la rédaction". "Les amplitudes de travail des forfaits-jours dépassent très souvent la durée moyenne de 44 heures hebdomadaires fixée par l'accord collectif", est-il écrit dans le préavis.

Une délégation a rencontré la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, mardi, "mais n'a obtenu aucun engagement ferme dans le sens d'un renforcement, ou même d'un maintien, des effectifs", ont indiqué les syndicats.

Parmi les revendications portées dans le préavis, la demande "d'un renforcement des effectifs de franceinfo.fr, avec le recrutement immédiat en CDI de deux rédacteurs-journalistes spécialisés, d'un secrétaire de rédaction et d'un rédacteur en chef adjoint".

Créé il y a dix ans, Franceinfo.fr compte environ 35 journalistes rédacteurs et secrétaires de rédactions (hors encadrement).

Les services cultures et Afrique qui diffusent sur le site web de France Info et ont été rattachés à Franceinfo.fr en 2019. Ils lui livrent des articles sur ces deux thèmes spécifiques et disposent chacun d'une équipe de 8 journalistes qui ont une expérience certaine car ils travaillent sur ces sujets depuis des années, la plupart provenant de feu l'AITV (Agence Internationale de Télévision) spécialiste du continent africain du Moyen Orient et même il y a fort longtemps de l'Amérique Latine.

23 novembre 2021

Sosthène : c’est un tourbillon, un maelström de médiocrité qui emporte France Télévisions !

La Reine Folle de France Télévisions n’est pas Philippe II de Macédoine (que je peux admirer, même en tant qu’ancien des phalanges athéniennes) …

Elle n’a pas réuni ou renforcé le Royaume et elle n’a connu que des défaites…

Devenue Reine par la volonté de débarrasser France Télécom-Orange, d’une harpie sans cervelle, elle fut adoubée par le pouvoir administratif corrompu du CSA et par le Gouvernement. 

Mais depuis France Télévisions connaît une longue et lente agonie. 

Si les chaînes qui composent ce groupe ont bien des équipages entiers de techniciens et d’ingénieurs, ce n’est pas la technologie qui fait des chaines de France Télévisions ce qu’elles sont. 

C’est bien leurs contenus qui peuvent intéresser, passionner durablement le Peuple de France qui paie pour cela. 

Mais voilà la Reine folle n’y connaît rien en contenu. 

Elle ne sait pas apprivoiser les talents, les écritures, les scenarii pour faire de chaque émission un moment unique. Elle ne sait pas mettre à l’antenne des émissions de musique classique, de littérature, de science politique, de cinéma… Elle ne sait pas faire de la Télévision de service public. 

Cette télévision à la fois repère et expérimentale, conservatrice et ouverte sur le monde. Une télévision à la seule ambition d’être pédagogique. 

Se croyant Maligne, la Reine Folle a dépensé sans compter, signant même des contrats illégaux de 100 millions d’euros avec des sociétés de productions voraces qui dépècent les budgets de service public en produisant des clones du privé. 

La Reine Folle a écouté les sirènes des politiciens qui lui parlaient de Numérique à toutes les sauces…

Sans rien y comprendre. France Télévisions fait de la Télévision et n’a aucune compétence pour devenir un média global. 

Que les émissions, les images, les journaux soient diffusés sur internet ne pose aucun problème. 

Cette diffusion, cette distribution pourra un jour devenir principale mais, c’est avant tout un problème de tuyaux, d’ingénieurs, de techniciens, d’informaticiens. Ce n’est pas une révolution, c’est une évolution et nul besoin de bouleverser la composition des chaînes mais juste de rajouter une structure technique qui diffuse sur internet.

Mais voilà, les RH s’en sont mêlés, puis les administratifs de tout poil, puis ceux qui savent tout et de minables journalistes de télévision ont trouvé là l’occasion de prendre des postes. 

Alors, des rédactions internet ont vu le jour, qui font un travail de presse écrite sans aller sur le terrain. Le résultat est médiocre… 

Et puis des politiciens qui s’ennuyaient béatement ont demandé de diffuser des journaux de radio départementale sur des antennes régionales de France 3. 

24 matinales fonctionnent ainsi : de la Radio filmée ! 

Comme annoncé : c’était une erreur industrielle, c’est un couteux échec d’audience. Une bérézina audiovisuelle…

Mais la Reine Folle accumule les échecs : Salto qui, justement, devait révolutionner la diffusion des productions de France Télévisions en concurrençant Netflix s’est écrasé lamentablement. Ah il fallait l’entendre la Reine Folle promouvoir Salto. Et nous prendre pour des imbéciles ! 

Résultat : 35 millions d’euros d’argent public versé dans ce gouffre, disparus en fumée. 

La Gestion RH de l’entreprise France Télévisions confiée à une Horrible Personne, passée du syndicalisme révolutionnaire aux postes de directions, sans vergogne, est tout simplement une aberration qui mène France Télévisions dans un chaos interne. 

Les 18 chaînes de Pays, de plein exercice, totalement autonomes qui devaient voir le jour n’ont pas les financements, les projets, les ambitions et surtout l’encadrement pour mener à bien cette révolution. 

Au lieu d’imaginer des sites pour remettre la Radio dans FR3 comme il y  a trente ans, le tout badigeonné de sabir numérique, il est plus que temps d’organiser une grande réflexion pour dessiner la Télévision Régionale de demain…de rencontrer les élus locaux, les collectivités territoriales, les préfets, les rédactions, d’aller aux bout des champs, dans les villages, de constater que la France des Grands Territoires a besoin de cette télévision de service public, lucarne et miroir à la fois...mais non, tout ce que fait la Reine Folle est pétri d’inutilités, de parisianisme idiot, de mépris. 

Il faut voir ce qui se passe à Nice et lire les mots des représentants syndicaux.

La présidente de FTV, contre l’avis de tous les syndicats et de tous les RP, contre l’avis de plus de 40 maires, sénateurs, députés, conseillers départementaux, a décidé, en conseil d’administration le 21 octobre 2021, d’acter le vote de 13 millions d’euros minimum pour le déménagement de France 3 Côte d’Azur à Nice, les travaux devraient être achevés dans 4 ans. 

La Présidente de FTV qui n’est pas venue à Antibes depuis 2015, compte-t-elle venir expliquer sa décision aux salariés ? Pourquoi la direction ne communique pas sur ce sujet essentiel et vecteur de Risques Psycho Sociaux ? 13 millions d’euros minimum pour l’instant, c’est exactement la redevance payée par 100000 foyers des Alpes maritimes et du Var, soit 200000 personnes environ. La présidente de FTV s’exprimera-t-elle dans un JT pour expliquer cette utilisation de l’argent public sans leur avoir demandé leur avis ?

C’est un tourbillon, un maelström de médiocrité qui emporte France Télévisions… 

France Info (Télévision), à l’inverse de sa jumelle radio, est une catastrophe d’audience. 

Une chaîne tout info sans intérêt. 

Pourquoi donc François Hollande a-t-il exigé cette création ? Pour se faire mousser ? 

La France dispose d’une excellente chaîne d’informations, qui fait référence, même si elle connaît actuellement des soubresauts sociaux, c’est France 24. 

Qui a une image internationale excellente en s‘appuyant sur RFI. Cette seule chaîne aurait dû bénéficier d’un financement public unique, composé d’un flux en provenance de France Télévisions et l’autre de l’Audiovisuel Extérieur de la France.

C’est la seule chaîne d’information continue dont la France a besoin pour compléter le paysage audiovisuel en laissant les privés faire leur travail. 

Justement l’Audiovisuel de demain ? 

Quel sera le projet présidentiel du futur Jupiter. 

Emmanuel Macron a laissé péricliter France Télévisions. Certainement à dessein. Mais que fera-t-il d’une Reine Givrée sans projet qui souhaite entrainer dans un gouffre amer, 13000 salariés de l’audiovisuel public ?

Toute une machine de l’Industrie de l’Image, du Son et de l’intelligence qui se rouille, inutilisée... 

Les sénateurs ont commencé à comprendre l’étendue des dégâts. Ils sont interpellés la Reine Folle avec passion.

Depuis, c’est un brouillard. 

Les Moires auraient-elles effleuré du bout de leur ciseau le fil vital de la Reine Folle ? 


L’inflexible Atropos aurait elle poursuivi dans ses cauchemars l’indigne dirigeante ? 

Au bout de son fil, Clotho aurait elle retrouvé la Reine Folle évanouie dans son bureau ? 

Les Moires tressent le Fil de la Vie, du début jusqu’à ce qu’Atropos le coupe. 

Mais les trois Moires sont aussi celles qui traquent les criminels, les menteurs, les escrocs, les malfaisants et qui déchaînent sur eux, leur colère. 

Mais au fait…Où est donc passée la Reine Folle de France Télévisions ???


22 novembre 2021

RadioFrance : un hyper week end dédié à la chanson

 


Madiba vient de tomber de son cocotier !



La Martinique a obtenu son indépendance.
C'est FRANCE INFO, la radio de service public qui le dit , carte à l'appui.
La course au large Jacques Vabre partie de France, drapeau BLEU BLANC ROUGE  arrive en Martinique, drapeau ROUGE VERT NOIR, le drapeau des indépendantistes martiniquais.
Incroyable mais vrai.
C'est là sous nos yeux et la directrice de la rédaction de France Info discute à l'antenne sans vergogne, en compagnie de la médiatrice de la chaîne.  
Ce n'est pas le petit personnel qui cause dans le poste, excusez du peu,  mais le gratin de la rédaction. Personne ne relève. 
Dans leur esprit ce territoire d'outre-mer, terre natale d'Aimé Césaire est déjà indépendant. 

C'est la nouvelle visibilité des outre-mer selon France Info .
Rassurez vous, aucune tête ne va tomber pour cette magistrale erreur, insulte au 80% de martiniquais qui ont voté contre l'indépendance en 2010 et pour le maintien dans la France.
Tout ce petit monde bobo à gauche toute se serre bien les coudes. 
Du coup gros débat chez les RVN en Martinique : Faut-il oui ou non accueillir la course et pavoiser la ligne d'arrivée avec les drapeaux  ROUGE VERT NOIR ?

19 novembre 2021

Madiba : FTV, la fabrique de la démocratie ?

Madiba n'est pas le seul  cette semaine à avoir été stupéfait par la pratique de la Justice à FTV 

C'est le syndicat FO qui tire la sonnette d'alarme dans un tract sur une procédure hallucinante au service des sports . Menée à la hache, une enquête interne à charge s'est soldée  par 3 licenciements . 
Un cabinet spécialisé démolit l'enquête en démontrant toutes les incohérences du dossier. 
Peine perdue les 3 sont virés.
Ils gagneront devant les Prud'hommes et quand ils seront réintégrés va y avoir du sport.
Le contribuable au passage paiera les indemnités pour procédures abusives.
À Montpellier, on a assisté à un déboulé de la directrice régionale d'Occitanie ( qui prépare ses valises pour Tahiti où elle a déjà fait intégrer un ami journaliste de la rédaction de Montpellier) venue suspendre l'ancien red/chef déchu et renvoyé chez lui en attendant de recevoir sa lettre de licenciement. 
Même  accusation sans fondement, même procédure expéditive. Il faut licencier, il faut faire des exemples et du chiffre car la RCC ne marche pas et les objectifs de la présidente ne seront pas atteints.
Accusé sans preuves réelles, sans procédure régulière, sans pouvoir se défendre, ce salarié ira lui aussi devant les Prud'hommes et le contribuable va régler l'addition.
En outre-mer même combat de la boloko qui dirige le pôle outre-mer. La Guadeloupéenne casse du nègre sans complexe. Elle a viré 2 directeurs sans ménagement. 
Neg cont' neg !
Sur la plantation elle serait géreur.
Pas de motif, pas de  justice. Juste 2 gros chèques d'indemnités et c'est toujours le contribuable qui paie. 
Avec les 6 on va atteindre les 2 millions d'euros de dommages et intérêts , l'argent du contribuable, la redevance dilapidée.
À la Réunion le tribunal d'instance a condamné un directeur régional pour "FAUTE INEXCUSABLE." 
FTV a fait appel et la cour d'appel a confirmé la sentence .
Le DR a donc été condamné 2 fois .
FTV vient de le nommer DR de F3 Auvergne-Rhône-Alpes. Comme le dit l'excellent blog de la CGC : " Les sanctions c'est à la tête du client ".
Selon que vous soyez invité ou non à la table (de jeu) de la patronne de la DRH, vous serez puissant ou misérable.
Et le pot du banco est toujours rempli par le contribuable . Jusqu'à quand ?
La justice, selon FTV, condamne sans preuve les salariés  et dilapide la redevance en indemnités au nez et à la barbe des commissions de contrôle de l'Assemblée Nationale et du Sénat .
Ne cherchez pas le contrôle d'Etat.
Il n'a pas vu passer les 100 millions de Nagui alors 2 petits millions ...
Pas de quoi inquiéter la direction qui engloutit toujours des millions d'euros à perte dans SALTO, qui pratique un management brutal poussant à la tentative de suicide et qui claironne haut et fort son nouveau slogan de campagne : FTV la fabrique de la démocratie.



Le Figaro : la succession de la Directrice de France Inter est ouverte ... ce sera probablement à gauche toute !

 


18 novembre 2021

Chute des audiences radio !

 


La grande majorité des stations radios est en perte d’audience significative.

 

Est-ce le mode de collecte des renseignements plus pointu et donc beaucoup plus précis qui est en cause ?

 

En fait le classement ne change pas, Inter est toujours en tête, elle est en recul de 0,6 points à 11,9. Idem pour RTL qui recule de son côté de 0,5 en se restant sous les 11 points à 10,7.

De même ça ne va pas fort pour RMC qui perd encore 0,6.

Pour Europe 1, c’est les limbes et la station est la 9e place en France avec seulement 4,4 soit là encore une chute de 0,5. 

France Info tire son épingle du jeu et en gagnant 0,2 points et en grimpant à 9 points.

Si les radios dites généralistes vont mal, il est en de même pour les musicales.

NRJ chute en effet à 8,4 points contre 9,2 points il y en an. Mauvais score également pour RFM qui perd 0,6 points, pour Fun tombe à seulement seulement 3,8 points et pour Virgin qui recul de 0,4 à 3 points en fin de classements.

Depuis septembre, la mesure d’audience de la radio, désormais baptisée

EAR - Etude Audience Radio, repose sur une enquête téléphonique déclarative renouvelée, optimisée et plus compétitive. Elle s’appuie dorénavant sur une base unique de répondants représentatifs de la population pour les mesures nationale et locale.

Ce nouveau dispositif accompagne l’évolution des modes de vie de la population avec plus de 70% des appels passés sur mobile. Il gagne également en précision au niveau local avec une augmentation du nombre d’interviews en Ile-de-France, zone clé du marché, un périmètre étendu à l’ensemble des départements français métropolitains (versus 72 auparavant, hors Ile-de-France) et toujours près de 100 agglomérations.

.